Accueil / Avis / Audrey Woodhill / Superman, mon éditeur et moi

Audrey Woodhill / Superman, mon éditeur et moi

Quelques infos sur le livre :

 

Superman, mon éditeur et moi

  • Auteur : Audrey Woodhill
  • Genre : Chick-lit
  • Editeur : La Condamine
  • Collection : Chick-lit
  • Publication : 05/10/2017
  • Edition : Numérique
  • Pages : 304
  • Prix : 3,99€
  • Rating : 

Résumé :

Le costume de super-héros est-il vraiment le meilleur atout pour séduire une femme ?

Lorsqu’elle décide d’écrire une fanfiction de l’acteur qui incarne le super-héros le plus célèbre des Etats-Unis, Aurore, ne se doute pas des bouleversements que cela va entraîner. Repéré par un éditeur et propulsé en tête des ventes de livres en France, puis aux Etats-Unis, le roman de cette jeune maman célibataire est en passe d’être adapté sur les écrans.

Arrivée à Los Angeles pour une tournée promotionnelle, Aurore pourrait bien vivre l’aventure la plus folle de sa vie. Sous le soleil de la Californie, son coeur se retrouve pris en étau entre un éditeur aux faux airs de James Bond, et un Superman plus sexy que jamais.

Mais qu’importent les strass et les paillettes, Aurore n’est pas du genre à se laisser impressionner par le beau-gosse qui met tout Hollywood à ses pieds. S’il pense avoir à faire à une fan de la première heure, il va vite devoir redescendre sur terre et ranger sa cape au placard !

Avis de Anne_B :

Quand j’ai appris que La Condamine rajoutait la chick-lit à son catalogue, j’ai eu envie de mieux connaître ce genre que je n’ai pas l’habitude de lire. Je remercie l’éditeur car c’est en Service Presse et avec beaucoup de curiosité que j’ai pu découvrir « Superman, mon éditeur et moi » d’Audrey Woodhill. Le texte a été récompensé lors du premier concours chick-lit de Fyctia et a reçu également le Prix du Jeune Auteur de la Fête du Livre de Saint-Etienne.

Aurore Dubois, maman célibataire de 33 ans est devenue, en l’espace de deux ans, riche et célèbre grâce à un roman « The Star and Me », devenu un best-seller mondialement connu. Tout à commencé le jour où, après des années de galère pour trouver des éditeurs, elle a décidé de se lancer dans l’écriture d’un genre qu’elle ne connaissait pas spécialement : la fanfiction. Il lui fallait ensuite choisir une star. Et quand elle a tapé « sex symbol» sur Google, c’est le nom de James Knight, le nouveau Superman au cinéma, qui s’est inscrit sur son écran. A partir de là, elle a décroché le jack-pot et son livre s’est tellement bien vendu qu’une adaptation cinématographique a été décidée – avec Aurore en consultante du film pour la Warner. La voilà donc qui débarque en Californie où l’attend son éditeur américain, John Barrett, milliardaire ultra sexy (qui ne la laisse pas indifférente et qui a l’air lui aussi de craquer pour elle). Et puis James Knight, l’étoile inaccessible qui a refusé de jouer son propre rôle dans l’adaptation cinématographique – du moins jusqu’à ce qu’il rencontre Aurore et qu’il décide alors d’accepter de jouer son propre personnage dans le film.

Une lecture très divertissante. J’ai aimé le ton très rythmé et plein d’humour de l’auteur. L’intérêt est constamment relancé avec de nombreux rebondissements. Je n’en dirais pas plus pour ne pas vous spoiler mais c’est mouvementé. J’ai également apprécié de vivre le rêve américain d’Aurore, c’était vraiment réaliste et bien détaillé. Par contre, n’étant pas très fan des triangles amoureux, j’avais quelques réticences avec le trio John/Aurore/James – réticences rapidement oubliées grâce à la tournure que prennent les événements ensuite. J’ai trouvé aussi Aurore parfois trop gamine et excessive, avec des jugements à l’emporte-pièce mais c’est le personnage qui voulait ça ; et puis des séquences, comme par exemple, ses moments plein de tendresse avec son fils, venaient contrebalancer tout ça. Donc au final, j’ai passé un très bon moment de lecture. J’ai pris plaisir à rencontrer Superman, Aurore et son éditeur.

Extrait :

Je suis à Los Angeles depuis moins de vingt-quatre heures et me voici en train de signer mon tout premier autographe.

Barbara,

Il faut toujours viser la cerise sur le baba au rhum,

Car même en cas d’échec, on atterrit dans la chantilly !

Aurore Dubois

Je lui tends le bout de papier, très fière de mon petit clin d’œil à Oscar Wilde.

— Vous savez, c’est le premier autographe que je fais !

A propos de Anne B

"Il faut toujours garder une petite place pour les livres" telle est la devise que je vous délivre et j'essaie de m'y tenir avec beaucoup de plaisir ! Bisou

Découvrir également

Rebecca Yarros / The Renegades, tome 1 : Wilder

Quelques infos sur le livre : Wilder Auteur : Rebecca Yarros Serie : The Renegades Genres : New Adult …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :