Emma Cavalier / Les trois talents, tome 1 : Le conteur d’histoire

Emma Cavalier / Les trois talents, tome 1 : Le conteur d’histoire

Quelques infos sur le livre :

Le conteur d’histoire

  • Auteur : Emma Cavalier
  • Serie : Les trois talents
  • Genres : Romance, Erotisme
  • Editeur : Hugo & Cie
  • Collection : New Romance
  • Publication: 12/ 10/ 2017
  • Edition: Broché
  • Pages : 420
  • Prix : 17€
  • Rating:   

 

Résumé :

Quand les rivalités attisent le désir…

Brillante et ambitieuse étudiante en journalisme, Élisabeth est stagiaire pour le quotidien Azur matin.

Face à elle, un redoutable rival, Alexander Welles.
Et quoi de mieux pour tenir sa concurrente que d’avoir les preuves qu’Élisabeth utilise son ordinateur pour se rendre sur des sites de rencontres ?

Alexander va exercer un chantage sur Élisabeth : soit elle passe la nuit avec lui, soit il révèle son secret. Il va entraîner Élisabeth dans des jeux érotiques qui répondent aux fantasmes enfouis de la jeune femme qui se donne sans retenue aucune.

Tombera-t-elle amoureuse de son rival et maître chanteur ? Devra-t-elle choisir entre la réussite et l’amour… ?

 

Avis de Ninie :

Tout d’abord je tiens à remercier Olivia, Magali et Hugo & Cie pour m’avoir offert l’opportunité de lire ce livre en m’accordant leur confiance dans le cadre de ce partenariat.

Emma Cavalier est une auteur dont j’ai lu plusieurs romans érotiques et j’étais très curieuse de découvrir sa plume dans sa nouvelle série « Les trois talents ». C’est maintenant chose faite et je ne le regrette aucunement parce que même si ton texte est un peu moins sulfureux que ce que j’ai déjà pu lire d’elle, il y a toujours et encore sa touche qui fait qu’on aime ce qu’elle écrit.

Quand j’ai commencé ma lecture, je ne savais pas trop à quoi m’attendre et je dois avouer que j’ai eu du mal à me mettre dans l’histoire avec le fait qu’il y avait des confessions écrites de la part d’Elisabeth pour un homme d’âge mur qui est son père. Je me suis dit : « mais qu’est-ce que ça fout là ce truc ? » et au final il m’a fallu arriver à la fin pour comprendre qu’en fait elles sont très bien à leur place.

Elisabeth Assas est une jeune journaliste stagiaire qui vient d’intégrer un grand quotidien niçois, elle rêve de décrocher la bourse Perdini qui lui permettra de passer un an à New-York. En binôme avec son collègue Alexander Welles qui concours également pour la bourse, la rivalité est de mise et Alexander va user de toutes les bassesses envers sa concurrente.

Par le fruit du hasard, après une fouille dans la chambre de son frère, Elisabeth va découvrir Fetlife le réseau social de la communauté BDSM, fétiche & kinky. Un réseau social sur lequel elle va découvrir ses fantasmes inavoués avec London Angel. Prise dans la frénésie de la découverte, elle se risque à consulter le site au bureau et Alexander va en profiter pour la faire chanter.

J’avoue que j’ai fais ma curieuse et que ce réseau social existe bien, et depuis ça me titille d’y jeter un oeil mais il faut s’inscrire pour ça. Alors pour le moment je ne l’ai pas fait par au final c’est super addictif ce genre de sites 😀

Elisabeth nous raconte sa passionnante et diabolique relation avec Lex et c’était très excitant de découvrir la façon dont elle lâche prise sous les caresses de Lex. C’était très intense, que ce soit au niveau des scènes entre les protagonistes, qu’au niveau des échanges entre eux, il n’y avait pas de demi-mesure, c’est tout ou rien ! Il y a une certaine intimité dans leurs échanges, sans pour autant franchir les barrières qu’ils posent entre eux. C’était beau à voir la confiance qu’elle lui accorde jusqu’à ce qu’elle franchisse les limites et que tout bascule, après ça fait mal et on se retrouve à la dernière page à rager parce qu’on veut la suite qu’on devine déjà très fascinante.

Je serais donc au rendez-vous à attendre impatiemment la suite pour découvrir où l’auteur veut nous amener dans son univers.

Extrait :

J’avais des rêves. J’avais des ambitions. Aucun d’entre eux n’était aussi fou et excitant que la vie que je mène aujourd’hui. Parce que malgré vingt-cinq ans d’absence, tu as été là au seul moment qui a vraiment compté. Tu as été là pour m’aider à rassembler mes esprits et pour m’envoyer retrouver l’homme que j’aime, ici, à Londres.

Tu as été là quand il le fallait, et je ne l’oublierai jamais.

Laisser un commentaire