Skottie Young / I hate Fairyland, Tome 1

Skottie Young / I hate Fairyland, Tome 1

Quelques infos sur le livre :

I hate Fairyland – Tome 1

  • Auteur : Skottie Young
  • Serie : I hate fairyland
  • Genres : comics
  • Editeur : Urban Comics
  • Collection : Urban Indies
  • Publication: 03/02/2017
  • Edition: broché
  • Pages : 136
  • Prix : 15€
  • Rating:  

Résumé :

Gertrude, petite fille au tempérament de feu, se retrouve subitement aspirée par la moquette de sa chambre, prisonnière du monde magique de Fairyland. Trente longues années de captivité et de bain de sang durant lesquelles sa seule motivation a été de rentrer chez elle. Bienvenue au royaume de la reine Cloudia, des hommes-champignon, des faunes zombies et des haches géantes. Bienvenue à Fairyland.

 

Avis de BimboStratus :

Gertrude est une petite fille élue, elle doit retrouver une clé pour ouvrir la porte de Fairyland et retourner sur son monde, chez ses parents. Pour ce faire on lui alloue un guide, une sorte de Jiminy Cricket. Sauf que Gertrude ne trouve pas la clé et qu’elle est coincée à Fairyland depuis trente ans. On suit donc ses aventures, sanglantes.

Car soyons clairs, si vous n’aimez pas le sang et les tripes, passez votre chemin. J’ai adoré le contraste apporté entre les dessins hyper colorés et joyeux représentant tout ce qui concerne Fairyland et la gueule pas nette de Gertrude et de son acolyte. Ils ressemblent à des truands moyenâgeux envoyés à Disneyland, et leurs pratiques sont à l’avenant.

Pas de chichis ni d’hésitations, Gertrude en a marre de cette quête et elle expédie dans le sang tout obstacle. C’est très mal vu et cela commence à sérieusement déplaire à la reine de Fairyland, qui va essayer de se débarrasser d’elle.

Une histoire colorée et amusante, portée par des répliques géniales et des parodies d’insultes à mourir de rire : tous les jurons, insultes et grossièretés ont été détournés pour coller à l’univers fantaisiste ; une réussite ! Je vous laisse les découvrir par vous-même.

En ce qui concerne les dessins, le style est maîtrisé et les couleurs éclatantes. Le tout ressort de façon dynamique et se prête merveilleusement bien au thème de la BD. J’ai déjà dit que c’était une réussite, non ?

 

 

Extrait :

Un commentaire

Laisser un commentaire