Home / Avis / C.S. Pacat / Prince Captif, tome 1 : L’esclave

C.S. Pacat / Prince Captif, tome 1 : L’esclave

Quelques infos sur le livre :

 L’esclave

  • Auteur : C.S. Pacat
  • Serie :  Prince Captif
  • Genres : Romance, fantasy, Homoromance
  • Editeur : Milady
  • Collection : Central Park
  • Publication: 29/ 05/ 2015
  • Edition: Broché
  • Pages : 416
  • Prix : 14,90€
  • Rating:  

Résumé :

Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s’empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d’un royaume ennemi.
Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s’allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.
Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…

 

Avis de ShieCastee :

Tout d’abord merci a Milady et à Aurélia pour sa confiance lors de ce service presse.

Pour l’histoire, j’ai récupéré ce livre (ENC = Epreuve Non Corrigée), enchaîné dans une belle cage dorée, lors du salon du livre 2015.

J’avais appris la veille que c’était un M/M, genre que je connais très peu et qui ne m’attire pas du tout. En dédommagement de l’envoie à Ninie, je lui ais dit donc «  je vais le lire » …. Avoir  un livre avec deux mois d’avance, ça ne se refuse pas !!!!!

La personne du stand de Milady m’a dit que le livre avait fait le tour de la rédaction et n’avait eu que des avis positifs…. J’étais donc assez contente de dévorer cette « perle »  avant tout le monde … chic chic chic…..

Pour le coté technique, le livre est facile a lire, il est bien traduit, et il ne présente pas de difficultés particulières. Une bonne idée d’avoir mit un petit lexique avec les personnages en début ce qui permet de temps en temps de ne mélanger personne.

Une carte en début de livre aussi aurait été pas mal aussi, je me suis perdue un peu parmi les noms des provinces, pays et villes.

Damen est l’héritier du trône. A la mort du roi,  Lors d’un coup d’état mené par son jeune demi -frère, il est offert en esclavage, au futur roi du royaume ennemi : Laurent.

Dés les premiers pages, le ton est donné. Damen est enchaîné, réduit à l’état de moins que rien, et on partage son sentiment de frustration, de colère et d’impuissance devant les événements dont il est le héro malgré lui. Soit disant mort pendant le coup d’état, il n’existe plus et est offert à la délégation ennemie avec d’autres esclaves.

Il découvre alors, entravé et soumit malgré lui, la court du régent et du prince blond du royaume de Vère.

Un entourage dépravé ou, les courtisans  sont accompagnés de « mignons », esclaves sexuels males  et les courtisanes de « favorites » féminines ;  les bâtards étant très mal vus, mais pas les orgies de sexe, où spectacles de viols et maltraitance sont monnaie courante.

Entre humiliations, coups et l’espoir  de ne pas se faire reconnaître, Damen survit.

Et là, vous m’avez perdue…

J’ai retrouvé la boule de pierre dans mon  ventre. Celle qui m’avait fait lâcher 50 nuances au bout d’un tome tant Christian m’insupportait, me dérangeait, me donnait des boutons.

Quelle est cette histoire ?

Où sont les papillons dans le ventre tant promis ????

Impuissance, frustration, colère, soumission et violence… Voila ce que j’ai trouvé….

Qu’en est-il de l’amour ?

Le prince blond ? Celui qui le fait fouetter ?  Presque violer dans l’arène ?

Non…  pas lui …. Comment remplacer la honte, l’humiliation et la douleur par de l’amour ? La rancune, vous connaissez ?

A moins que Damen ne souffre du Syndrome de Stockholm ? D’Alzheimer ? Pitié….  Où est la logique ??????

Arrêter ma lecture ?

Continuer de lire le livre ? …

J’ai hésité à plusieurs reprises.

Par chance cette fois ci, il ne fait que 300 pages… nettement suffisamment a mon gout…

Par bravache, défis et promesse je l’ai pourtant terminé…

La boule dans le ventre c’est atténué, mais est restée.

L’auteur fait évoluer lentement et de façons subtile la relation entre les deux hommes…

Intrigues de cours, lutte de pouvoirs, attentats déjoués, elle modifie lentement et surement notre point de vue sur Laurent, et explique doucement les raisons de son attitude, mais à mes yeux ne les pardonne pas.

Les deux hommes se rapprochent, début de confiance, début de respect.

Damen reprend espoir, la vengeance est peut être au bout de sa route, alors que se dessine la trame d’une machination qui ne les rends pas si différents l’un de l’autre.

Je n’ais pas trouve les papillons dans le ventre.

Je n’ais pas vu poindre le moindre embryon d’amour. Juste  l’espoir de liberté et de vengeance pour l’un et un début de confiance pour l’autre.

Le livre m’a pas mal déçue.

Je n’ais pas trouve ce que l’on m’avait promis c’est-à-dire la romance et comment peut il y en avoir une ?????

J’y ais déteste l’atmosphère malsaine qui y règne, et ce que j’y ais trouvé, comme la violence  les humiliations et les viols.

La seule chose qui m’a convaincue de continuer à lire (pour le moment) c’est « que va devenir Damen » par la suite.

Vas t’il pouvoir se venger de son demi frère ?  Pouvoir reprendre son trône ? Comment vas être préservée la paix entre les deux royaumes ?

Il y a deux tomes à venir, j’espère que l’atmosphère changera pour que mon avis évolue. Ma note est basse. Sans l’intérêt du devenir de Damen, je l’aurais baissée encore ; voir je n’aurais pas fini ma lecture.

J’espère que vous passerez un meilleur moment que moi.

 

Extrait :

Damen avait deviné qu’il faisait partie d’un convoi d’esclaves plus important, et les murmures des deux courtisans les plus proches le lui confirmèrent. Cela l’irrita encore davantage. Laurent le passa en revue comme s’il examinait un objet. Damen senti sa mâchoire se crisper.

Le conseiller Guion prit la parole.

–          il est destiné à la fonction d’esclave de plaisir, mais il n’a pas été formé. Kastor à pensé que vous aimeriez peut être le mater vous-même.

–          Je ne suis pas désespéré au point de me rouler ainsi dans la fange, rétorqua Laurent.

–          Oui votre altesse.

–          Servez vous de la croix pour le briser. Je pense que cela suffira à honorer mes obligations envers le roi d’akielos.

–          Oui altesse.

Le soulagement du conseiller guion était palpable. Sans perdre un instant, il fit signe aux geôliers d’emmener Damen. Celui-ci devina qu’il posait un délicat problème diplomatique : le présent de Kastor était la fois magnifique et injurieux.

Les courtisans s’apprêtaient à partir. La farce était terminée. Damen vit le geôlier se baisser vers la chaine qui le clouait au sol. Ils allaient le détacher afin de l’emmener à la croix. Il crispa et décrispa les doigts. Concentré, il ne quittait pas les yeux du geôlier, son unique adversaire.

–          attendez, reprit Laurent.

Le geôlier s’immobilisa et se redressa.

Laurent vint se poster face à Damen et le contempla, une expression indéchiffrable sur le visage.

–          je voudrais lui parler. Enlever lui son bâillon.

–          Il n’a pas sa langue dans sa poche, prévint le geôlier.

–          Votre altesse, si je puis me permettre…, commença le conseiller Guion.

–          Obéissez.

Damen promena sa langue dans sa bouche lorsqu’il fut libéré de son bâillon.

–          comment t’appelles tu, chéri ? interrogea  Laurent non sans une certaine cruauté.

Damen  ne répondait pas aux questions posées d’une  voix aussi mielleuse. Il leva les yeux sur Laurent. C’était une erreur. Ils se dévisagèrent mutuellement.

–          peut être a t’il une tare, suggéra guion.

Les yeux d’un bleu transparent ne quittèrent pas ceux de Damen. Laurent répéta sa question, lentement, dans  la langue d’akielos.

Les mots franchirent les lèvres de Damen avant qu’il ne puisse les retenir.

–         Je parle votre langue mieux que vous ne parlez la mienne, chéri.

Ses paroles, prononcées avec une pointe presque indécelable d’accent akiélonien, étaient compréhensible par tout un chacun. Elles lui valurent un coup de poing violent du geôlier.

About Ninie

Petite graphiste freelance française âgée de 37 ans, je passe beaucoup de temps le nez dans les bouquins, ou sur photoshop. Egalement fan de Robert P., Jackson R., David G., je suis une éternelle gourmande quand ça concerne les beaux gars...

Check Also

K. Bromberg / Driven, tome 8 : Down Shift

Quelques infos sur le livre : Down Shift Auteur : K. Bromberg Serie : Driven Genres : Romance, Contemporain …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :