Woodiwiss.E.Kathleen/ Cendres sous le vent

Titre : Cendres sous le vent      

Auteur : Kathleen Woodiwiss

Série :

Genres : romance historique

Editeur : J’ai lu

Collection : Aventure et Passions

Date de Publication:   3/11/2021

Edition (papier/ebook ): papier

Pages : 754

Rating: ABANDON

Présentation de l’éditeur

1863. La Nouvelle-Orléans est aux mains des Nordistes. Alaina, ravissante Sudiste, vient y chercher refuge après le massacre de sa famille. Ses dix-sept ans lui permettent de se faire passer pour un jeune garçon, et c’est sous le nom d’Al qu’elle est sauvée par un médecin yankee, Cole Latimer. Si la raison la pousse à le haïr, elle se sent troublée par cet homme courageux, qui ne voit en elle qu’un gamin frondeur. Puis, une nuit, Cole découvre la vraie Alaina qui lui révèlera le grand amour et dont le souvenir hantera ses rêves.

Extrait

Au début de l’après-midi, elle vit que le capitaine l’observait une fois de plus. Elle était en train de nettoyer le dernier carreau d’une fenêtre quand elle remarqua qu’il l’examinait d’un air songeur. Ce aurait pu voir à travers son déguisement et percer son secret, mais le capitaine Latimer, lui, s’arrêtait toujours à sa tenue dégoûtante. On aurait dit qu’il était aveugle à tout le reste.
Elle l’ignora délibérément et continua à frotter sa vitre pendant qu’il s’approchait d’elle. Quand il ne fut plus qu’à un pas, elle se retourna vers lui et le regarda avec méfiance, comme si elle s’attendait à recevoir des coups.

Avis

Je tiens à remercier les éditions J’ai lu pour l’envoi de ce SP.

Exceptionnellement, je ne vais pas noter ce roman. Pourquoi ? Parce que je serais bien en peine pour y arriver. Honnêtement j’ai adoré le début, le caractère effronté et têtu, limite borné de l’héroïne, l’aveuglement du héros… j’adore les héroïnes qui se déguisent en homme pour X raison dans une histoire, cela permet souvent toute sorte de rebondissements. La couverture est aussi très jolie et distinguée avec la grande lettre décorée, j’aime beaucoup (je le signale en passant !)

Le souci de ce roman, pour moi, c’est la longueur. Il ne tient pas sa promesse sur le long terme, car en plus de 750 pages, on a plusieurs histoires ou plusieurs tomes en un, au final, et je n’ai pas aimé toutes ses différentes épopées de manière égale.

Le revirement de situation qu’on attend quand la révélation sera faite sur le déguisement que porte l’héroïne met très longtemps à arriver… plus longtemps que je ne le pensais, et arrive presque trop tard et se révèle décevant. On s’attend à un changement de dynamique et de problématiques dans le récit qui ne viennent pas. L’auteure sème des embuches pour séparer les personnages, dont le français insupportable qui traque littéralement l’héroïne, la cousine Roberta… et évacue certains de ces éléments en quelques phrases quand ça l’arrange.

Pour un début très prometteur, j’ai eu l’impression de peiner de plus en plus et de me désintéresser des deux personnages, qui ne réussissent pas avant très longtemps à construire leur relation, rien ne marque de tournant, de rapprochements, on attend, on espère… on se désintéresse. Du moins moi, j’ai vu de très bonnes critiques du roman. J’aime beaucoup les “ennemis to lovers” mais cette fois je n’ai pas senti de construction de relation, elle reste désespérément sur le même ton sans évoluer, et ce que je préfère dans ce genre de schéma.

Certains événements paraissent peu crédibles, mais bon cela arrive en romance historique, pourquoi pas si le reste tient la route. J’ai aussi déploré de ne pas voir Alaina s’ouvrir réellement avec certains personnages ni d’en découvrir plus sur Cole. On en apprend peu pendant très longtemps.

Le début du roman recevrait une très bonne note. Disons les 200 premières pages, plus mitigés jusqu’à 500 et ensuite, je crois avoir abandonné passé 600, parce que j’ai réalisé que pour finir j’en viendrais à sauter des pans entiers de pages et cela ne semble plus très objectif de continuer ou noter après cela (par principe je ne note jamais un abandon, je n’ai pas le recul nécessaire). Voire je n’écris aucun retour, n’ayant pas fini, mais j’en ai lu pas mal de ce roman ci, donc je voulais quand même faire un retour.

En clair, si vous aimez les romans-fleuves, vous pouvez vous y retrouver dans cette épopée où on peut déplorer quelques longueurs dont la coupe aurait permis un récit plus enlevé. Si vous aimez les histoires avec un récit plus resserré, il est possible que vous ne trouviez pas votre compte dans cet univers.

Quelques aspects sont aussi un peu difficiles, car s’ils notent l’antagonisme nord-sud de l’époque on sent surtout un racisme latent avec tous les serviteurs noirs au service des blancs – des « gentils » sudistes, etc. on retrouve un peu les accents et manière de parler du personnage de Mamma qu’on peut retrouver dans un « Autant emporte le vent »… bref, certes oui il y a un contexte historique, mais qui me met un peu mal à l’aise, j’y vois encore une forme de racisme un côté paternaliste un peu nauséabond qui doit bien décrire l’époque mais reste très gênant à lire actuellement, je n’arrive pas à faire abstraction.

Je suis la première a regretter de ne pas avoir plus accrochée et pu finir, ça partait franchement bien pourtant…

Vues : 47

A propos de TeaCup

TeaCup pourrait être mon vrai nom tant je suis accro au thé. Je suis une dévoreuse de livres compulsive, je lis de tout et en grande quantité (plus ou moins quoi !). J’ai pensé à me soigner, mais finalement j'ai atterri sur un blog de chroniques. Je soigne le mal par le mal en somme.

Découvrir également

Miranda James/Le chat du bibliothécaire, tome 2 : Inventaire fatal

Titre : Inventaire fatal Auteur : Miranda James Série : Le chat du bibliothécaire Genres : …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :