Clémentine Beauvais / Brexit Romance

Quelques infos sur le livre :

Brexit Romance

  • Auteur : Clémentine Beauvais
  • Série :
  • Genre : Romance
  • Editeur : J’ai lu
  • Collection : Aliénor
  • Publication : 10/06/2020
  • Edition : Poche
  • Pages : 540
  • Prix : 8,50€
  • Rating : 
6 étoiles

Juillet 2017. À l’heure où la jeunesse britannique déplore les conséquences du Brexit, l’électrique Justine Dodgson décide de faire du divorce entre l’Angleterre et l’Union européenne son fonds de commerce. Ainsi naît Brexit Romance, une agence matrimoniale 2.0 ultra-secrète qui arrange des mariages blancs entre Français et Anglais. Âmes sentimentales s’abstenir : ici, l’obtention du passeport européen tient lieu de bague de fiançailles, et l’Eurostar de voyage de noces. Un business plan imparable… Jusqu’à ce qu’une jeune soprano française, son charmant professeur de chant, un lord anglais flamboyant et bien d’autres prouvent à Justine que, malgré tous ses
calculs, romance is not dead.

Avis de TeaCup :

Je tiens à remercier les éditions J’ai lu pour l’envoi de ce SP.

Alors j’ai mis coup de cœur, car oui il y a beaucoup de ça ! Il y a un roman un peu à part, ovni qui va détonner, se démarquer par sa plume, ses personnages et vraiment un ton totalement à part.

Pour lire ce roman il faut s’attendre à un côté presque « foisonnant », il y a un peu le côté choral avec plusieurs personnages, des points de vue qui se succèdent à la fois français, à la fois britannique. On a un côté très contemporain, les bars à chat, les hipsters, les Français qui vont là-bas et se confrontent à ce monde, mais aussi des personnages qui chantent de l’opéra, vont devoir se frotter à des aristos anglais… Il y a des perso féminins forts, atypiques, et très féministes qui abordent ces thèmes des personnages masculins pas forcément machos ou machos sans s’en rendre compte secoué par les interactions avec les personnages. C’est très moderne, et un peu un genre de kaléidoscope fou.

En dehors de ça, on sent un énorme travail sur le texte. Dans la forme (les temps utilisés), le rythme des phrases, l’espèce de dualité permanente ou la langue française/anglaise se bataillent, se mélangent, se distinguent ou pas… c’est assez fou à lire. Cela déboussole un peu par moment, mais on ne peut qu’apprécier quand même cet aspect totalement atypique et personnel que développe Clémentine Beauvais.

Bref ce roman déborde de thèmes, de débats, de dialogues, de personnages, de moments drôles, où on rit vraiment, d’aspects touchants plus subtils et émouvants… C’est un roman débordant. C’est la sensation que j’ai eue. C’est parfois trop, parfois on a du mal à suivre, ou au contraire quelques passages m’ont presque semblé en trop plus poussifs – je pense à l’aspect aristocratie Britannique très conservatrice bourgeoise et affreusement raciste, misogyne, et j’en passe… peut-être, car on s’y sent moins à l’aise, que l’humour se fait très grinçant.

L’intérêt du roman est peut-être qu’aucun personnage n’est épargné, ne semble parfait. On voit à chaque fois des défauts en contre point – de l’égoïsme, de la naïveté, un côté victime du contexte/de l’époque/d’un stress contemporain… avec certains personnages qui flirte vraiment avec un côté parfois détestable (le personnage de Cosmo ! même si on le comprend
et on finit par l’adopter aussi). J’ai aimé de ne pas voir de personnages trop simples, ils sont forcément plus réalistes ainsi. Je n’ai jamais rencontré l’auteur mais quand on voit ses interviews j’ai eu l’impression qu’elle était une sorte de Justine, le côté électrique, qui n’arrête jamais… Peut-être s’est elle ainsi inspirée de tout un tas de personnes.

Bref un roman qui ne peut pas plaire à tout le monde, car il n’a rien d’une romance classique. J’ai lu pour un autre roman de Beauvais (son petit dernier) d’un autre chroniqueur le mot « loufoque ». Il m’a échappé tout du long, mais il y a de ça, oui.

J’ai peu (ou pas) compris qu’il sorte chez Sarbacane à l’origine, pour moi ça n’a rien d’un roman jeunesse ? Ce côté hyper sous acide, qui fonce, qui déborde, pourra déstabiliser m’a un peu semblé trop parfois, mais c’est tellement à part, personnel, atypique, intéressant et touchant, que je garderai un chouette souvenir de ce roman et de l’immense travail qu’on sent derrière.


Ami.e.s britanniques ! La tragédie du Brexit a frappée nos vies, et nous serons bientôt déprivés de nos passeports Européens. Mais dans ce monde qui ne fait pas de sens, nous nous identifions à une jeunesse cosmopolitaine internationale et nous ne voulons pas perdre le
privilège de travailler et vivre dans un autre pays Européen. Nous voulons un passeport Européen !

Vues : 34

A propos de TeaCup

TeaCup pourrait être mon vrai nom tant je suis accro au thé. Je suis une dévoreuse de livres compulsive, je lis de tout et en grande quantité (plus ou moins quoi !). J’ai pensé à me soigner, mais finalement j'ai atterri sur un blog de chroniques. Je soigne le mal par le mal en somme.

Découvrir également

Jane Austen / Emma

Quelques infos sur le livre : Emma Auteur : Jane AustenSérie : Genres : Littérature classiqueEditeur : HautevilleCollection : Publication …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :