Monica Murphy / Never Tear Us Apart, tome 1 : Never Forget

Monica Murphy / Never Tear Us Apart, tome 1 : Never Forget

Quelques infos sur le livre :

Never Forget

  • Auteur : Monica Murphy
  • Serie : Never Tear Us Apart
  • Genres : Romance, Contemporain
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : &H
  • Publication: 08/ 03/ 2017
  • Edition: Numérique
  • Pages : 432
  • Prix : 6,99€
  • Rating:  

Résumé :

Entre la victime et le fils du bourreau: l’histoire d’amour la plus interdite qui soit.
Quand Ethan s’est lancé à la recherche de Katie, la fille qu’il a sauvée des griffes de son kidnappeur, huit ans plus tôt, il voulait simplement s’assurer qu’elle allait bien, qu’elle avait repris le contrôle de sa vie, qu’elle était heureuse, peut-être. Enfin, ça, c’est l’excuse qu’il s’est donnée, car, à la seconde où il a posé les yeux sur elle, il a su qu’il voulait plus. Beaucoup plus. Alors, il a fait tout ce qu’il s’était toujours interdit : il est entré dans sa vie, sous son nouveau nom, sa nouvelle identité. Et, chaque jour qui passe, il s’enfonce un peu plus dans le mensonge.
Mais comment faire autrement, alors qu’il est le fils du monstre qui a changé sa vie à jamais ?

 

Avis de Anne_B :

Je remercie les Editions Harlequin et NetGalley pour m’avoir permis de lire ce livre en Service Presse.
Je connaissais Monica Murphy pour avoir lu sa série new adult « Une semaine avec lui » avec Drew et Fable en personnages principaux. Avec « Never forget », l’auteur nous livre un premier tome d’une duologie contemporaine beaucoup plus sombre.
La note de l’auteur, en début de roman, nous prévient d’emblée qu’il traite d’un thème difficile : le viol d’une enfant par un serial killer pédophile ; qu’il vaut mieux s’abstenir de le lire si ce genre de sujet perturbe. Mais c’est aussi une histoire d’amour qui paraît condamnée d’office au vu du contexte. Personnellement, j’étais intriguée de savoir comment l’auteur allait aborder ce thème délicat et cette love story improbable.
*
Katherine a 12 ans quand elle est la victime d’Aaron William Monroe, un tueur pédophile. Son calvaire dure 3 jours et elle doit la vie sauve à Will, le fils de son bourreau qui la découvre enchaînée dans un cabanon au fond du jardin familial. Katie voit en Will, son ange gardien et lui, ressent le besoin irrépressible de protéger la petite fille après tout ce qu’elle a subi.
Will a 15 ans et a grandi dans un foyer monoparental où il n’a reçu que de la maltraitance de la part de son pervers de père.
Entre les deux jeunes gens naît une complicité immédiate. Mais le monde des adultes ne voit pas les choses de la même façon.
La vie les sépare…
8 ans après, Katie essaie de se reconstruire très difficilement. Elle a perdu son innocence trop tôt et est toujours hantée par son bourreau – en prison à vie. Pour essayer d’avancer, elle accorde une interview télévisée où elle va essayer d’exorciser ses peurs.
C’est donc sur un écran TV que Will, devenu Ethan, va la revoir après toutes ces années. Cela va réveiller tous ses souvenirs oubliés, sa nostalgie et son manque d’elle.
Ethan décide de la revoir, de lui parler mais sans lui révéler son ancienne identité. Rien qu’une fois, c’est ce qu’il se dit, mais en sachant très bien qu’il en voudra plus – il la veut corps et âme.
Mais il sait aussi que, malgré l’alchimie présente entre eux, une véritable relation ne peut s’établir sur une imposture, sur un mensonge dans lequel il s’enfonce chaque jour un peu plus.

*
« Never forget » est l’histoire d’une survivante victime de kidnapping, qui fait preuve d’une grande force pour se reconstruire. Le roman aborde les violences faites eux enfants mais également les ravages occasionnés dans la vie des victimes ainsi que dans celle de leur entourage proche – le père de Katie, notamment, ne gérera absolument pas l’épreuve. L’auteur dépeint très bien l’aspect psychologique des choses. Des dégâts aussi importants chamboulent également l’entourage du coupable, Will en est la victime innocente – avoir un tueur pédophile pour père est terriblement destructeur.
Mais le récit est également une bouleversante histoire d’amour entre deux âmes sœurs qui se sont rencontrées dans des circonstances terribles et dont le rapprochement est jugé non conventionnel au regard des autres.

Monica Murphy ne nous ménage pas de suspense mais cela n’empêche pas d’adhérer à l’histoire. On lit avec beaucoup d’intérêt les étapes de la relation amoureuse entre Katie et Ethan. On assiste à la montée en puissance de leurs sentiments en sachant que la chute sera d’autant plus dure pour eux ensuite.

Le roman est bâti sur l’alternance des points de vue de Katie et Ethan. Il bascule également entre le présent et le passé. Cela nous permet de découvrir les personnages de façon plus personnelle, ils n’en sont que plus attachants.
L’histoire est racontée avec pudeur, cela m’a bien aidée au moment des passages difficiles. J’avais peur d’un excès de voyeurisme mais pas du tout.
C’est une fiction mais dans sa note, l’auteur cite de vraies victimes ayant connu le même drame que Katie et cela rajoute un impact encore plus grand à la lecture du livre. Savoir que la réalité peut même être pire, ça chamboule d’autant plus.

Pour conclure, je dirais que c’est une histoire bouleversante qui m’a beaucoup touchée et j’ai vraiment hâte de lire le tome 2 « Never forgive » pour en connaître la suite et fin.

 

Extrait :

– J’ai peur, confessai-je.
L’espace d’un instant, il parut vaciller. Je pense qu’il ne savait pas vraiment quoi faire de moi.
– Il ne faut pas avoir peur, Katie. Tu dois être courageuse. Il faut que tu viennes avec moi.
Il avait raison. Je le savais. Mais j’étais terrorisée.
– Mais qu’est-ce qu’il va faire s’il nous trouve ?
Je vis sa mâchoire se contracter.
– Il ne te fera rien du tout. Je ne le laisserai pas faire.
– Promis ?
Je lui en demandais beaucoup trop mais j’avais besoin de l’entendre me rassurer.
Il posa sur moi un regard aussi déterminé que solennel.
– Promis.
J’avais envie de le croire. J’avais besoin de quelqu’un en qui croire, quelqu’un qui me sortirait d’ici. Alors je décidai de placer tous mes espoirs en lui. Il le fallait.
Je n’avais pas d’autre choix.

Laisser un commentaire