Le dernier dragon sur Terre – Eoin Colfer

Petite présentation concernant le livre chroniqué :

Titre : Le dernier dragon sur Terre

Auteur : Eoin Colfer

Série : 

Genres : Fantasy

Éditeur : Éditions Pygmalion

Collection : 

Publication : Le 26 Août 2020

Édition : Broché

Pages : 416 pages

Prix : 21,90€

Rating : 

Résumé du livre :

Autrefois, il était connu sous le nom de Wyvern, Seigneur du Haut Feu, et son ombre terrifiait les masses.

Aujourd’hui, il n’est que Vern, vautré dans le bayou où il se cache, matant Netflix non-stop en tee-shirt Flashdance et sifflant de la vodka à longueur de journée.

Mais, contrairement aux autres membres de son espèce, il a survécu.

Malheureusement, aucune quantité d’alcool ne peut combler son immense solitude.

C’est alors que le hasard lui propose une alliance inattendue…

Aboutira-t-elle à l’extinction de sa race ou au retour de ses jours de gloire ?

Votre avis :

Avant de passer un peu de temps en compagnie de Vern, le dragon du bayou du coin, et que vous découvriez mon avis consacré à ma lecture pour Le dernier dragon sur Terre d’Eoin Colfer, je tiens à remercier Julie puis Pauline et les Editions Pygmalion pour m’avoir confié la lecture de ce service presse dans le cadre de notre partenariat.

Je ne connaissais pas du tout le style et l’univers dans lequel évolue l’auteur et la seule chose que je savais le concernant, était qu’il avait écrit la série littéraire Artémis Fowl, adaptée depuis pour la plateforme Disney +.

Ainsi, c’était un total plongeon dans l’inconnu et un peu comme à l’image de Vern, quand il fait ses piqués, toutes ailés déployées, depuis le haut d’un building de la Nouvelle Orléans.

Direction les bayous marécageux de Louisiane, là où se terre Vern, un dragon âgé de plusieurs millénaires et qui y a trouvé refuge.

Car pas facile au quotidien d’être le dernier spécimen de sa race et de survivre de nos jours où tout est si facilement exposé et exploité.

Certes, ce n’est pas commun de croiser un dragon en allant faire son marché, vous me direz ! Surtout que Vern n’est pas un dragon comme les autres puisqu’il fut jadis, Wyvern, Seigneur du Haut Feu et régnait sur ses terres en semant la panique et la terreur parmi les gens.

Mais son espèce et les siens furent décimés par la haine vengeresse des hommes.

Ainsi comme vous l’aurez compris, Vern est le dernier dragon sur Terre et malheureusement, il n’a désormais plus aucune possibilité de préserver sa race et perpétrer sa lignée noble de dragons. Et que même si, il en avait eu l’occasion, je ne crois pas que ça aurait sa priorité première.

Puisque Vern préfère se complaire dans sa petite existence, pas si petite vu son envergure qu’il s’évertue à contrôler et garder à l’abri des regards indiscrets.

Mais à quoi, un dragon comme Vern, peut bien occuper ses journées ? Et bien à chiller devant Netflix et à consommer plus que de raison, de la vodka, vautré dans son transat.

Et afin de conserver une certaine intimité et que personne ne se doute qu’un dragon vit dans le bayou voisin, que les curieux mais surtout les profiteurs, désormais minus de téléphones portables et connectés, ne découvrent la vérité et viennent perturber sa retraite, Vern a dû conclure des pactes et des marchés avec des personnes peu scrupuleuses au fil des siècles.

Or de nos jours, le seul en qui il peut avoir confiance est Waxman. Cet individu lui fournit sa boisson favorite et tout le nécessaire pour survivre incognito. Et surtout, ils se côtoient depuis plusieurs décennies et se connaissent suffisamment pour se soutenir l’un l’autre.

Jusqu’au jour où Squib débarque et vient semer le trouble dans les eaux boueuses où se complaisait Vern, notre dragon fan de la Casa de Papel.

Squib est un jeune gars du cru, pas mauvais pour un sou mais qui a le chic pour se retrouver au mauvais endroit et au mauvais moment, et s’attirer les ennuis comme cela n’est possible. Il est pourtant gentil mais son karma ne l’aide pas.

Voulant prouver que le shérif du comté est trempé jusqu’au cou dans des affaires très louches, Squib s’est transformé en enquêteur en herbe, faisant des découvertes qui auraient dû secrètes au risque de sa vie.

Vie qui est sauvée de justesse grâce à l’intervention de Vern, dont la tranquillité avait été troublée par le bruit suspect d’explosions, beaucoup trop proche de son lieu de résidence marécageux.

Mais que donc faire de cette tête brulée de Squib et surtout l’obliger à garder le secret qu’un dragon vit dans le voisinage ?

Le tuer et enterrer son corps, là où personne ne le trouverait ? Ou s’en faire un allié, qui lui permettrait peut-être d’améliorer son confort au quotidien ?

Vern a décidé qu’un humain de moins sur Terre ne serait pas une grosse perte. Et après tout, ce sont les hommes ont permis l’extinction des dragons. Donc œil pour œil, dent pour dent !

Mais Waxman va mettre son grain de sel et ainsi empêcher Vern de commettre l’irréparable, même si avec le recul, lui aussi aurait préféré se débarrasser de ce gamin un peu trop curieux et audacieux.

Ainsi voici les trois compères s’entre-aider mutuellement pour survivre dans cette jungle qu’est le bayou et peut-être faire régner l’ordre dans ce petit coin reculé de Louisiane.

Mais ce n’était pas sans compter sur des évènements qui vont malheureusement échapper à leur contrôle.

C’est ainsi qu’on verra Vern détruire plusieurs buildings de la Nouvelle Orléans, perdre son calme et cracher du feu pour en réchapper. Voir sa tranquillité de dragon perturbée par les touristes, ravis dé découvrir qu’un animal mythique vit tout près de chez eux.

Il est révolu le temps où Vern ne devait se soucier que son stock de vodka soit suffisant, que son tee-shirt préféré de Flashdance ne soit pas trop froissé et que le nouvel épisode de Narcos soit disponible sur Netflix.

Comme vous l’avez peut-être saisi, j’ai vraiment apprécié ma lecture où j’allais de surprise en surprise.

Le dernier dragon sur Terre est une agréable découverte littéraire, et puis j’aime bien de temps en temps lire de la fantasy. Plein d’humour et de sarcasmes, Vern le dernier dragon sur Terre m’a fait passer un excellent moment de lecture, avec style et brio.

Le dernier dragon sur Terre est un livre passionnant au récit haletant, et qui ne m’a pas laissé une seule seconde de répit, tant je me disais : Pauvre Vern, tu dois regretter d’être sorti de ton transat pour sauver ce gamin, un peu trop casse-cou.

Une lecture très originale avec un anti-héros un peu rustre et irrévérencieux, un antagoniste détestable, et un adolescent mal dans sa peau qui cherche les ennuis.

Ainsi, je vous invite à poser vos valises et à monter dans une barque pour plonger au cœur du bayou et faire la rencontre de Vern, Seigneur du Haut Feu mais surtout le dernier dragon sur Terre.

A découvrir ! Coup de cœur !

PS : Le petit plus pas négligeable est la couverture du livre en relief façon peau de dragon écaillée.

Extrait :

« -Nous allons tous mourir, répondit Waxman. Même le Seigneur du Haut Feu que tu vois ici, mais toi, tu as nettement pris de l’avance.

-Allons, Waxman, protesta Squib. Arrêtez de me faire marcher. J’ai bien travaillé pour vous ces dernières années.

Il avait raison et Waxman finit par céder à contrecœur. Il avait espéré pouvoir repousser l’explication.

-OK, fiston, dit-il. Vern t’a exposé au souffle du dragon. Une pleine dose. Et ça, c’est fatal pour les humains. Crois-moi, ce ne sont pas des histoires, ce que je te raconte.

Squib était incrédule.

-Vous m’avez tué parce que j’ai livré de la vodka ? Je n’arrive pas à y croire. Ma pauvre momma.

En entendant mentionner la momma de Squib, Waxman plaça le « mais ».

-Mais les effets peuvent être surmontés si on a accès à l’antidote.

-Ah ouais, dit Squib d’un air misérable. Et je parie que l’antidote pousse sur le cul d’une chèvre au sommet de l’Everest et que je dois tout de suite aller là-bas.

-Pas exactement, répondit Waxman en ouvrant une main pour révéler un petit disque brillant d’une teinte ambrée. Voici une écaille de Vern, il en perd un peu partout, à cause de la mue. Il te faudra une écaille de dragon fraîchement tombée deux fois par semaine pendant quelques mois.

Squib prit le petit disque.

-Et qu’est-ce que j’en fais ? Je l’applique sur mon front ou quoi ? »

Vues : 65

A propos de Mela

Landaise et Bordelaise. Adore Starbucks et le chocolat. Dévoreuse de livres et qui aime ça. Un GROS faible pour les britishs, surtout les beaux mâles avec 2/3 jours de barbe. A une chatoune, Nina. Et accessoirement hôtesse de caisse pour passer le temps :)

Découvrir également

Marlène Eloradana / A Quatre Mains

Quelques infos sur le livre : A Quatre Mains Auteur : Marlène EloradanaGenres : Romance contemporaineEditeur : Auto …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :