Accueil / LECTURES / CHRONIQUES / ADOS / Tiny Pretty Things 1 – La perfection a un prix – Sona Charaipotra & Dhonielle Clayton

Tiny Pretty Things 1 – La perfection a un prix – Sona Charaipotra & Dhonielle Clayton

Quelques informations concernant le livre chroniqué :

Titre : La perfection a un prix

Auteur : Sona Charaipotra & Dhonielle Clayton

Série : Tiny Pretty Things 1

Genres : Chick-Lit – Jeunesse

Éditeur : Éditions Hachette

Collection :

Publication: Le 2 Mai 2019

Édition: Numérique

Pages : 448 pages

Prix : 12,99€

Rating : 

Résumé du livre :

Gigi, Bette et June sont danseuses dans la prestigieuse école du Ballet de New York.

Lorsque Gigi, nouvelle et seule élève noire, est choisie pour incarner le rôle phare du premier ballet de l’année, les rivalités se déchaînent. Bette, ballerine star de l’école, est prête à tout pour récupérer son titre et éviter la rage de sa mère, qui ne tolère pas qu’elle ne soit pas la meilleure. La perfectionniste June rêve quant à elle de ne plus être cantonnée au rôle de l’éternelle doublure. Lorsque Alec, petit ami de Bette, devient le partenaire de Gigi : c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase !

Les trois filles ont bien du mal à résister à la pression du monde impitoyable de la danse… Amies ? Ennemies ? Peu importe finalement, ce qui compte c’est d’être la meilleure des meilleures !

Plié, jeté, relevé… pas de pitié !

Votre avis :

Quittant de temps en temps mon univers de lecture de prédilection, qu’est la romance, j’ai fait un excellent choix en lisant le premier tome de la série Tiny Pretty Things, écrit par Sona Charaipotra et Dhonielle Clayton.
Et j’aime me surprendre en découvrant des romans qui me permettent d’apprendre de nouvelles choses et dans ce livre-ci, c’est la danse classique et le domaine du ballet qui m’ont révélé tous leurs secrets.

Afin de mieux vous y immerger, comme je l’ai fait, direction la prestigieuse école du ballet de New-York, appelée également le conservatoire de l’American Ballet Company, et où plusieurs adolescentes, élèves depuis leur petite enfance, se livrent une guerre sans merci pour atteindre la perfection et être sur le devant de la scène.

Il n’y a pas que le talent et l’art de la danse qui coulent dans les veines et forgent les muscles de Bette, de June et d’Eleanor, mais aussi l’esprit de rivalité qui fait partie du quotidien de ces jeunes danseuses.

Au travers de leurs pensées, de leurs gestes,de leurs pas et de leurs paroles souvent menaçantes, et tour à tour, elles nous invitent à partager une année en leur compagnie au sein du conservatoire.

Institut mixte situé au Lincoln Center, complexe qui abrite entre autres le Metropolitan Opera et le New-York City Ballet, pour la petite note historique, en plein cœur de la ville qui ne dort jamais et donnant sur la mythique Broadway Avenue et à proximité de Central Park.

Les élèves conditionnés par la compétition sont obsédés par la réussite, par l’objectif de devenir une étoile montante de la danse mais aussi par les calories indésirables et leur poids.

Se gavant de comprimés, bien souvent illicites, aucun d’entre eux n’hésitent en rien pour rester au sommet et espérer décrocher les rôles titres du ballet de Casse Noisette, réinterprété à chaque rentrée, ainsi que ceux du spectacle organisé au printemps.

Tous et toutes sont en septième année au Conservatoire, ils font partie de l’école en se considérant déjà comme des vedettes et aiment être respectés comme telles, n’est-ce pas Bette ?

Sauf que malgré tout, les élèves savent qu’il leur reste encore beaucoup à accomplir pour éblouir et espérer devenir apprenti à l’American Ballet Company, à l’issue de leur huitième année. Et leur popularité à l’école n’y sera pas pour grand-chose concernant leur avenir.

Et l’une d’entre eux, est prête à tout.

Bette Abney, qui suit les pas de sa sœur aînée, Adèle. La jeune fille a tout pour réussir et tout pour elle. Son nom de famille, mécène de l’Institut, la gloire de sa sœur devenue danseuse étoile et qui parcourt le monde avec sa compagnie. Un petit-ami, Alec, qui n’est qu’autre que le fils du directeur du conservatoire. Une cour d’admiratrices, parmi les petits rats, qui la couvrent de compliments et de belles attentions et des camarades dévouées prêtes à exécuter le moindre de ses désirs.

Et surtout Bette n’en est pas à son premier coup d’éclat pour atteindre le meilleur niveau et la meilleure place au sein du conservatoire.

Sauf que quand débarque de sa Californie ensoleillée, Giselle Stewart, une jeune ballerine métisse, Bette voit rouge et comprend rapidement que ses projets de gloire vont se retrouver éclipsés par la grâce naturelle et la présence lumineuse de Gigi, qui lui rafle le rôle tant convoité de la Fée Dragée, sa popularité mais surtout Alec, son petit-ami.

Mais si Bette était la seule à se sentir menacée, il n’y aurait pas trop de craintes à se faire au sein du Conservatoire. Or même June, qui en a marre d’être l’éternelle doublure ou encore Eleanor, l’ombre silencieuse de Bette, ont toutes un rôle à jouer et leurs mots à dire.

L’heure des coups bas, des menaces et des sabotages a sonné et elles ne reculeront devant rien pour éliminer cette opportuniste venue leur piquer la vedette.

Les studios et les couloirs de l’école deviennent rapidement des scènes de crime mais toutes savent comment faire pour rester éloignées de tout soupçon jusqu’à l’acte, au geste et à l’imprudence de trop !

La perfection a-t-elle vraiment un prix ? Et quel est-il ? Et jusqu’où peut-on aller pour exceller et paraître toujours sous son meilleur jour ?

Rivalité, mensonges, secrets et trahisons sans oublier la touche de passion sont quelques éléments qui donnent au premier tome de la série Tiny Pretty Things, écrit donc à quatre mains, cette dimension de tension et de suspense, et qui nous empêchent de quitter le Conservatoire du Lincoln Center sans en connaître le dénouement final.

Qui de Bette, de June, d’Alec ou encore Gigi, sortira de ce huis clos fait de tutus, de pointes et de justaucorps sans la moindre égratignure ?

La danse est un univers impitoyable où tous les coups sont permis pour rester au somment de cet art, et qui à mon grand soulagement n’est pas fait pour moi.

J’ai vraiment apprécié ma lecture car il y a toujours eu le petit twist qui m’a replongé plus loin encore dans mes découvertes et mes questions.

J’ai déjà commencé le second livre car je ne pouvais pas rester sans savoir ce qu’allaient devenir ces ballerines obstinées et sans connaître le fin mot que le premier tome n’avait pas su me délivrer.

Je relirai avec plaisir ce livre car ces danseuses ont du talent et pas seulement lorsqu’elles ont leurs chaussons aux pieds.

Coup de cœur !

Extrait :

« -Viens, je vais te montrer quelque chose.

Il m’entraîne dans le couloir. Nous grimpons les étages qui nous séparent du 10e. Il refuse de m’expliquer pourquoi nous ne prenons pas l’ascenseur plutôt. Je redouble d’efforts pour conserver une respiration calme et régulière. Ça me rend nerveuse d’être aussi proche de ma chambre et, surtout, de celle de Bette. Les surveillants n’ont pas encore commencé les rondes dans les couloirs. Nous longeons des portes entrouvertes et les sanitaires collectifs. Il me tire par la main. J’essaie de ne pas rire. Il ne faudrait pas que je nous fasse remarquer. Je n’entends que quelques filles. La plupart des élèves doivent être en train de prendre un en-cas à la cafét’. Nous arrivons à l’autre extrémité du couloir.

-Tu connais la Bulle ?

-La… quoi ?

-La réponse est donc non.

Il me fait entrer dans un débarras sombre. J’ai toujours cru qu’il servait pour les produits d’entretien. Il fait mine de chercher l’interrupteur, mais ses mains se promènent surtout sur ma nuque et mon chignon.

-Alec…

Je n’ai pas vraiment envie qu’il arrête, pourtant. Il allume la lumière. La petite pièce est tapissée de photos : Anna Pavlova, Mikhaïl Baryshnikov, Margot Fonteyn, Rudolf Noureïev et d’autres. Il y a aussi des citations sur la danse. Des corps, des pieds, des costumes, tous parfaits. Les diplômés du conservatoire. Les membres de la compagnie. Des publicités de marques de danse avec les étoiles montantes. Rien que des visages blancs, aussi éblouissants que la première neige. Je tente de ravaler un subit accès de nostalgie, dû à mon envie farouche de trouver ma place ici.

-Qu’est-ce que c’est ?

-June ne t’en a pas parlé ? Cet endroit existe depuis l’ouverture de l’école. Personne ne sait qui l’a créé.

Bien sûr que non, elle ne m’en a pas parlé. Elle ne m’adresse pas beaucoup la parole dernièrement , en dépit de mes efforts pour créer un lien avec elle. Il continue à me parler de ce débarras alors que j’explore les murs du bout des doigts, cherchant à absorber chaque citation, à étudier chaque visage. »

Hits: 57

A propos de Mela

Landaise et Bordelaise. Adore Starbucks et le chocolat. Dévoreuse de livres et qui aime ça. Un GROS faible pour les britishs, surtout les beaux mâles avec 2/3 jours de barbe. A un poisson rouge nommé Pépino et une chatoune, Nina. Et accessoirement hôtesse de caisse pour passer le temps et vendeuse poissonnerie, que le lundi matin.

Découvrir également

L’amour est une question de (mal)chance – Alix Marin

Quelques informations concernant le titre chroniqué : Titre : L’amour est une question de (mal)chance Auteur : Alix …

2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :