Home / Avis / Amélie C. Astier & Marie Matthews / Hors Jeu

Amélie C. Astier & Marie Matthews / Hors Jeu

Quelques infos sur le livre :

 

 Hors jeu

  • Auteur : Amélie C. Astier & Marie Matthews
  • Serie :
  • Genres : Homoromance
  • Editeur : Milady
  • Collection : Emma
  • Publication: 17/ 06/ 2015
  • Edition: Numérique
  • Pages : 505
  • Prix : 9,99€
  • Rating:  

 

Résumé :

Lorsqu’on est footballeur professionnel, ce n’est pas évident de protéger sa vie privée, et encore moins d’assumer son homosexualité au grand jour.
Ça, Wade Perkins l’a bien compris. Capitaine de l’équipe de Manchester, il se fait passer pour un coureur de jupons depuis des années, et ça lui a bien servi – c’est un excellent joueur, et il a la cote auprès des supporters. L’impossibilité de vivre une vraie histoire d’amour ? Il fait avec. En tout cas, c’était ce qu’il croyait, avant l’arrivée dans son équipe de Nikki, une nouvelle recrue. Entre lui et Wade, c’est l’attraction immédiate, mais quel genre de relation les deux hommes pourront-ils nouer sans que cela ne détruise leur carrière et leur vie… ?

 

Avis de Ninie :

Tout d’abord je tiens à remercier Aurélia et Milady pour m’avoir offert l’opportunité de lire ce livre en m’accordant leur confiance.

Je ne sais pas trop comment vous décrire ma chronique car je suis assez mitigée sur ma lecture. J’ai trouvé le sujet sur l’homosexualité dans le monde du foot fort intéressant, c’était du jamais vu pour moi. Il faut dire que je en suis pas spécialement une grande amatrice du ballon rond. Je trouve même ça idiot de voir 22 mecs courir après un ballon, chacun son truc, mais là c’était surtout de la curiosité vis-à-vis des auteurs que je suis via leur page facebook depuis un moment déjà.

Je n’avais pas encore eu l’occasion de découvrir leurs écrits, alors quand j’ai découvert qu’elles allaient publier un de leur titre chez Milady, je ne pouvais que me lancer dans l’histoire surtout que c’est une homoromance et j’aime de plus en plus lire ce genre.

J’ai aussi été scandalisée de voir à quel point, elles avaient de mauvaises notes sur amazon, car il n’était précisé nul part que c’était une réédition d’une auto-publication, alors que je suis sûre de l’avoir lu dans la présentation des auteurs. Enfin bref, passons là n’est pas le sujet, mais je trouve ça dommage de ne juger qu’un livre à ça.

Ma lecture est déjà finie depuis quelques jours et j’avoue que j’ai l’impression d’être passée à côté de quelque chose. Comme je le disais le sujet est très intéressant, ça se voit que les auteurs sont calées niveau ballon rond (enfin surtout une des deux d’après les remerciements), d’ailleurs merci pour le glossaire avec les termes, il m’a été très utile n’y connaissant rien en football. Mais j’ai eu une impression de relire souvent la même chose d’un chapitre à l’autre alors que le POV alternait de Wade à Nikki, et habituellement j’aime cette alternance de POV. Là, j’avais du mal à différencier les personnages parfois.

J’ai même eu une copie de phrase d’une page à l’autre, et c’était franchement désagréable, alors quand le personnage de Wade ose répéter qu’il aime allait dans un pub pour regarder un match de football, car il y a plus d’ambiance que chez lui et qu’il aime le contact avec les supporters et qu’il le refait même pas 30 lignes plus tard, je me dit soit qu’il est bourré ou que mon fichier numérique déconne grave. Et en fait non, c’est une erreur de correction éditoriale (dixit l’attachée de presse qui s’est renseignée après mon mail).

Du coup j’ai continué ma lecture complètement perturbée à tel point que j’ai noté tous les petits trucs qui clochaient et ça m’a un peu gâchée la lecture. C’est pour ça que j’ai l’impression d’être passée à coté de quelque chose, car habituellement je repère les fautes de correction mais je n’en fais pas étalage, on est pas des robots 😉

Mais je n’abandonne que rarement un livre (je dois être maso) et là l’histoire avait vraiment un truc qui m’a donné envie de continuer, ce que j’ai fais jusqu’à la dernière page et je ne regrette pas d’avoir continuer.

Pour les personnages, j’ai une nette préférence pour Nikki qui assume son homosexualité face à sa famille, il a de la chance d’être soutenu ainsi malgré sa différence. J’ai moins apprécié Wade qui se cachait derrière sa façade de séducteur et qui n’hésitait pas à coucher avec des femmes pour cacher sa nature. Ce n’est pas facile, je peux complètement l’assumer, mais pour moi, il n’était pas lui-même, tout ce cinéma, je trouve qu’il a gâché beaucoup de temps pour ne pas être heureux. J’ai aimé le découvrir avec Nikki, il a commencé à me plaire un peu plus, même s’il n’était pas prêt à changer.

Concernant l’histoire, j’ai pas mal  apprécié les moments pendant les matchs, les entraînements, dans les vestiaires. En conclusion, ce titre mérite tout de même 4 étoiles car outre le fait d’avoir été perturbée, j’ai surtout été curieuse de savoir comment ça allait se terminer tout ça.

 

Extrait :

Entrer dans une nouvelle équipe, c’est comme chercher sa place au sein d’une famille. Il faut savoir composer avec tous les membres sans toutefois s’oublier soi-même.

Je n’ai jamais eu de mal à faire ça, que ce soit dans ma propre famille ou dans une équipe. Je suis quelqu’un de sociable et tant qu’on ne vient pas m’emmerder, il n’y a pas de soucis. Mais malheureusement, dans chaque équipe comme dans chaque famille, il y a cette personne, celle qui est obligée de se montrer, d’attirer l’attention sur elle et le plus souvent justement en foutant la merde.

Un coup d’œil à ma nouvelle équipe et je sais déjà qui est cette personne : Shaun.

Je n’aime pas le regard qu’il a sur moi alors que le coach fait les présentations, il a peur pour sa pseudo-gloire. Mon père m’a toujours appris à me méfier des gens qui ont peur. La peur peut être un bon stimulant : il n’y a de vrai courage que lorsqu’on est terrifié par la chose qu’on affronte. Mais lui, je doute qu’il soit courageux, il serait plutôt du genre à faire ses coups par-derrière. Je détourne le regard du petit con qui va me servir de coéquipier et me concentre sur le reste de l’équipe.

About Ninie

Petite graphiste freelance française âgée de 37 ans, je passe beaucoup de temps le nez dans les bouquins, ou sur photoshop. Egalement fan de Robert P., Jackson R., David G., je suis une éternelle gourmande quand ça concerne les beaux gars...

Check Also

Sabine Durrant / Dis-moi que tu mens

Quelques infos sur le livre : Dis-moi que tu me mens Auteur : Sabine Durrant Serie :  …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :