Home / Avis / N.R. Walker / Red Dirt Heart, tome 2 : Partir ou rester

N.R. Walker / Red Dirt Heart, tome 2 : Partir ou rester

Quelques infos sur le livre :

Partir ou rester

  • Auteur : N.R. Walker
  • Serie : Red Dirt Heart
  • Genres : Homoromance
  • Editeur : MxM Bookmark
  • Collection : Romance
  • Publication: 18/ 01/ 2017
  • Edition: Numérique
  • Pages : 208
  • Prix : 5,99€
  • Rating:  

Résumé :

Avant que Travis n’arrive sur le pas de sa porte, Charlie vivait une vie très solitaire. Il s’était lui-même coupé du monde : huit cent dix mille hectares de terre rouge, de soleil brûlant et de solitude.

Six mois plus tard, l’hiver s’est installé sur le désert et Charlie a trouvé une vie dont il n’avait jamais osé rêver. Mais vivre et travailler ensemble, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, pendant six mois d’affilée, cela commence à leur peser.

Charlie est un homme très, très têtu, qui a tendance à avoir beaucoup plus de conversations dans sa tête que ce qui sort réellement de sa bouche, alors que Travis n’a aucun problème à énoncer à voix haute ce qu’il pense. Et même s’ils essayent de communiquer, se démènent pour faire la différence entre ce dont ils ont envie et ce dont ils ont besoin, Charlie réalise qu’il repousse peu à peu Travis, et semble incapable de s’en empêcher.

Lorsque cela en vient au point où Travis doit décider de partir ou de rester, la décision ne leur appartiendra peut-être déjà plus, au final.

Avis de ShieCastee :

Merci à MxM bookmark et à Blandine pour sa confiance lors de ce service presse.

 

Encore une fois, je me suis replongée avec délice dans les aventures de Charlie et de Travis. Et encore une fois, ce livre ne m’a pas déçue.

 

Au bout de 6 mois de vie commune, la routine s’installe et Charlie réfléchit toujours trop.   Il commence  à douter en la persévérance des liens entre lui et Travis,  il se demande ce qui retient le texan auprès de lui.

Il essaye de laisser un peu de marge à Travis, ne voulant pas l’etouffer,  et le laisse partir quelques jours avec les ouvriers à l’autre bout de la propriété. Ce questionnement va mettre sur la sellette son couple, en même temps que Travis avoue qu’il a le mal du pays.

Aidé de Ma, sa mère adoptive, il arrive à formuler (difficilement) ce qui le chagrine et s’ouvre plus a son compagnon.

De plus il a encore beaucoup de mal avec le regard des autres. Il a peur de perdre en crédibilité en tant que fermier auprès des autres éleveurs si sa condition de gay s’ébruite.

Comment faire son « comming out » et garder sa valeur en tant que professionnel ?

 

Mais l’administration les rattrape. Travis à un souci de visa, ses jours sont comptés en Australie. De nouveau, le compte à rebours reprend. Travis va-t-il pouvoir rester auprès de lui ????

 

Autant le 1er tome, l’auteur avait insisté sur le pays, et l’apprivoisement du jeune héros par le jeune texan, autant cette fois ci, il insiste plus sur le couple, laissant presque l’Australie au second plan.

Ses réflexions rendent les personnages plus vivants alors que je m’attendais plutôt à un tome sur un autre des cow boys du ranch.

Les personnages sont plus fouillés et approfondis.  On en apprend un peu plus sur le passé de Travis et ses parents,  ce qui explique sa manière de tout prendre facilement et avec beaucoup de philosophie.

 

L’auteur nous allège l’atmosphère du livre par des petites touches : Charlie s’essayant d’être romantique, Travis ramenant un bébé kangourou à la station, ou poussant Charlie à reprendre ses études. Cela permet au livre de « respirer », et coupe les réflexions du jeune australien. Le couple n’en devient que plus attachant.

 

Encore une fois, j’ai beaucoup aimé ce livre. L’auteur amène ses héros à se surpasser et à changer, changer pour y gagner de la liberté, le regard des autres. Ses changements ne se font pas sans douleur, et c’est là tout l’intérêt du livre.

J’ai adoré cette lecture, j’espère que vous l’apprécierez aussi autant que moi.

 

Shie castee

Extrait :

— Travis, demandai-je doucement. Qu’est-ce que tu fais ?

Il sourit et entra dans la pièce, tenant toujours le petit paquet de grandes oreilles et d’yeux curieux.

— Eh bien, sa mère a rencontré une fin importune, dit-il, le coin de sa bouche retombant vers le bas. Et quand nous sommes allés découper la carcasse pour en faire de la nourriture pour chien, ce petit était là.

— Travis, répondis-je en secouant la tête. Nous ne pouvons pas garder un kangourou.

— Pourquoi pas ? demanda-t-il.

— Parce que ce sont des nuisibles. Ils démolissent les récoltes pour le bétail. Tu étais là-bas pour les abattre, pas pour les garder.

Le sourire de Travis disparut.

— Mais c’est juste un bébé. Je n’ai aucun problème avec l’éradication des nuisibles, mais je ne pouvais pas laisser un bébé sans défense là-bas. Soit elle serait morte de faim ou les dingos l’auraient trouvée.

— Ou tu aurais pu l’abattre. Tu aurais l’abattre.

Travis ouvrit la bouche. Il avait l’air… horrifié.

— Je ne pouvais simplement pas lui tirer dessus !

— Les kangourous roux peuvent éventrer un homme du sternum à l’estomac, Trav. Sans parler de ce qu’ils font aux chiens.

Je secouai la tête.

— Tu ne peux pas la garder.

Travis baissa pendant un moment les yeux vers l’animal qu’il portait, puis quand il me regarda enfin de nouveau, il arborait ce regard têtu et déterminé sous-entendant qu’il ferait ce qu’il voulait.

— Eh bien, je la garde. Au moins jusqu’à ce qu’elle soit assez grande pour se défendre toute seule.

— Travis.

— Non, Charlie, dit-il calmement. Non.

Puis il se détourna et entra dans la cuisine.

Je restai dans le salon vide, en me demandant dans quelle réalité alternative j’étais tombé aujourd’hui. Ma vie barbante et calme où rien ne se passait jamais devenait de moins en moins barbante. Je me grattai la tête et envisageai de suivre Travis, mais me dis qu’il avait besoin de temps pour se calmer et se raisonner. Bien sûr, les bébés kangourous étaient mignons, comme tous les bébés animaux. Mais c’était aussi le cas des bébés renards, des bébés lapins et même des bébés rats. Et nous ne gardions clairement aucun d’entre eux.

Un nuisible est un nuisible.

About ShieCastee

J’aime les livres qui me sortent de ma routine, de mon ordinaire… Aventures, romances, suspense & romances, bilt lit, science fiction, fantastique et cuisine … Peut importe la couverture tant que j’ai l’ivresse. Je dévore.

Check Also

Sarina Bowen / Ivy years, tome 3 : L’Homme de l’Année

Quelques infos sur le livre : L’Homme de l’Année Auteur : Sarina Bowen Serie : The Ivy years …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :