Christmas Bad Trip – Amélie C. Astier

Petite présentation du livre chroniqué :

Titre : Christmas Bad Trip

Auteur : Amélie C. Astier

Série :

Genres : Romance contemporaine – Romance de Noël

Editeur : Autoédition

Collection :

Publication : Le 5 décembre 2021

Edition : Numérique

Pages : 113 pages

Prix :  2.69€

Rating :

Résumé du livre :

Ambre et sa bande de copains se connaissent depuis l’adolescence. Fusionnels et aventuriers, leur quotidien est rythmé de défis et de traditions. Durant cette période des célébrations de fin d’année, ils ont instauré un rituel : fêter Noël tous ensemble avant de rejoindre leurs familles respectives aux quatre coins de la France. Et cette année, la team s’exile à la montagne pour profiter d’un road-trip rock’n’roll fait d’activités sportives, de longues soirées à picoler et de confessions près de la cheminée.
Mais quand le karma s’en mêle, les choses peuvent se corser, entre un célibataire beaucoup trop craquant et une poisse légendaire, la « magie » de Noël ne peut pas toujours nous protéger d’une spirale infernale semée d’embûches.

Votre avis :

Direction la montagne, le temps d’un week-end mémorable peu avant les fêtes de fin d’année, pour y retrouver vos plus proches amis, ceux qui connaissent toutes vos qualités et le moindre de vos défauts.

Décorez un immense sapin mais attention de ne pas casser les précieux ornements, sous crainte de subir le courroux de l’organisatrice en chef. Prévoyez de l’alcool et de la nourriture réconfortante et n’oubliez pas d’amener dans vos valises, vos plus belles anecdotes et meilleurs souvenirs.

Voilà plusieurs années qu’Ambre, ses proches et ses meilleurs amis se rejoignent pour fêter un peu en avance les fêtes de Noël – qui, elles se dérouleront en famille -, dans un chalet isolé en pleine montagne et loué pour l’occasion.

Tout sujet est valable à être fêté et célébré, et à cause du confinement et des multiples couvre-feux imposés, la bande d’amis a de quoi à rattraper et à trinquer.

Or cette année, il y a un nouveau parmi eux, venu remplacer au pied levé, Angèle qui n’a pas su libérer.

Voici donc Jérémy, et ce dernier coche toutes les cases de prédilection d’Ambre, sur sa liste du mec idéal.

Ambre, c’est la bonne copine, à qui on confie tout mais qu’on friendzone un peu trop souvent. Ambre, c’est vous, c’est moi, c’est nous et je me suis énormément identifiée à cette dernière.

Considérée un peu, voire beaucoup comme la reine des gaffes, Ambre jouit d’une sacrée réputation de poissarde, et même si elle voudrait s’en défaire, elle sait d’avance qu’elle n’est jamais l’abri d’une tuile.

Et pour cause ! Alors que Jérémy et elle, doivent rejoindre le chalet, voilà qu’ils crèvent un pneu. Le coup de la panne, plus cliché, tu meurs, Jérémy !

Mais les ennuis ne viennent jamais seuls car ils doivent redescendre dans la vallée pour les réparations, qui vont les immobiliser plus longtemps que prévu.

N’est-ce pas là, une excellente occasion d’apprendre à connaître le petit nouveau de la troupe, voire plus si affinités, mais surtout à l’abri des oreilles indiscrètes et des allusions graveleuses des amis, déjà arrivés au chalet.

Or la timidité maladive et le manque de confiance d’Ambre sont d’énormes freins mais Jérémy va palier à tout ça. Il est capable de discuter pour deux.

Décidément, il a tout pour plaire et ce ne sont pas les amis de la jeune femme qui diront le contraire car ces derniers vont tout faire pour les pousser dans les bras l’un de l’autre.

Même si Ambre est assez grande pour le faire toute seule. D’ailleurs, le rideau de la douche s’en souvient encore !

A chaque rapprochement entre deux, il y a toujours une force extérieure qui les en empêche. Merci Basile !

Que ce soit sur des skis ou sur ses propres pieds, Ambre est la maladresse incarnée mais ce n’est pas pour déplaire à Jérémy, qui est de plus en plus charmé, ni à ses amis qui trouvent toujours drôle et matière à rigoler des mésaventures embarrassantes de la jeune femme.

Et autour des divers jeux à boire inventés par la troupe, les masques tombent et la vérité n’en est que plus amusante. Le feu de cheminée crépite et réchauffe aussi bien les esprits que les corps, qui eux sont pris de frénésie et de désir sous-jacent.

Et au moment de l’ouverture des cadeaux du Père Noël secret, c’est un florilège de débauche et d’amusement et ce n’est pas Jérémy qui va se plaindre. Ce qui plait énormément à Ambre, de le voir aussi intégré à sa bande d’amis.

Peut-elle se prêter à espérer plus avec cet homme qui lui fait ressentir des choses inavouables ?

Après avoir été bien arrosé et fêté comme il se devait, le week-end à la montagne touche à sa fin. La réalité et les obligations sont de retour mais après s’être promis de se revoir et avoir échangé leurs numéros, les amis se séparent pour rejoindre leurs pénates et leur quotidien. Mais comme on dit : loin des yeux, près du cœur.

Mais Jérémy se montre audacieux, alors que les portières claquent et les moteurs des voitures s’animent autour d’eux, et propose à Ambre, un véritable rendez-vous.

Est-ce là, le début de quelque chose qu’elle a toujours rêvé, elle qui le vit au travers des traductions qu’elle produit ? Le rêve deviendrait-il enfin la réalité ?

La suite se joue désormais entre Jérémy et Ambre, et le reste de leur histoire est désormais entre leurs mains…

J’ai vraiment apprécié cette courte, vraiment trop courte, histoire qui mêle magie de Noël, amitié, sentiments, avec la pointe de panique à bord sans oublier des rires, des fous rires même, des scènes cocasses dont il faut se souvenir longtemps mais que l’on peut vivre à tout moment lorsqu’on est entourés d’une bande d’amis aussi soudée que celle d’Ambre.

Une charmante histoire de Noël simple et efficace et qui m’a donné l’envie d’être auprès de ces personnages aux fortes personnalités et tellement attachants.

Ainsi si vous avez envie de rire, de sourire, de vous dire « Mais cette nana, c’est moi ou ce gars, c’est moi ! », Christmas Bad Trip est une histoire faite pour vous.

Idéale quand on veut se vider la tête et oublier les tracas du quotidien, et à consommation sans modération. Mais attention aux verres d’alcool quand même !

Bravo Amélie et merci beaucoup pour cette virée à la montagne au moment de Noël où les péripéties de tes personnages n’en sont que plus drôles !

Une suite est-elle envisageable car j’aimerais avoir des nouvelles d’Ambre et de Jérémy ?

Et pour conclure, je tiens à te remercier de m’avoir confié la lecture de ce service presse dans le cadre de notre partenariat.  

Extrait :

« – Le principe de la Choucatoun est d’arriver le premier à la case Finish en ayant survécu aux défis des cases et sans être trop bourré. L’heureux gagnant peut donner un gage aux autres qui devront le réaliser sur-le-champ. Le jeu se poursuit jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un perdant. Ce dernier aura la mission d’accueillir chez lui la prochaine partie. Comme tu peux le constater sur la table, tu as neuf catégories de cartes.

Il y a les défis qu’on doit vaillamment relever. Les actions comme aller caresser la tête d’un chien. Les confessions qui nous apprennent le nombre de conquêtes de chacun. Les danses et chants qui nous font redécouvrir le Madison et la danse d’Hélène. Je crois que nos oreilles n’en peuvent plus d’entendre la mauvaise reprise d’une chanson qui parle de chipolata. Les cartes les plus intéressantes sont celles des débats. C’est amusant d’essayer de convaincre en quoi, se raser entièrement le crâne est une technique pour gagner du temps le matin. Les cartes photos nous poussent à réaliser des clichés et à poster les résultats sur les réseaux sociaux. Les cartes blanches nous permettent de choisir une nouvelle règle, et généralement, c’est horriblement marrant et les cartes portoloin peuvent nous donner de l’avance ou pire, nous faire reculer.

-Et pour finir, tu as les cartes shots et les triches, pas besoin d’expliquer celles-ci, conclut Clara.

On sait tous qu’elles servent à entretenir notre taux d’alcool.

-T’as oublié de préciser : si on juge que tu as réalisé correctement l’énoncé sur ta carte, tu ne bois pas, sinon, cul sec ! intervient Louis en se roulant sa clope.

Et parfois, on n’est pas vraiment impartiaux quand on a envie de s’amuser. »

Vues : 52

A propos de Mela

Landaise et Bordelaise. Adore Starbucks et le chocolat. Dévoreuse de livres et qui aime ça. Un GROS faible pour les britishs, surtout les beaux mâles avec 2/3 jours de barbe. A une chatoune, Nina. Et accessoirement hôtesse de caisse pour passer le temps :)

Découvrir également

Amour et chocolat – Mélane Lor

Petite présentation du livre chroniqué : Titre : Amour et chocolat Auteur : Mélane Lor Série : …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :