Christy Saubesty / Piégés

Christy Saubesty / Piégés

Quelques infos sur le livre :

Piégés

  • Auteur : Christy Saubesty
  • Serie : 
  • Genres : Romance, Historique
  • Editeur : Pygmalion
  • Collection : 
  • Publication: 16/ 11/ 2016
  • Edition: Broché
  • Pages : 384
  • Prix : 16€
  • Rating:  

Résumé :

Aaron contemplait la silhouette frêle de Mlle Fischer. Bien qu’il fût ivre lors de leur dernière rencontre […], il se souvenait parfaitement de ses traits. […] Indépendamment du fait qu’elle était aveugle, Abigail Fisher faisait partie de la catégorie des femmes qu’il n’approchait jamais. Des ingénues sans aucune expérience, affligées des défauts inhérents à leur jeunesse et s’effarouchant pour un rien. Non, vraiment, il n’avait eu aucune raison de penser à cette jeune femme. » Londres, 1853. Aaron Wendell, riche héritier à la réputation sulfureuse, n’imaginait pas que sa vie serait bouleversée par une banale partie de campagne. Pas plus que la jeune Abigail Fischer, qui pensait avoir connu suffisamment de drames pour toute une vie. Dans leur dos, les jalousies s’exacerbent et dans l’ombre, l’ennemi les guette…

 

Avis de Ninie :

Tout d’abord je tiens à remercier Fanny et les éditions Pygmalion pour m’avoir offert l’opportunité de lire ce livre en m’accordant leur confiance dans le cadre de ce partenariat.

Je ne sais pas vous mais moi j’ai toujours peur de rédiger un avis sur une lecture dont l’auteur est francophone, ça met sacrément la pression. D’autant plus qu’ici il y a un moment que je n’avais pas lu une romance historique. Alors je dois vous dire que j’ai apprécié le fait que l’auteur tente quelque chose d’inhabituel pour elle et je trouve que ce premier essai est très concluant. Ce n’est pas évident de sortir des sentiers battus quand on est habitué à écrire de la romance contemporaine ou érotique. Et je dis bravo car j’ai été emporté du début à la fin de ma lecture et dès que j’ai commencé à lire ce roman de Christy Saubesty, j’ai été séduite autant par l’histoire que par la plume.

Vous l’aurez donc compris il s’agit de la première romance historique qu’écrit l’auteur et dans son récit elle nous conduit tout droit à Londres en 1853. A cette époque, les codes de conduite en société sont très différents de ceux de notre époque, les gentleman content souvent fleurette et c’est le cas de Aaron Wendell qui ne s’en cache pas. Ses parents pensent qu’il est temps pour lui de se marier (à bientôt 30 ans cela déjà être réglé depuis un moment), il est l’héritier de la famille et la santé de son père décline. D’autant plus que sa soeur est fiancée et prête à se marier. Seulement Aaron ne voit pas le choses de cette façon et surtout pas si sa future fiancée est une jeune ingénue sans expérience.

Abigail Fisher est une magnifique jeune femme, fille de médecin, elle a perdue la vue lors d’un accident il y a une dizaine d’année. Elle passe son temps libre à s’adapter à sa vie terne et sans couleur depuis qu’elle est aveugle. Leurs routes n’auraient pas du croiser, mais le destin en a voulu autrement lors d’une partie de campagne et même si la route est semée d’embûches et de contretemps, j’ai beaucoup aimé le temps qu’ils passent ensemble à se chamailler avant que leurs vies ne soient chamboulées par un incident majeur.

Ils ont tout deux des caractères assez fort et ça fait des étincelles mais aussi des merveilles qui me donnent envie de recommencer ma lecture juste pour le plaisir de les retrouver. Les autres personnages sont tout aussi intéressant, j’espère donc que l’auteur Christy Saubesty continuera sur sa lancée avec une nouvelle romance historique, car ça se sent qu’elle a prit du plaisir en nous offrant ce superbe roman.

Si comme moi, vous aimez beaucoup l’époque victorienne, ce livre sera un régal pour vos papilles et si vous avez tout simplement envie de découvrir une nouvelle facette de l’auteur, laissez-vous tenter. Ce roman est aussi délicieux que ces personnages.

 

Extrait :

Aaron contempla la jeune créature qu’il retenait contre lui.

Jamais encore il n’avait rencontré de femmes avec un tel regard. Un regard qui lui inspirait des choses n’ayant plus rien à voir avec la musique. Si vif, si pur. Il vous transperçait littéralement.

Finalement, il était peut-être bien d’humeur à la bagatelle… Il relâcha lentement son étreinte et laissa ses mains glisser le long des bras de la demoiselle jusqu’à ses poignets. L’alcool excusait tout ou presque, alors pourquoi pas…

— Mon cœur, chuchota-t-il en repoussant délicatement une mèche sur son front. Voulez-vous bien me raccompagner dans ma chambre ?

La jeune femme resta immobile, le regard fixé droit devant elle.

— Vous pourriez ainsi me border…

Elle eut une inspiration tremblante et cilla deux fois.

Quelque part dans la maison, des pas précipités approchaient.

— Et me tenir chaud…, ajouta-t-il.

Laisser un commentaire