Home / Avis / S.C. Stephens / Toughtless, tome 5 : Sauvage

S.C. Stephens / Toughtless, tome 5 : Sauvage

Quelques infos sur le livre :

Sauvage

  • Auteur : S.C. Stephens
  • Serie : Thoughtless
  • Genres : Romance, Contemporaine
  • Editeur : Hugo & Cie
  • Collection : New Romance
  • Publication: 13/ 07/ 2016
  • Edition: Broché
  • Pages : 560
  • Prix : 17€
  • Rating:  

Résumé :

Griffin Hancock est le bassiste un peu bad boy des D-Bags, le groupe le plus chaud du moment.
Il a tout ce dont il rêve : une grande maison, une belle voiture, une magnifique famille. Malgré tout, cet homme sauvage et à l’ego surdimensionné en a assez d’être dans l’ombre de Kellan Kyle. Il estime être le meilleur et tout le monde devrait le savoir.

C’est pourquoi lorsqu’une opportunité se présentera, Griffin n’hésitera pas à la saisir. Le groupe n’est pas d’accord avec lui et il prend alors une décision radicale : il quitte Seattle avec sa famille pour retourner à L.A. pour y faire carrière seul.

Mais le succès n’est pas aussi facile qu’il l’aurait pensé, et qu’il pourrait avoir mis son couple en danger. Griffin expérimentera alors l’adage : « On ne connait pas la valeur de ce que l’on possède avant de tout perdre « .

 

Avis de Ninie :

Tout d’abord je tiens à remercier Marie et Hugo & Cie pour m’avoir offert l’opportunité de lire ce livre en m’accordant leur confiance.

Quel plaisir de retrouver Griffin le personnage complètement déchaîné et excité des D-Bags, je dois dire que j’étais assez curieuse à l’idée de découvrir le roman qui lui est consacré et je dois dire que je ne suis pas déçue car encore fois S.C. Stephens a relevé le défi de nous offrir le personnage hors du commun mais surtout un peu hors de contrôle de sa série « Toughtless » (Retrouver les tomes précédents ici).

Dans ce cinquième opus, c’est surtout l’histoire de Griffin face au succès des D-Bags que nous allons découvrir. Il n’est pas vraiment question de remise en question de soi car Griffin est au-delà de cela, il profite du succès du groupe, il a une maison tout aussi indécente que lui, et il faut dire qu’il n’a pas vraiment travaillé pour obtenir tout cela, c’est même le contraire. Il se laisse porter par la vague sans donner de sa personne. Il a un ego surdimensionné et rien ne peut le faire descendre de son piédestal.

Sa façon de penser, de parler, d’agir s’éloigne du commun de la norme sociale, et c’est assez déroutant par certains moments contrairement à d’autres, où il se comporte d’une façon normale avec ses enfants et sa femme dont il est éperdument amoureux.

Griffin est un personnage assez effrayant , il est très immature quand on le découvre pour le première fois, ses manies peuvent en rebuter plus d’une, mais au final j’ai eu l’impression qu’il était surtout incompris. Difficile de passer après Kellan Kyle et je peux parfaitement le comprendre, il a envie de reconnaissance, il veut triompher sous les feux de la rampe mais se retrouve dans l’ombre du chanteur.

A partir de cette ambition, S.C. Stephens met en place une intrigue qui va bouleverser le cours de l’existence du groupe, rien ne sera facile et Griffin en fait les frais, on découvre qu’il est facile pour les grands pontes d’Hollywood de duper une personne innocente et de la voir se faire avoir par ceux qui se disait être de vrais amis alors que ce n’était que du cinéma.

Au fur et à mesure de la lecture, Griffin change, il évolue, il mûrit… Anna va lui être d’une grande aide dans sa quête de bonheur et de succès.  Et même si rien n’est facile, j’ai aimé à apprécier l’homme qu’il devient. C’est une jolie découverte et presque une leçon de vie puisque parfois il vaut mieux ne pas chercher à savoir si l’herbe est plus verte ailleurs.

 

Extrait :

 

Quelques semaines plus tard, alors que la fin août approchait, l’événement que je redoutais le plus arriva finalement : les foutus VMA. Toute ma famille était à la maison pour nous assister dans nos préparatifs, sans doute pour avoir l’impression d’en être un peu.

Anna était à la fois reconnaissante et agacée qu’on l’aide à se coiffer et à se maquiller.

Pour ma part, j’étais hyper bien sapé dans mon costume gris foncé, et j’avais même enduit mes cheveux de gel pour la jouer façon Jack Nicholson.

Je feuilletais un magazine tout en attendant qu’Anna soit prête, quand je poussai soudain malgré moi un cri et sentis tout mon être se glacer…

– C’est quoi ce bordel ? C’est vrai, ces conneries ?

– Qu’est-ce qui est vrai ou pas ? s’enquit Liam d’un ton nonchalant.

Le sachant incapable de me répondre, je me ruai hors de la pièce pour trouver la seule personne dans cette maison en mesure de m’expliquer si ce que je venais de lire était vrai ou non.

– Anna ! hurlai-je en déboulant comme une furie dans notre chambre.

Assise devant sa commode, elle regardait Chelsey lui faire des boucles. Elle était vraiment torride dans sa robe blanche moulante, mais j’étais bien trop furax pour y prêter attention. Bon, je ne pus bien sûr pas ignorer son décolleté plongeant, qui soulignait généreusement ses atouts.

– Tu as lu cet article ? demandai-je en lui fourrant sous le nez.

Elle s’écarta un peu, pour voir de quoi il s’agissait. Chelsey reposa le fer à friser et toutes deux se penchèrent sur le papier qui venait de me mettre en rage. Anna en resta bouche bée, puis leva lentement les yeux vers moi.

– C’est vrai ? me demanda-t-elle.

– J’espérais que tu saurais me répondre, rétorquai-je. Kiera, Jenny ou Rachel ne t’ont rien dit ?

Ou les gars ? Mais je m’abstins d’énumérer leurs prénoms, surtout si le contenu de l’article était authentique.

Elle se contenta de secouer la tête.

– Tu es sûre que Kiera ne t’a rien dit, quand elle est venue te voir le mois dernier ? insistai-je.

Peu désireux de la croiser ou d’entendre des ragots sur le groupe, j’avais passé le week-end chez mes parents quand elle avait séjourné chez nous.

Anna me rendit le magazine, l’air complètement perdue.

– Non… rien du tout, et cela fait une semaine que nous ne nous sommes pas téléphoné… Mais ça ne peut pas être vrai, décréta-t-elle tout à coup, d’un ton plus ferme. Quelqu’un m’aurait avertie !

Elle en parut si sûre que je la crus… pendant quelques secondes. Et puis les paroles de Matt revinrent me hanter : tu n’existes plus pour moi.

About Ninie

Petite graphiste freelance française âgée de 37 ans, je passe beaucoup de temps le nez dans les bouquins, ou sur photoshop. Egalement fan de Robert P., Jackson R., David G., je suis une éternelle gourmande quand ça concerne les beaux gars...

Check Also

Vi Keeland / Bossman

Quelques infos sur le livre : Bossman Auteur : Vi Keeland Serie :  Genres : Romance Editeur : Hugo …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :