Valéry K. Baran / Pour te faire craquer

Valéry K. Baran / Pour te faire craquer

Quelques infos sur le livre :

Pour te faire craquer

  • Auteur : Valery K. Baran
  • Serie : 
  • Genres : Romance, Contemporain
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : HQN
  • Publication: 27/ 07/ 2016
  • Edition: Numérique
  • Pages : 63
  • Prix : 2,99€
  • Rating:  

Résumé :

Les bonnes résolutions sont faites pour ne pas être tenues…

« Non » ? Comment ça « non » ?! Charlie n’arrive pas à y croire ; c’est bien la première fois qu’un homme refuse de coucher avec elle ! Pourquoi Romain a-t-il repoussé ses avances ? Pourtant, elle aurait bien aimé se rapprocher de lui et passer quelques heures dans ses bras musclés et réconfortants. Car, depuis qu’elle est revenue dans la maison dont elle a hérité, la nostalgie menace de l’engloutir. Mais hors de question de se laisser gagner par la morosité ! Avec les travaux de la maison de son enfance, elle sera sur place pour un bon bout de temps ; cela devrait lui laisser le temps d’atteindre son nouvel objectif : faire craquer Romain…

[Ce texte est précédemment paru sous le titre Emporte-moi  dans le recueil HQN Des romances et des mots]

 

Avis de Ninie :

Valéry est une auteur que je connais depuis un petit moment maintenant via facebook, et j’ai eu l’occasion de la voir en vrai lors du SDL de Paris cette année, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de découvrir un de ces écrits. Peu après la sortie de ce texte, je l’ai lu mais avec les vacances j’avoue ne pas avoir pris le temps de mettre mon ressenti sur le blog et c’est dommage car Valéry a beaucoup de talent. Lors de ma lecture, j’ai eu l’impression de vivre la vie de Charlie le temps de quelques heures. Valéry sait manier les mots et nous faire voyager et découvrir des espaces inconnus, j’ai imaginé la rivière et la petite maison héritée par l’héroïne, j’ai rêvé de ces paysages sauvages.

Charlie Paris a hérité de la maison de son père depuis 3 ans et décide sur un coup de tête de tout abandonner pour revenir sur ses terres natales (qu’elle n’avait pas revu depuis la séparation de ses parents). Pour elle c’est un total dépaysement, c’est si différent de la vie parisienne qu’elle menait jusqu’à présent. Les souvenirs de son enfance ont du mal à refaire surface, elle n’arrive pas à se remémorer les moments passés dans cet endroit qui lui ressemble si peu. Alors lorsqu’elle croise le chemin de Romain, le petit-fils de sa voisine, elle ne reconnait pas le petit garçon avec lequel elle jouait en étant enfant. Il est devenu un bel homme qui ne la laisse pas indifférente, mais c’est loin d’être réciproque.

Romain est un personnage comme on en voit peu, il est beau mais il est aussi très acariâtre, il ne laisse pas les femmes s’approcher trop près. Oui vous avez bien lu, alors que Charlie lui expose clairement le fait qu’elle a envie de lui et qu’elle ne serait pas contre un corps à corps fiévreux, Romain se débarrasse d’elle de façon expéditive et cavalière. Mais rassurez-vous c’est loin de décourager la demoiselle. Il est également très complaisant, quand on sait comment le prendre.

Charlie est une jeune femme extravagante et déroutante, elle m’a fait rire à de nombreuses reprises, je l’ai trouvé d’un naturel sans gêne. Pour elle, la sexualité n’est pas quelque chose de prohibé au contraire, elle assume clairement ses choix et ses convictions. Mais malgré le fait d’être si extravertie, elle n’en est pas moins blessée et chamboulée très profondément par son passé depuis qu’elle est revenue prendre un nouveau départ en Ardèche.

Valéry K. Baran a une jolie plume très poétique, elle a une habilité et une prédisposition pour écrire les scènes de sexe avec sensualité et efficacité, je suis curieuse de découvrir ses autres textes traitant d’homosexualité et de découvrir si elle y met la même magie que dans ce texte. C’était un plaisir de découvrir cet auteur qui est aussi gentille que talentueuse.

Extrait :

Lorsque le ciel commença à se dégager, elle était en train de jeter les restes de son sandwich aux canards et sursauta en entendant un klaxon. Il venait du bout du chemin. Affolée, elle sauta dans ses sandales sans les attacher et descendit à toute vitesse. Elle entendit rapidement des éclats de voix, puis elle aperçut, plus bas, un camion bloqué derrière sa voiture et un groupe de gens qui y étaient attroupés : une vieille femme et deux hommes d’une trentaine d’années. En arrivant, elle manqua à ce point de se casser la figure en dérapant dans ses sandales que seule la manière dont l’un des hommes la retint alors par le bras l’empêcha de s’encastrer dans la petite vieille. Horrifiée, elle leva les yeux sur celui qui l’avait empêchée de commettre une catastrophe et se perdit brusquement dans son regard. La dame attira son attention :

— Mademoiselle ?

Charlie se tourna vers elle, essoufflée. Celle-ci leva les mains dans une expression de surprise.

— Mais vous êtes… Mais. Oh ! La petite Paris !

— Oui, confirma-t-elle en forçant un sourire. Charlistiane.

Le prénom farfelu dont ses parents n’avaient rien trouvé de mieux que l’affubler.

— Mais vous… ? interrogea-t-elle, curieuse de savoir comment la vieille dame avait pu la reconnaître, bien qu’elle l’ait vue descendre de la maison.

— Mme Sabatier, se présenta-t-elle. Tu ne te souviens pas de moi, sûrement.

— Euh… si, en fait.

La petite vieille qui vendait des œufs. Son visage ne faisait écho qu’à des images confuses, mais son nom ne la trompait pas. Mais c’était tellement loin dans sa mémoire, désormais…

Laisser un commentaire