Accueil / LITTÉRATURE / CHRONIQUES / Colleen Oakley / La première fois qu’on m’a embrassée, je suis morte

Colleen Oakley / La première fois qu’on m’a embrassée, je suis morte

Quelques infos sur le livre :

La première fois qu’on m’a embrassée, je suis morte

  • Auteur : Colleen Oakley
  • Série : 
  • Genre : Feel Good/ Comedie Romance
  • Editeur : Milady
  • Collection : Feel Good Books
  • Publication : 17/01/2018
  • Edition : Broché
  • Pages : 500
  • Prix : 17€
  • Rating:  

Résumé :

Fantasque et drôle, Jubilee Jenkins souffre d’un mal extrêmement rare : elle est allergique au contact humain (pour résumer aux gens). Après un épisode qui a failli lui coûter la vie, elle décide de ne plus sortir de chez elle. Mais à la mort de sa mère, Jubilee doit affronter le monde et les gens. Elle trouve refuge à la bibliothèque municipale, où elle décroche un travail, et y rencontre Eric Keegan, un homme divorcé qui vient de s’installer en ville avec son fils adoptif, un petit génie perturbé. Bien qu’il ne comprenne pas pourquoi Jubilee le tient à distance, il est sous le charme… Ces trois-là n’étaient pas destinés à se croiser et pourtant seule leur rencontre va leur permettre de s’ouvrir à la vie et à l’amour, formant ainsi un trio irrésistible.

 

Avis de TeaCup :

Je tiens à remercier les éditions Milady pour l’envoi de ce SP.

J’ai flashé sur le titre qui en jette, difficile de le nier, et ce roman n’est pas passé loin du coup de cœur ! Une petite lecture détente, plaisir, feel good mignon à souhait mais qui sait devenir grave quand il le faut.

Le pari du livre : une héroïne « intouchable », allergique et totalement isolée socialement qui découvre le monde. La galerie de personnages à laquelle va se confronter et est bien travaillé, réaliste et évite de tomber dans tous un tas de clichés.

On découvre des « lieux communs » si je puis dire, genre le gamin attachant, intelligent limite autiste à la Sheldon Cooper, ou autiste ou pas ? On ne sait pas, clairement inadapté, mais qui se révèle attachant. La bonne copine fun qui va faire des bons mots et un héros pas trop beau gosse (mais quand même de plus en plus décrit comme tel, tout comme l’héroïne ce qui m’a fait sourire).

Résumé ainsi, ça semble cliché. Mais pas tout à fait, car l’auteure bosse bien sa copie. Elle nous propose un héros qui a un vrai problème avec l’éducation de ses enfants une empathie un peu défaillante et s’il est plein de bonne volonté, d’une maladresse chronique !

La meilleure amie nous fait bien vite penser qu’elle a de bonnes raisons cachées – pas forcément compliquées à trouver, OK, mais bien amené -, le petit « peut-être » autiste évolue, mais pas de manière incohérente et se révèle quand même touchant. Je n’évoque pas les personnages très secondaires mais sympathiques, les habitués de la bibliothèque qui font aussi une toile de fond sympa.

Mais surtout, surtout, il y a Jubilée. Elle est assez fidèle aux feel book classiques et reste malgré tout super attachante. Toute passionnée de lecture va s’y reconnaître un peu, va être peinée de la voir si enfermée tout en la sentant lucide. Et quand elle ne l’est pas sur une relation ou un événement, ça sonne encore vrai. On la voit cheminer à son rythme et j’ai aimé la suivre. Pas trop de mélo même si on n’en est pas exempt totalement, des vrais moments de réflexions et d’émotions à travers la citation de grands classiques tel « Virgin Suicide » et autre, un plaisir.

Cette histoire est parfois drôle, souvent touchante. Elle est quotidienne mais avec assez de fantaisie pour embarquer le lecteur. Il suit ce petit monde et se demande bien comment l’auteure va réussir une pirouette de fin, si ça va sembler cohérent ou la solution bien pratique. Ce qui me fait enlever un point et donc la mention coup de cœur c’est bien cette fin. Elle ose un pari qui me semblait nécessaire, mais on a quand même l’impression que tout est résolu bien vite : c’est la fin du bouquin on y va !

Dommage. Là il m’a manqué un brin d’émotion de suivre Jubilée pour la comprendre parfaitement et m’immerger dans son récit. Qu’on me raconte avec une certaine distance ce qui se passe m’a mise à distance, forcément.

Reste une histoire vraiment sympa, un bouquin de 500 pages qu’on ne voit pas passer. Les parents imparfaits liront ça en se sentant proches du roman, on aurait sûrement aimé plus d’Éric et de Aja, vu que c’est une double narration, il n’y a pas que Jubilée qui m’intéressait, mais bien Éric et son évolution de parent. À lire pour toutes celles qui aiment les romances « sans trop en faire », s’il reste des formules un peu clichées/faciles, il y a quand même une romance douce, prenante et tout un univers autour pour ne pas dire que ça ne tourne « que » sur ça.

 

Extrait : 

Un jour, un garçon m’a embrassée et j’ai failli en mourir.

Je me rends compte qu’on peut facilement prendre cette phrase pour le début du récit mélodramatique d’une adolescente, raconté d’une voix stridente et ponctué de cris perçants. Mais je ne suis pas une adolescente. Et je le dis dans un sens on ne peut plus littéral. Voilà comment ça s’est passé.

Un garçon m’a embrassée.

Mes lèvres ont commencé à me picoter.

Ma langue a enflé pour emplir ma bouche.

Ma trachée s’est fermée, me coupant le souffle.

Tout est devenu noir.

C’est déjà assez humiliant de tourner de l’œil juste après son premier baiser, et encore plus quand on apprend que le garçon en question ne vous a embrassée que pour gagner un pari ; que votre bouche est si intrinsèquement inembrassable qu’il lui a fallu 50 dollars pour le convaincre de poser ses lèvres sur les vôtres.

Pire que tout : j’avais parfaitement conscience que ce baiser pouvait me tuer. Du moins, en théorie.

 

Acheter ce livre  :

Hits: 0

A propos de TeaCup

TeaCup pourrait être mon vrai nom tant je suis accro au thé. Je suis une dévoreuse de livres compulsive, je lis de tout et en grande quantité (plus ou moins quoi !). J’ai pensé à me soigner, mais finalement j'ai atterri sur un blog de chroniques. Je soigne le mal par le mal en somme.

Découvrir également

Virginie Grimaldi / Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie

#VirginieGrimaldi #LeParfumDuBonheurEstPlusFortSousLaPluie Quelques infos sur le livre : Le parfum du bonheur est plus fort sous …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :