L’amour n’existe que dans les romances… ou pas! – Hélène Arnaud

Petite présentation du livre chroniqué :

Titre : L’amour n’existe que dans les romances… ou pas !

Auteur : Hélène Arnaud

Série :

Genres : Comédie romantique

Editeur : Editions Harlequin

Collection : Collection &H

Publication : Le 10 Mars 2021

Edition : Numérique

Pages : 250 pages

Prix :  4.99€

Rating :

Résumé du livre :

Si c’est trop beau pour être vrai, c’est que c’est faux ?

Viviane Lucerne, figure mondiale de la romance, serait… sa grand-mère ? Léa n’y croit toujours pas. Comment cette femme qui a passé sa vie à écrire des histoires d’amour a-t-elle pu abandonner sa famille pour partir vivre en Angleterre ? Il n’y a qu’un seul moyen de le savoir : la rencontrer. Ça tombe bien, la romancière recherche justement une nouvelle secrétaire… Mais, alors que Léa s’attendait à trouver une vieille dame acariâtre et solitaire, elle découvre une adorable grand-mère. Et voilà que débarque Colin, son petit-fils d’adoption aux allures de demi-dieu celte. Léa a l’impression d’être projetée dans l’une des histoires de sa grand-mère ; sauf qu’elle est bien placée pour le savoir, l’amour n’existe que dans les romances… ou pas ?

Votre avis :

Alors est-ce que l’amour n’existe que dans les romances… ou pas ? Ou bien se trouve-t-il ailleurs que dans ces livres que j’affectionne tant ?

Rêveuse, romantique et fleur bleue au possible, c’est le titre qui m’a abord séduite lorsque j’ai sollicité le titre sur la plateforme NetGalley. Je ne vous cache pas, non plus, que j’avais vu de nombreuses publications sur les réseaux sociaux, le concernant. La couverture et le résumé ont été un bonus supplémentaire pour me décider.

Mais seule Léa Marchand pourra vraiment nous confirmer si l’amour n’existe que dans les romances… ou pas ! Et si surtout Colin Browns s’y mêle, cela risque d’être très sensuel et explosif, cette affaire.

Jeune parisienne de vingt cinq ans, Léa voit sa vie bouleversée au même titre que toutes ses convictions, qui sont mises à mal. Et pour cause !

Lors d’une des rares journées où sa mère est à peu près lucide, cette dernière fait souvent des séjours en clinique psychiatrique dus à ses nombreuses addictions, elle lui révèle qu’elle a une grand-mère qui vit en Angleterre mais que cela fait plus d’une trentaine d’années que plus aucune communication n’a été établie. Quel choc pour Léa, qui était persuadée qu’il n’y avait plus que sa mère et elle. Son père ayant pris la poudre d’escampette à l’annonce de la grossesse.

Souhaitant en découvrir un peu plus, et en espérant que sa mère n’était pas prise dans une crise de délirium, Léa apprend que cette dite grand-mère est une romancière à succès et qu’elle a même lu certaines de ses romances. La jeune femme quitte son emploi dans un groupe de presse parisien et entreprend d’en savoir plus donc sur cette Viviane Lucerne, sa grand-mère.

Apprenant que celle que l’on nomme Outre-Manche, la Reine de Cœur, recherche une secrétaire bilingue qui l’aidera à préparer ses futurs plans de communication presse, en collaboration avec ses éditeurs, Léa y voit une chance et occasion en or, postule donc et fait ses bagages, direction le Dartmoor et plus précisément Little Billings.

Emerveillée et subjuguée par le décor que lui offre le cadre charmant de cette bourgade nichée dans le parc national du Dartmoor, à l’extrême Sud-Ouest de l’Angleterre, Léa profite encore du trajet restant pour se poser les bonnes questions quant à sa décision, prise sur un coup de tête. Elle sait aussi qu’elle va jouer à un jeu assez dangereux et qu’en plus de se faire démasquer, elle risque de tout perdre.

Car si elle n’obtenait pas toutes les réponses qu’elle était venue chercher ou encore des vérités qu’elle ne serait pas prête à entendre, à quoi tout cela aurait servi ?

Léa est-elle prête à prendre ce risque ? Et si Viviane était loin du personnage que lui a dépeint sa mère ?

Posant ses valises dans le cottage des invités du domaine de l’écrivaine, Léa endosse bien vite ce rôle qu’elle s’est créé et parvient à se rapprocher de cette grand-mère tout en brouillant les pistes, même si cela devient de plus en plus compliqué à cacher.

Surtout quand débarque Colin Browns, un soir au domaine. Je dirais même le très charmant et déroutant Colin Browns. Le héros digne des romances qu’écrit sa grand-mère.

Léa est plus que troublée par ce type, un peu trop charmant pour être vrai, mais elle se rend compte bien rapidement que sa patronne de grand-mère s’était créé une famille d’adoption et que Colin avait endossé le rôle du petit-fils chéri. Mais cette place est censée lui revenir et de façon légitime !

Léa s’en veut d’avoir couché avec lui avant de découvrir le pot aux roses, même si elle a énormément pris de plaisir dans les bras de Colin.

Mais que cache réellement ce besoin d’avoir une famille de rechange alors que la romancière a tourné le dos à celle de son sang ? Du moins, selon les dires de sa mère malade aux prises avec des démons invisibles. Et s’il en était tout autre ?

Léa devrait rester éloignée de Colin, d’autant plus qu’elle a toutes les raisons de le détester, mais malheureusement l’attirance et le désir qui les rapprochent, les rendent un peu trop accros l’un à l’autre et inséparables. Et de se retrouver toutes les nuits n’aide en rien du tout.

Colin lui aussi a des réserves concernant cette fille qui débarque sans crier gare et vient troubler la tranquillité de « grand-mère ». Mais n’arrive pas à se détacher de Léa… même s’il se doute qu’elle cache quelque chose et a une idée déjà précise sur le sujet.

Quand les masques tombent et que la vérité est dévoilée, ce sont plusieurs vies qui se mêlent et une petite-fille et sa grand-mère qui doivent apprendre à se connaître et tenter de rattraper tout ce temps perdu et passé loin l’une de l’autre.

Evidemment Léa peut compter sur Colin, qui a pris énormément de place dans sa vie et dans son cœur, et surtout en si peu de temps. Mais aussi, sur sa meilleure amie, Mélanie.

Elle, qui ne devait que confronter cette dame et repartir aussi vite en France, la voilà qui vit l’amour ailleurs que dans les romances de sa grand-mère.

L’amour n’existe que dans les romances… ou pas est une histoire romantique à souhait et qui met du baume au cœur, surtout quand on est en mal d’amour et d’affection comme moi.

Une lecture douce et mignonne, et qui m’a fait passer de bons moments de lecture. Je découvrais également avec L’amour n’existe que dans les romances… ou pas, les mots d’Hélène Arnaud, que je ne connaissais pas du tout.

Moi aussi, je veux un Colin dans ma vie. Ou est-il ? En Angleterre ?

De toute façon, j’ai toujours eu un faible pour ces héros romantiques d’Outre-Manche, surtout s’ils ont une barbe de 2/3 jours !

Et pour conclure, je tiens à remercier les Editions Harlequin et leur collection &H, de m’avoir confié la lecture de ce service presse dans le cadre de notre partenariat et obtenu sur la plateforme NetGalley.

Extrait :

« -Tu… m’aimes ?

Le malheureux petit sourire de gamin timide refit son apparition et Léa sentit monter à sa gorge l’ombre d’un sanglot. Ou d’un rire. Ou les deux. 

-Oui. Je comprendrais que tu ne veuilles plus me voir après ce qui s’est passé entre nous, mais j’avais besoin de te le dire en personne. Maintenant, si tu veux que je m’en aille…

Il fit un geste pour rouvrir la porte, dans son dos, mais elle le retient par le bras. Puis, cédant à l’envie de plus en plus pressante de le toucher, de retrouver cette sensation de plénitude et de paix que lui seul savait lui apporter, elle caressa sa joue râpeuse, l’obligeant à la regarder.

-Ne pars pas, murmura-t-elle. Tu es peut-être l’homme le plus exaspérant que j’aie rencontré, mais je t’aime aussi. Je ne veux plus passer un seul jour loin de toi.

Elle glissa les bras dans son cou, l’attira à elle et l’embrassa enfin, s’abandonnant au flot incontrôlable d’émotions qui l’étouffait. Il la serra contre lui, se retournant pour la plaquer contre le mur du couloir, comme il l’avait fait autrefois, sous le tilleul du petit parc, à Little Billings.

Puis, sans vraiment prendre conscience de ce qu’ils faisaient, emportés par le désir qui les consumait plus que jamais, ils se dirigèrent vers la chambre sans cesser de s’embrasser, de se toucher. Une trainée de vêtements froissés marqua leur passage dans le salon. Enlacés, ils se laissèrent tomber sur le lit et firent l’amour comme au premier jour.

Car, cette fois, ils savaient tous les deux que plus rien ne pourrait les séparer.

Juste avant de s’assoupir, nichée dans le creux de l’épaule de Colin, Léa songea de nouveau à la pensée qui l’avait traversée le jour de leur rencontre.

Comme dans un des romans de ta grand-mère… un bel inconnu vient parler à la jeune héroïne esseulée… Et paf !

Le coup de foudre. »

Vues : 74

A propos de Mela

Landaise et Bordelaise. Adore Starbucks et le chocolat. Dévoreuse de livres et qui aime ça. Un GROS faible pour les britishs, surtout les beaux mâles avec 2/3 jours de barbe. A une chatoune, Nina. Et accessoirement hôtesse de caisse pour passer le temps :)

Découvrir également

Karla Sorensen / Onde de Choc

Quelques infos sur le livre : Onde de Choc – Titre original : Bombshell Auteur : Karla …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :