Home / Avis / Chase Novak / Scission

Chase Novak / Scission

Quelques infos sur le livre :

Scission

  • Auteur : Chase Novak
  • Serie : 
  • Genres : Thriller/horreur
  • Editeur : Préludes
  • Collection : Preludes noire
  • Publication: 05/ 10/ 2016
  • Edition: Broché
  • Pages : 416
  • Prix : 17€
  • Rating:  

Résumé :

Adam et Alice Twisden ne sont pas des enfants ordinaires. Leurs parents ont subi un traitement expérimental contre l’infertilité et en ont payé le prix fort. La tante des jumeaux a obtenu leur garde et est déterminée à leur donner tout l’amour dont ils ont été privés jusqu’ici. Mais, au-delà du cocon qu’elle essaie de créer, d’autres forces règnent. Des bandes adolescentes issues de la même terrifiante procédure médicale rôdent dans les rues de New York. Les enfants vont devoir choisir leur camp…

Après Conception, Chase Novak revient hanter ses lecteurs avec un deuxième opus aussi diabolique qu’addictif, parfait dosage entre deux genres : le thriller et le fantastique.

 

Avis de TeaCup :

Je tiens à remercier les éditions Préludes pour cet envoi.

Alors j’ai senti assez vite qu’« un truc » me manquait, et après vérification « Scission » est bien la suite de « Conception » du même auteur. Si ce tome peut se lire indépendamment (je l’ai fait !) à mon sens le lire dans la continuité, donc après « Conception » doit quand même permettre une meilleure immersion dans cet univers.

L’auteur prend garde de retracer par touches rapides l’histoire précédente, mais avant que je vérifie, je n’ai pu me départir de cette sensation : « mince, mais ça avait l’air intéressant ce qui se passe « avant », pourquoi l’auteur ne nous l’a pas présenté dans ce roman ? »… parce qu’il l’avait effectivement fait 😉 tout bêtement !

Pour en revenir à « Scission », l’auteur y évoque principalement des questions de manipulation génétique et des impacts qu’elles peuvent avoir sur un corps/une personnalité… jusqu’à explorer les voies du fantastique avec des personnages plus hybrides que les deux héros qu’on suit principalement les enfants Twisden.

J’ai trouvé le propos de fond sur la manipulation génétique très intéressant, le mâtiner de fantastique permet d’éloigner un peu la réflexion de la rendre plus impressionnante, presque plus cinématographique ça devient un peu extrême, moins dérangeant, moins réel… malheureusement, j’ajouterais. Ses enfants sont un peu étranges, atypiques, on a du mal à les comprendre et à s’y attacher. Je pense que c’était en partie le but de l’auteur et non un manque, ou une incapacité de sa part à faire mieux. Il a voulu présenter, à mon sens, des créatures parfaitement hybrides, entre enfant et animal, entre acquis et inné. Que peut-il se passer quand l’instinct prend le dessus ? Il me semble que tout le roman repose sur ça et chaque enfant qui est le résultat de toutes ses expériences menées sur leurs parents et qu’on suit dans « Conception » s’exposent ici dans toutes leurs nuances. Des enfants « sauvages » presque des animaux, qui parlent mal ou difficilement, jusqu’à d’autres, plus policés et contrôlés… ou qui donne bien le change. L’auteur nous livre toute une galerie de personnages qui nous interrogent.

Les adultes sont tous un peu largués, presque des caricatures et je me suis demandée si c’était parce qu’on les voyait du point de vue des enfants, donc avec une certaine distance, une certaine perplexité ? Certaines scènes semblent issues d’un film, tant elles sont efficaces et « visuelles ». Je ne serais pas surprise de voir ces romans adaptés par Hollywood il y a matière à, surtout quand on voit que Stephen King himself les salue.

Pour autant, si la réflexion, un côté sombre, assez violent, des scènes avec une grande tension (je pense à une scène dans la cave de la maison avec des rats…) sont vraiment excellentes, j’ai eu l’impression de rester en dehors du roman. Le côté animal, un peu grandiloquent, comme déjà évoqué, mais aussi de certaines scènes un peu toomuch (difficile d’en dire beaucoup sans spoiler le roman) m’ont empêché d’y croire tout à fait, de ne pas trouver qu’on était dans un côté… Tarantino, dans certaines scènes de « Kill bill » qui sont typiques avec un côté toomuch dans la violence, le sang…

Je pense que commencer par « Conception » aurait pu aider pour plonger en profondeur dans ce monde. Là, j’ai suivi l’évolution de l’histoire un peu un pas en retrait des héros. Le fait que tout du long l’alternance de point de vue propose une multiplicité de personnages/lieux/scènes n’a pas aidé non plus. Difficile de s’attacher particulièrement à quelqu’un pour le coup et le côté très froid presque cliniques à des moments du roman (qui fait sûrement échos à l’idée de manipulation génétique, de docteurs fous), a fini de me perdre. Je ne regrette pas la lecture, c’est une plongée en apnée dans un monde intriguant, parfois angoissant, mais je regrette de n’avoir nagé en eaux troublesplus profondément au point d’y être happée.

À réserver aux amateurs de polar, à ceux qui aiment une bonne tension et une réflexion de fond sur les ravages que peuvent provoquer la génétique la limite entre humain et animalité, les vices des hommes et jusqu’où certains peuvent se révéler sans scrupules pire que ces enfants animaux quittés par la morale. De mon point de vue, la tout ça e est en partie bridé par l’aspect trop lointain de ces enfants devenus des monstres, on y voit difficilement des personnages si réels, si vrais qu’on se retrouverait à voir ses propres enfants/cousins/nièces… ce qui nous confronterait vraiment à ces réflexions de plein fouet.

Extrait :

La volonté de leur mère sur la question avait été très claire : les jumeaux devaient être recueillis par sa soeur, Cynthia. Mais la justice avance lentement et suit son propre court, exaspérant. Deux ans avait passé avant que Cynthia n’obtienne une convocation au tribunal pour finaliser l’adoption des enfants. Elle allait déménager de San Francisco à New York et les jumeaux retrouveraient leur ancien domicile ; ils y avaient passé d’innombrables nuits terrifiantes, mais c’était malgré tout le seul foyer qu’ils eussent jamais connu.

About TeaCup

TeaCup pourrait être mon vrai nom tant je suis accro au thé. Je suis une dévoreuse de livres compulsive, je lis de tout et en grande quantité (plus ou moins quoi !). J’ai pensé à me soigner, mais finalement j'ai atterri sur un blog de chroniques. Je soigne le mal par le mal en somme.

Check Also

Jay Crownover / Bad, tome 4 : Amour immortel

Quelques infos sur le livre :  Amour interdit Auteur : Jay Crownover Serie : Bad Genres : Romance, Contemporain Editeur …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :