Accueil / Words and Stories... / Brittainy C. Cherry / The Daze, Chapitre 2

Brittainy C. Cherry / The Daze, Chapitre 2

Bonjour à tous… Alors ce premier chapitre vous en avez pensé quoi ? … Comme promis la suite The Daze…. voici le chapitre 2 et celui-ci sera comment dire… intense….

Si vous découvrez cette histoire… ne lisez pas ce chapitre mais commencez par le un en cliquant ici.

Bonne journée à tous…

Mary.

 

[MERCI DE NOUS RECREDITEZ SI VOUS REUTILISEZ LA TRADUCTION]

 

[Brittainy C. Cherry ]“Author Brittainy C. Cherry, here! And I’m back for CHAPTER TWO of The Daze! We left with things just getting a little steamy with Clayton and Eve…so I guess it only makes sense to pick up right there. 😉 Enjoy tonight’s #bedtimestoryinthekorner #ChapterTwofromyourstruly. <3 “

[TRLON] “L’auteure Brittainy C. Cherry est ici ! Et je suis de retour avec le chapitre deux de The Daze ! Nous avions laissé Clay et Eve dans un moment torride … donc je suppose qu’il est nécessaire de reprendre à ce moment-là 😉 Profitez de #bedtimestoryinthekorner ce soir #ChapitreDeux juste pour vous. <3“

-B Cherry

 

The Daze, Chapitre 2:

Traduction du texte de l’image :  » Chaque seconde, chaque caresse. «

 

« Ils vont venir me chercher, » dis-je doucement alors que sa langue léchait mon cou, faisant de petits cercles avant de sucer ma peau doucement, puis il se dirigea vers son prochain endroit. « Et ce sera le premier endroit où ils viendront. »

— » Ne parlons pas de ça maintenant « , répondit-il en roulant sa langue contre ma clavicule.

« Bien alors. » Un sourire se répandit sur mes lèvres. « Des caresses silencieuses  » murmurai-je. C’était l’un de nos jeux préférés lorsque nous nous sommes rencontrés, et nous y avons joué maintes et maintes fois. En partie pour le plaisir, mais surtout parce que si quelqu’un nous trouvait ensemble, nous aurions vraiment eu des ennuis, plus que les mots ne pourraient l’expliquer.

 » Ouais  » dit-il, heureux avec cette idée. « Tu mènes ou je m’en charge ? »

—  » Tu t’en charges.  »

Il se mordit la lèvre inférieure et sourit en hochant la tête. « Oh, comme j’espérais que tu dises ça. Un rappel des règles, » dit Clayton, me soulevant et me plaçant sur le dessus de son comptoir de cuisine. Ses doigts ont agrippé le bas de mon sweat-shirt, et il l’a tiré vers le haut, le soulevant au-dessus de ma tête. « Tu ne peux pas me toucher,  » chuchota-t-il en jetant ma chemise dans un coin de la pièce. Ses mains se sont déplacées sur le bouton supérieur de mon jean, et l’ont décroché tandis qu’il se rapprochait plus près de moi, suçant doucement mon lobe d’oreille. « Et tu ne dois pas émettre un bruit. »

—  » Et si je fais du bruit ?  » demandais-je.

Un sourire malicieux se dessina sur ses lèvres, et il haussa un sourcil. « Chaque son me donne la liberté de choisir notre prochaine position, notre prochain emplacement, et le nombre de doigts que je glisserai profondément en toi. Je vais t’avoir comme je veux, aussi lentement que je le veux, aussi dur que je le veux, aussi longtemps que je le veux. Donc, par tous les moyens, « – son souffle chaud caressa ma peau, provoquant des frissons qui irradiait jusque dans mon bassin – » Vas y et crie.  »

Il ouvrit mon jean et en quelques secondes, il l’ôta de mon corps, me laissant seulement en soutien-gorge et culotte. Pendant un instant, il recula, prenant tout de moi. Ses yeux se déplacèrent sur mon corps, et il étudia les parties de moi dont il se souvenait, et captura toutes les choses qui avaient changées. Mes cuisses étaient couvertes de beaucoup de tatouages, il le savait, mais il en découvrit aussi d’autres.

— « Combien de nouveaux ? » demanda-t-il, pendant que sa main était en train de monter et descendrelégèrement sur ma cuisse gauche. Je m’apprêtai à parler mais il posa un doigt sur mes lèvres. « Shh. »

Ses yeux sombres me fixèrent et je lui adressai un petit sourire. Je levai mes dix doigts, puis fit des poings avant de lui en présenter neuf autres.

—  » Dix-neuf nouveaux ?  » dit-il.

Je hochai la tête.

Il se baissa lentement, ses mains s’enroulant autour de ma cuisse gauche, mon cœur battant à tout rompre tandis que je le regardai étudier l’encre sur mon corps. « Excuse-moi mais je vais goûtre chacun d’eux. » Sa bouche s’écrasa contre ma cuisse intérieure, où il fit rouler sa langue contre un dessin d’une batte dont les ailes se transformaient en un phénix. Il fit son chemin, prenant son temps, me faisant tourner, me faisant me tordre, me forçant à retenir mes gémissements. Quand sa bouche rencontra le bord de ma culotte, il suivit le nouveau tatouage d’un crâne noir et rouge.

Il retira lentement ma culotte, et embrassa mon bas-ventre, me faisant pousser les hanches dans sa direction.

—  » Clay …  » murmurai-je, le forçant à lever les sourcils.

—  » Qu’est-ce que c’était ?  » demanda-t-il en prenant son doigt et en le roulant contre mon centre. « Cela m’a semblé un mot, ce qui veut dire, un … » murmura-t-il, glissant un doigt à l’intérieur de moi et me faisant me tortiller un peu plus.

—  » Clay, s’il te plaît…  »

 » Deux,  » soupira-t-il, glissant un autre doigt et bougeant sa langue sur mon centre tandis qu’il me léchait et enfonçait ses doigts plus profondément à chaque seconde, puis les retirant lentement, puis les pressant rapidement.

Rapide, lent, rapide, lent, rapide, lent, rapide …

 » Plus,  » suppliai-je, incapable de me taire, incapable de le vouloir plus que je ne l’eusse en ce moment.

 » Trois,  » me dit-il, ajoutant un autre doigt alors qu’il tendit la main et saisit ma poitrine avec sa main libre et que son autre main prenait encore plus le contrôle. Sa respiration devint plus sauvage, son désir s’associant au mien.

« Je vais … Je vais … » soufflai-je en sentant un tremblement dans mon dos, ressentant mon désir se développer à un niveau incontrôlable.

« Non, » me dit-il en se levant et me soulevant du comptoir. Il m’embrassa profondément, en tirant ma lèvre inférieure entre ses dents avant de parler. « Pas encore. »

Il me porta dans sa chambre, et nous jetâmes précipitamment nos vêtements restants, ne voulant pas attendre une seconde de plus pour faire l’amour, pour la première fois en plus d’un an. Tandis qu’il glissait en moi, je ressentis chaque moment de bonheur qui n’eut existé. Il était encore là, pleinement intact : notre amour.

Notre amour exista à chaque seconde, dans chaque caresse.

Mon esprit était étourdi au moment où il tira mes cheveux, mon cœur fut sien au fur et à mesure que son amour s’exprimait.

Une partie de mon âme avait pensé qu’il aurait avancé après que je sois partie, mais une partie plus grande savait que l’amour que nous avions n’était pas quelque chose qui pourrait être abandonné malgré la distance et le temps.

Cette nuit-là, nous avons fait exactement ce que Clayton a dit que nous ferions. Nous avons fait l’amour dans chaque pièce, dans chaque coin, dans tous les sens. Je l’aimais de plus en plus alors que son souffle me caressait, alors qu’il chuchotait mon nom.

Chaque seconde, chaque caresse…

 » Tu es mon monde, Eve,  » promit-il, couché à côté de moi dans son lit, tandis que le soleil commençait à se lever le lendemain matin. « Tu es mon putain de monde. »

Et il était le mien.Mon amour, mon ami, mes commencements, mes fins. Il était tout ce que je voulais avoir et tout ce que je ne devais jamais toucher.

 » Tu peux me le dire maintenant,  » dit-il doucement quelques heures plus tard, alors que nous étions restés entremêlés dans les draps du lit. « Que s’est-il passé de mauvais ?  »

Je déglutis difficilement, posant ma tête contre sa poitrine, écoutant ses battements de cœur. « Quelqu’un du groupe de mon père a tiré sur un des hommes de ton père. »

 » Qui ?  » dit Clayton, relevant un peu sa tête.

Ma voix trembla, les nerfs à fleur de peau, tandis que j’accumulai assez de courage pour dire ce nom. « Bucky. »

Il se redressa un peu plus, ses yeux se rétrécirent. Je savais que cela le blessait, je savais que cela pèserait sur son âme en entendant ce nom sortir de ma bouche. Bucky était le meilleur ami de Clayton. Son frère, pas seulement par le sang. C’était son frère de cœur, ce qui, en quelque sorte, était encore pire.

Sa voix trembla alors qu’il se relevait et se frottait le cou.  » Est-il… ?  »

 » Il est vivant. Mais … Il y avait le traité de paix entre les deux parties quand j’ai promis de ne pas aller avec toi. Mais maintenant…  »

 » Ils veulent la guerre,  » murmura Clayton, sciemment.  » Parce que la guerre est tout ce qu’ils savent faire. Je peux pas croire qu’ils ne m’aient pas appelé et dit à propos de Bucky.  »

 » Eh bien, quand vous choisissez d’être avec la fille de l’ennemi et que votre famille coupe tous les liens avec vous, vous disparaissez probablement de la liste des « appelants.  » Je grimaçai et posai mon front contre le sien, m’enroulant contre son corps. « J’aurais dû partir avec toi … »

 » Ils t’auraient attrapé. Ils t’auraient fait du mal. Et tu étais effrayé qu’ils veulent me tuer. Tu as fait ce qui était juste.  »

—  » J’ai fait ce qui était facile.  »

Il baissa la voix et m’embrassa le front. « Tu dois repartir, Eve. Tu dois choisir ta famille, de la façon dont je n’ai pas choisi la mienne. Tu ne peux pas t’éloigner de la mafia.  »

Je le ramenai vers moi et posai ma bouche contre la sienne. « Je sais, Clayton. Je sais aussi que je ne peux pas juste m’éloigner… « chuchotai-je, mes mots tombant de mon cœur et dans son âme. « C’est exactement pourquoi il est temps pour nous de fuir. »

********************

[TRLON] La fin demain… n’hésitez pas à nous donner votre avis… bonne journée et soirée…

A propos de Mary

Qui suis-je? C’est la grande question! Personne? Non quand même pas!! Fana de musique et de photos, détestant la solitude (sauf quand je lis), j’aime partager du temps avec des amis, échanger, donner mon avis, débattre, et changer d’avis (bon pas tout le temps… je suis bornée aussi mais bon nulle n’est parfaite!).

Découvrir également

Brittainy C. Cherry / The Elements, tome 3 : The silent waters

Quelques infos sur le livre : The silent waters Auteur : Brittainy C. Cherry Serie : The Elements …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :