Janette Paul / Salutations au soleil

Quelques infos sur le livre :

Salutations au soleil

  • Auteur : Janette Paul
  • Serie : 
  • Genres : Romance Contemporaine
  • Editeur : J’ai Lu
  • Collection :  Litterature Etr.
  • Publication: 06/ 11/ 2019
  • Edition: Broché
  • Pages : 416
  • Prix : 14,90€
  • Rating:   
4 étoiles

Elle s’appelle Trudy et a presque trente ans. Célibataire, un peu gauche, Dee se reconstruit après un grave accident. Prof de yoga, elle vit en colocation avec Léon, adorable mais farfelu, et peine à faire confiance à l’avenir. Il se nomme Ethan, a la trentaine. Séducteur assumé, il est à la tête d’une célèbre agence de publicité, dispose d’un compte en banque confortable et entrevoit le futur avec l’assurance des winners. Rien ne devait les faire se rencontrer. Une chaussure lancée d’un balcon va pourtant changer le cours de leurs destins… Vous pensiez que les chemins de la paix intérieure étaient de tout repos ? Salutations au soleil vous propose une expérience drôle et inattendue au coeur de la zen attitude…

Avis de TeaCup :

Je tiens à remercier les éditions J’ai lu pour l’envoi de ce SP.

Ce roman a mis un moment à sortir de ma PAL et à me convaincre, mais finalement j’avais envie de « yogi vibes ». On sent que le thème du yoga est vraiment la toile de fond et j’ai apprécié dans ce livre que ça ne soit pas qu’un prétexte, mais bien que la philosophie derrière cette pratique entre réellement en résonnance avec le parcours de l’héroïne.

On a le droit à une romance contemporaine progressive, où les choses se font par étapes et de manière fluide et naturelle. Rien ne nous ai jeté à la figure trop grossièrement et on voit les héros évoluer peu à pas l’un vers l’autre. Pour autant, en termes de « slow burn » j’avoue avoir préféré ce que j’ai pu lire d’autres auteures dans le genre, mais, pour avoir déjà lu le premier roman de Janette Paul « J’aurais mieux fait de me taire » chez J’ai lu, j’ai nettement préféré celui-ci.

On rencontre un peu les mêmes défauts dans les 2 romans de cette auteure : une héroïne qui a l’effet « lose » collé à la peau, une sorte de directe héritière de Bridget Jones avec un côté hyper hyper carabiné. Si elle peut perdre un truc elle le fait, si elle peut se vautrer elle le fait… etc. ce qui est franchement lourd. Je n’ai pas forcément plus d’empathie pour le perso, car il va lui arriver toutes les gaffes possibles et imaginables, je trouve ça un peu dépassé depuis Bridget Jones, une ou deux, OK, 10 000…  Mais, Dee a suscité en moi beaucoup plus d’empathie et de bienveillance que l’héroïne de son livre précédent, idem pour le héros.

On a aussi le même type de famille très lourde et insistante à la limite de l’aveuglement crasse et vraiment peu sympathique tant la mère piétine sa fille allègrement en mode « mais c’est pour ton bien », la sœur est absente, le beau-père aussi, bref un côté trop caricatural pour moi là encore.

La force de ce roman ce situe dans les ami(e )s de Dee, qui sont franchement beaucoup plus justes et équilibrés, on sent plus des personnes réelles qui aiment, poussent, s’engueule ou sont déçus. Du réalisme, en clair, que j’avais beaucoup moins senti sur le premier roman.

On est toujours centré sur l’évolution d’une femme avec l’amour, mais aussi en elle, sur ses convictions, aspirations et ce qu’elle attend des autres. Le roman se lit très bien et on voit défiler les 400 pages sans mal. Dee évolue et fait des choix, ça prend du temps, parfois on sent son aveuglement, mais je l’ai trouvé réaliste, là encore.

Un point en plus pour le héros : on sort des types impassibles, riches, dominateurs et hyper lourds comme on en a eu tant, et vu la description c’était quand même très mal parti ! J’avais peur d’avoir une énième caricature, un type parfait, tout ça, et pas du tout. Il se révèle très attachant, dans une belle mesure à tout niveau. Un personnage masculin super positif, ça fait plaisir !

Un moment de lecture sympathique que je ne regrette pas, pas un coup de cœur non plus, car aucune des scènes romantiques ne fait vraiment accélérer un petit cœur guimauve, mais on sent que c’est une volonté, quelque chose qui ne veut pas être trop « romance » même si ça continue à en parler pas mal. Un peu plus d’émotions dans ces scènes-là auraient vraiment changé la donne. Fort sympa malgré tout !


Un quatuor à cordes jouait une version funk de Douce Nuit. Dee s’échappa d’une conversation parfaitement superficielle et se réfugia dans l’obscurité du balcon déserté. L’air était suffocant. Elle prit un instant pour s’imprégner de la nuit et de la vue absolument époustouflante sur le port de Sydney. Puis elle se déchaussa, se pencha pour ramasser ses chaussures à talons aiguilles et, l’une après l’autre, les jeta le plus loin possible. Pendant qu’elles s’envolaient en formant un grand arc de cercle vers le jardin en contrebas, Dee mit ses mains en porte-voix et hurla : « Instruments de torture ! » Elle entendit un petit rire derrière elle. OK. Le balcon n’était pas aussi désert qu’elle l’avait cru… Elle se retourna et vit Ethan Roxburgh s’avancer dans la lumière projetée par les guirlandes lumineuses du sapin.

Hits: 70

A propos de Ninie

Petite graphiste freelance française âgée de 37 ans, je passe beaucoup de temps le nez dans les bouquins, ou sur photoshop. Egalement fan de Robert P., Jackson R., David G., je suis une éternelle gourmande quand ça concerne les beaux gars...

Découvrir également

S.R. Grey / Destin : Sur la glace #1

Quelques infos sur le livre : Destin : Sur la glace tome 1 Auteur : …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :