Home / Avis / Valéry K. Baran / A un stade du plaisir

Valéry K. Baran / A un stade du plaisir

Quelques infos sur le livre :

A un stade du plaisir

  • Auteur : Valérie K. Baran
  • Serie : 100% Sexy Rugby
  • Genres : Erotique, Homoromance
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : HQN
  • Publication: 18/ 09/ 2015
  • Edition: Numérique
  • Pages : 75
  • Prix : 1,99€
  • Rating:  

 

Résumé :

Une rage folle. Voilà ce que ressent Josh depuis des jours, des mois même. Et pourtant, il devrait être aux anges : il a été sélectionné pour jouer dans l’équipe de France de rugby, son objectif depuis toujours, son rêve enfin à portée de main. Mais rien ne se passe comme il l’avait imaginé. Tout ça à cause de Damien Seval… Damien et ses cheveux retombant en boucles mouillées sur le front, Damien et son regard perçant, Damien et son corps aux muscles dessinés par les heures d’entraînement… Josh est plus troublé qu’il ne l’a jamais été – bien plus qu’il ne devrait l’être. Et plus les jours passent, moins il a la force de résister à la tentation. A moins que la seule façon d’avancer soit justement d’y céder ?

 

Avis de TeaCup :

Deuxième essai pour moi avec la sexy 100% rugby sexy. J’aime beaucoup la plume de l’auteur et sur ce thème c’était celle qui avait pris le plus de risque il m’a semblé, donc j’étais plutôt enthousiaste.

Premier petit bémol, une vraie difficulté à rentrer dedans. Le personnage est dans un tel marasme qu’il y a une impression assez lourde sur le début du texte, ça tourne en rond, le personnage ressasse les mêmes impressions/sensations, j’ai trouvé ça un chouille plombant. On va me dire, « c’est le but, elle a bien géré »… oui et non j’ai du coup mis presque 2 semaines à lire un texte très court. La plume est toujours fluide et efficace, mais le début m’a vraiment laissé de glace au lieu de me toucher, je ne ressentais pas les émotions du personnage, car on nous balançait dedans un peu brusquement.

Ensuite (grosso modo il a fallu sortir de la douche quoi) j’ai réussi à me rapprocher du texte et à rentrer réellement dedans. Là, j’ai vu les enjeux, le sujet est assez classique ; un athlète homo qui ne s’assume pas on connait. Mais c’est vrai que ce que je retiens vraiment de cette nouvelle c’est la pudeur. Et j’adore les romances qui jouent sur ce crédo. C’est ce qui va me transporter ou pas dans certains cas. Il y a des scènes crues, des descriptions plus ou moins poussées, mais j’ai trouvé le personnage de Damien tellement désespéré et pudique que j’ai adoré… bien plus qu’à Josh, étrangement. Peut-être parce qu’on doit plus deviner qu’on ne nous livre et j’ai aimé ça. Je pense que j’aurais aimé un format long, un rapprochement plus progressif que cette fameuse scène de douche. Du coup j’avais une impression… de « merde fait chier ! ». (Désolée).

Dommage que ça ne soit pas déroulé autrement, car là je serai rentré à fond ils m’auraient serré le cœur et je les aurais adorés ces persos et les voir lutter, se servir de faux semblants se rapprocher sans y paraître. Donc je ne mets pas 3, car j’ai senti le potentiel et la plume de Valery, mais pas plus, car – et c’est TOTALEMENT subjectif – il y a un vrai fond de frustration qui ne partira pas. Le format court raconte tout de même une histoire aboutie, mais pas celle que j’avais envie de lire.

Je pense néanmoins que tous les amateurs de M/M devraient tenter cette nouvelle, ils s’y retrouveront.

 

Extrait :

Josh pénétra dans les vestiaires, comme ivre. Il n’adressa pas de regard à ses coéquipiers, n’interrompit pas son avancée lorsqu’il heurta des épaules, n’écouta aucune des interpellations qu’il provoqua. Il chercha sa serviette, son savon, l’isolement des parois de carrelage sombre où les sons se muent en résonnements.

Là, il se débarrassa de ses vêtements dans un coin, s’avança sous la douche, tourna le robinet, et laissa couler l’eau sur son crâne. Glacées dans un premier temps, les gouttes martelèrent son cuir chevelu, se déversant sur ses oreilles, sa nuque, son cou et les mains qu’il avait posées contre le mur. Longuement, il resta immobile, bras tendus et tête penchée en avant. Son corps tremblait d’épuisement mais le chaos dans sa tête ne se dissipait pas, ne s’engourdissait pas, s’accrochait à lui, s’engouffrait plus loin, comme pour le ruiner de l’intérieur. Puis la douche devint brûlante, brasier, et il recula la tête. Il ne régla le jet que pour le rendre le plus fort et le plus chaud qu’il pouvait le supporter. Enfin, il glissa les épaules sous l’eau et la laissa s’écouler à pleine puissance sur ses muscles usés, sur ses hématomes, sur ses contusions et sur la plaie encore douloureuse de son arcade sourcilière. Il releva même la tête pour la ressentir plus intensément sur son visage, comme si elle pouvait le laver, autant intérieurement qu’extérieurement.

En vain.

About Ninie

Petite graphiste freelance française âgée de 37 ans, je passe beaucoup de temps le nez dans les bouquins, ou sur photoshop. Egalement fan de Robert P., Jackson R., David G., je suis une éternelle gourmande quand ça concerne les beaux gars...

Check Also

Sabine Durrant / Dis-moi que tu mens

Quelques infos sur le livre : Dis-moi que tu me mens Auteur : Sabine Durrant Serie :  …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :