Mylène Regnier / Myria, tome 1: La fille du général

Mylène Regnier / Myria, tome 1: La fille du général

Quelques infos sur le livre :

La fille du général

  • Auteur : Mylène Règnier
  • Serie : Myria
  • Genres : Urban Fantasy
  • Editeur : MxM Bookmark
  • Collection : Infinity
  • Publication: 23/08/2017
  • Edition: Numérique
  • Pages : 389
  • Prix : 5,99€
  • Rating:  Sans Notes

 

Résumé :

Officiellement, Alicia Delgado est une Singulière, une personne possédant un pouvoir spécial, à la différence des Réguliers, sans pouvoirs, ou des hybrides comme les loups-garous. Officieusement, c’est une autre histoire qu’Alicia est bien décidée à garder pour elle. Car, voyez-vous, Alicia a un plan. S’inscrire à la faculté de Myria, devenir la meilleure, trouver un bon poste, devenir la meilleure, monter en grade, être toujours la meilleure, et gagner un paquet de thunes. Pour acheter un paquet de chaussures. Et si, au passage, elle peut sortir avec un de ses supérieurs sexy et boire un coup avec sa meilleure copine rouquine, pourquoi se priver ? C’était donc son plan, et personne, absolument personne, n’aurait dû l’en faire dévier. Mais le meurtrier qui la fait chanter en a décidé autrement, et il est peut-être temps pour Alicia de changer ses objectifs et de dévoiler qui elle est.

 

Avis de Shie Castee :

Merci à MxMbookmark pour leur confiance lors de ce service presse.

 

Cette fois ci je n’ais pas mis de note au livre.

Pourquoi ?

Car je n’ais pas réussi  à le finir.

J’ai lu 100 pages.

Mais l’alchimie n’était pas là, la chantilly n’est pas montée… et surtout, je n’ai rien compris a l’histoire tout simplement.

Je ne sais pas si c’est une histoire de traduction ou tout simplement le style de l’auteur, mais j’ai trouve le style d’écriture des plus nébuleux.

Souvent, je me suis posée la question : qui parle ? pourquoi fait-elle ça ? Qui est ce ???? Que vient faire ce personnage ici ?

Car il est vrais, il y a beaucoup de personnages, trop à mon goût… tellement que j’ai été perdue assez rapidement….. Et j’ai eu beau me focaliser sur l’héroïne, j’ai été paumée à plusieurs reprises.

 

Peut être que le style de l’auteur  séduira d’autres lectrices, et à ce moment vous pourrez profiter pleinement de ce livre, dont le sujet me semblait assez intéressant, adorant moi aussi  l’urban fantasy.

 

Shie castee.

Extrait :

Petit sac à merde arriviste.

La vie d’Alicia Delgado aurait dû être simple.

Terminer sa dernière année à la fac, faire des recherches approfondies pour ses études, et aller sur le terrain de temps en temps pour se perfectionner avant d’obtenir son diplôme. Les gradés la prenaient occasionnellement avec eux en mission en tant que nouvelle recrue, comme aujourd’hui, et elle se retrouvait chaque fois propulsée aux quatre coins du continent pour réaliser les objectifs du gouvernement de la zone de Myria. Elle était habituellement du genre flemmarde ; malgré tout, elle aimait tout aussi bien les bonnes notes qu’attraper le méchant après une course-poursuite effrénée – et ce n’était pas peu dire quand on aimait un peu trop les bottes à talons. Elle appréciait aussi particulièrement les éloges de ses professeurs et de ses supérieurs après coup, ainsi que les regards jaloux de ses principaux rivaux. Non pas qu’elle affectionnait l’idée de se pavaner le sourire aux lèvres dans les couloirs de la faculté, mais il n’y avait aucun mal à être fier de soi de temps à autre, n’est-ce pas ?

Après une bonne journée efficace et productive, elle avait l’habitude de terminer la soirée au pub avec son amie Madison, pour l’écouter maudire pendant des heures les pensées impures de tous les hommes du monde. Elle se jetait finalement dans les draps confortables des dortoirs des troisième année ; ou parfois dans ceux du sexy Shinji, son ancien voisin de chambrée. L’idée générale était de continuer ce petit train-train quotidien jusqu’à obtenir un grade de capitaine (au minimum), ainsi qu’un salaire très conséquent qui lui permettrait de construire un manoir tentaculaire possédant son propre dressing géant, réservé uniquement aux chaussures. Une vie toute simple. Plus ou moins. En tout cas, une existence sans problème. C’était ça le plan.

Laisser un commentaire