Home / Avis / Jojo Moyes / Sous le même toit

Jojo Moyes / Sous le même toit

Quelques infos sur le livre :

Sous le même toit

  • Auteur : Jojo Moyes
  • Serie : 
  • Genres : Litterature blanche
  • Editeur : Milady
  • Collection : Litté
  • Publication: 17/ 02/ 2017
  • Edition: Broché
  • Pages : 576
  • Prix : 18,20€
  • Rating:  

Résumé :

Toutes les maisons de famille ont une histoire…

Une splendide saga familiale par l’auteur du best-seller Avant toi

Le temps était clément, offrant cette lumière de début de printemps qui insuffle de la beauté jusque dans les décors les plus usés ; dehors, des hirondelles se chamaillaient bruyamment dans les haies. Sa première pensée lucide fut : « Cette maison est comme nous. Elle a été désertée, abandonnée. Maintenant, elle va veiller sur nous, et nous la ramènerons à la vie. »
Lorsque son mari meurt sans crier gare, lui laissant une montagne de dettes, Isabel Delancey doit radicalement changer de train de vie. Elle n’a d’autre choix que de déménager avec ses deux enfants pour s’installer à la campagne, dans une maison de famille délabrée. Tandis que les murs s’effritent autour d’eux, et que ses dernières économies fondent comme neige au soleil, Isabel espère pouvoir compter sur le soutien de ses voisins. Elle ne se doute pas que sa simple présence au village a réveillé de vieilles querelles… Les vies s’entrechoquent, et Isabel va découvrir que faire de cette maison le « home sweet home » dont elle rêve est un combat de chaque instant.

 

Avis de TeaCup :

Je tiens à remercier les éditions Milady pour l’envoi de ce SP.

J’ai découvert ce roman après avoir lu AVANT TOI (comme beaucoup de gens) dont je garde un super souvenir de lecture et une courte nouvelle. Ici on s’éloigne de la romance pour un roman plus ancré dans la littérature blanche, qui dépeint une famille, une histoire d’amitié… bref, j’aime beaucoup aussi donc j’étais contente de découvrir Jojo Moyes sous un autre jour.

Ce roman a plein de qualités, dont la principale me semble être une belle galerie de personnages que Jojo Moyes s’applique à dépeindre avec  justesse, sensibilité et un brin d’humour toujours présent. Ici aucun personnage n’est parfait, n’évolue dans une jolie vie proprette, ou il fait seulement semblant ! On y a des personnages plus vrais que nature et c’est une grande force de la part de cette auteure d’arriver à un tel détail de chacun qu’on se croirait devant une série télé. Je pense à la série télé plus qu’au film car le roman est assez long, il prend vraiment le temps de se poser, de décrire, décrypter et nous montrer par petites touches des dynamiques familiales, des querelles intestines de voisinage, les petites mesquineries, jalousies du quotidien.

Une scène au hasard, un rendez-vous de femmes bien sous tout rapport qui accueillent la nouvelle voisine, violoniste un peu paumée et « mère comme elle peut » tant ce rôle est plus compliqué pour cette femme un peu lunaire. On assiste à un choc de culture, assez épique le temps d’une tasse de thé.

Je n’ai pas trouvé tout parfait, d’où la note qui n’est pas coup de cœur, principalement quelques longueurs. L’auteur nous décrit tellement de personnages en changeant de point de vue que j’ai trouvé ça intéressant mais aussi complexe. On met du temps à comprendre l’ensemble de la fresque et il y a quelques longueurs. On a des digressions sur les goûts, les passés, les attitudes… parfois un peu trop. C’est quand même très léger, je n’ai pas vu passer les pages le plus souvent mais je me suis demandée si cette fresque nécessitait réellement plus de 550 pages ? À la fois je ne peux nier l’intérêt de l’interaction des personnages qu’on nous décrit avec une précision d’horloger, à la fois j’ai repensé aux situations de huis clos où avec une poignée de personnages on a quelque chose d’un peu proche de ce roman.

La famille de Isabel Delancey, brisée par le deuil du papa, sorte de roc de la famille face à une femme violoniste assez rêveuse est vraiment intéressant. Le fils mutique, la fille avec la tête sur les épaules qui se substituent à son père ou à une mère idéale, cela dépend des moments, j’ai trouvé cet aspect du roman le plus intrigant. Chaque personnage a son rôle, son importance ce petit triangle familial fragile relié par l’absence d’un proche disparu est vraiment poignant. On arrive presque à se reconnaître dans chacun d’eux et la dynamique qui s’instaure lors d’un deuil m’a vraiment bluffé. C’est juste, c’est douloureux et criant de vérité.

Reste un très bon moment de lecture, Jojo Moyes est fine psychologue et elle nous le montre. Son univers est crédible, riche, on le parcourt avec une certaine langueur profitant du paysage, des états d’âme, on a le temps de s’installer profondément dans l’histoire et de sa montée crescendo, le suspense et les doutes sur les réelles motivations des personnages arrivant assez vite. Ce roman m’aura intrigué. Il n’a rien à voir avec AVANT TOI mais il y  a clairement tout autant de talent. AVANT TOI n’était pas un coup de foudre non plus, mais je ne peux nier qu’à chaque fois que je vois « Jojo Moyes » je sais que je vais me régaler.

 

Extrait :

Laura McCarthy referma la porte de derrière, enjamba le chien endormi qui bavait paisiblement sur le gravier, puis, d’un pas vif, traversa le jardin. Tandis que le plateau généreusement garni tanguait sur son bras, elle entrouvrit le portail, se glissa agilement dans l’interstice et s’engouffra dans les bois en direction du ruisseau, qui, en cette fin d’été, s’était de nouveau tari. En deux pas seulement, elle franchit le pont de planches que Matt avait construit l’année précédente pour combler le fossé. Bientôt, les pluies reprendraient et le bois serait glissant. Il lui était arrivé plusieurs fois de déraper ; un jour, tout le contenu du plateau avait même fini à l’eau, offrant un festin aux créatures invisibles. Parvenue de l’autre côté, de la boue plein les semelles, elle se fraya un chemin vers la clairière. En cette fin d’après-midi, le soleil était encore chaud, baignant la vallée d’une lumière douce, chargée de pollen. Au loin, elle aperçut une grive et entendit les cris étrangement stridents des étourneaux qui s’élevaient en nuée avant de se poser sur un autre bosquet. Elle redressa le couvercle d’un des plats, libérant par inadvertance un riche parfum de tomate qui lui fit presser le pas.

About TeaCup

TeaCup pourrait être mon vrai nom tant je suis accro au thé. Je suis une dévoreuse de livres compulsive, je lis de tout et en grande quantité (plus ou moins quoi !). J’ai pensé à me soigner, mais finalement j'ai atterri sur un blog de chroniques. Je soigne le mal par le mal en somme.

Check Also

Jenny Fischer / Next Stop, 3e escale

Quelques infos sur le livre : Next Stop Auteur : Jenny Fischer Serie :  Genres : Romance Editeur …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :