Hadès Hangmen 8 – La loi d’exception – Tillie Cole

Petite présentation concernant le livre chroniqué :

Titre : La loi d’exception

Auteur : Tillie Cole

Série : Hadès Hangmen tome 8

Genres : Romance contemporaine – Dark Romance

Éditeur : Éditions Milady

Collection : New Adult

Publication: Le 19 Août 2020

Édition: Numérique

Pages : 448 pages

Prix : 5,99€

Rating : 

Résumé du livre :

« Je lus sur ses traits qu’il était déjà parti, prisonnier du passé, hanté par des voix qui l’enchaînaient aux pires instants de sa vie… des souvenirs qu’il avait imaginé revivre dès qu’il avait su que nous allions avoir un bébé. »

Flamme et Maddie ont trouvé le réconfort dans les bras l’un de l’autre, et leurs âmes blessées commencent enfin à guérir. Mais malgré la force de leur amour, les démons de leur passé n’ont pas totalement disparu. Lorsqu’un nouvel ennemi menace les Hadès Hangmen, Flamme doit se battre sur tous les fronts. Il retombe alors dans son enfer personnel et c’est à Maddie de le sauver pour lui rappeler qu’ensemble, ils peuvent tout affronter et que rien ni personne ne peut les séparer.
Mais le feu qui le dévore de l’intérieur pourrait bien être le vainqueur de cet ultime combat. »

Votre avis :

Avant toute chose, je tiens à remercier les Éditions Bragelonne/Milady et les équipes de la collection New Adult, et plus précisément Stéphanie, de m’avoir confié la lecture de ce service presse dans le cadre de notre partenariat.

Je pense qu’au bout de huit livres consacrés aux bikers hors la loi du Hadès Hangmen M.C., il ne m’est plus nécessaire de vous rappeler combien je suis toujours une fan inconditionnelle de cet univers. Et la plume et les mots sombres de Tillie Cole y sont pour beaucoup évidemment.

Très impatiente de pouvoir passer à nouveau un peu de temps en compagnie de ces hommes craints par nombre et respectés par tant d’autres, je n’ai pas pu m’empêcher de lire ce nouveau tome en anglais, au tout début de l’été, nommé My Maddie, et lu tout aussi rapidement que la version française.

Et malgré que mon anglais ne soit pas aussi avancé que je le voudrais, je ne peux qu’à avouer que je prends de plus en plus de plaisir à lire dans la langue de Shakespeare. Et quand cela concerne les bikers de Tillie, c’est encore meilleur.

Mais que m’a réservé cette loi d’exception, consacré plus profondément et intensément à Flamme et Maddie ? Nous avions déjà fait leur connaissance au travers du troisième livre de la série, la loi d’attraction.

Dois-je vous redire qu’avec Styx, le président du M.C., Flamme est mon favori. Même si tous ces mâles tatoués, en veste de cuir, ont tous leurs petits trucs qui font flancher mon cœur guimauve de lectrice.

Désormais mariés et heureux à leur façon, Flamme et Maddie doivent sans cesse lutter contre les démons qui hantent et embrouillent l’esprit et la manière de vivre de l’aîné des frères Cade et sa femme n’est pas en reste, question tourments.

Et bien qu’ils aient trouvé leurs places au sein de cette communauté aux multiples personnalités, aux caractères différents et aux passés compliqués que composent le Hadès Hangmen M.C., Flamme et Maddie sont obligés de prouver à tout instant l’image de leur couple, leur rapprochement qui en dérangent certains et qu’ils ont mérité d’être là.

Dans la loi d’exception, nous sommes vraiment immergés dans le quotidien sombre, dur et violent de Flamme, né Joshua Cade.

De son enfance maltraitée, où il a subi de multiples violences, sévices sexuels et nombreuses pertes, le jeune homme nous emporte avec lui au travers de son passé, de ses pensées et de ses souvenirs, et qu’il revit encore et toujours à l’âge adulte. Et son esprit plus lent que celui du commun des hommes ne lui est pas favorable jusqu’à sa rencontre avec Maddie, la seule à réellement saisir la profondeur et la noirceur de ses différents traumatismes, et qui aujourd’hui lui mènent la vie dure.

Certes au sein du M.C., Flamme est un atout majeur car avec ses couteaux allemands en main, rien et surtout personne ne peut lui résister mais son besoin de sang, de tuer et de vengeance le rendent aussi vulnérable et influençable, et le plongent dans des crises de démence hors du commun où seule Maddie parvenait à le ramener au temps présent.

Mais quand le meurtre de trop, le geste de trop et la perte de trop viennent le perturber plus que de raison, n’est-ce pas la fin du tout et qu’aucune exception ne soit accordée ?

Maddie, qui aux premiers abords et aux premiers regards pourrait nous paraître plus bien fragile et timide, cache en fait bien son jeu. Car dès qu’il s’agit de Flamme, elle se transforme en tigresse et est prête à tout pour sauver son couple et l’homme qu’elle aime, celui qu’elle appelle son protecteur.

Sauf que cette fois-ci, pourra-t-elle vraiment y parvenir ?

Est-ce que deux âmes et deux cœurs aussi brisés que ceux de Flamme et Maddie peuvent-ils obtenir la rédemption qu’ils souhaitent et espèrent tant ?

Et si tout cela, nuisait malgré tout au M.C., qui doit toujours mener ses diverses affaires, et aux autres membres du club ?

Avec la loi d’exception, plongez au plus profond de l’histoire de Flamme, où la noirceur de son âme et de son mal-être vous enveloppera de la plus terrible des façons. Mais qui avec la plume toujours aussi addictive et intense de l’autrice, trouvera le point de lumière qui vous permettra de remonter à la surface des émotions et du besoin du survivre, qu’ont sans cesse chercher nos deux amoureux maudits du M.C.

Flamme et Maddie m’ont prouvé une fois de plus qu’ils ont tout pour y parvenir. Entourés de gens qui les aiment, ils sortiront plus forts de cette épreuve qui a failli les détruire définitivement.

Et quel plaisir de retrouver, de voir grandir, mûrir (ou pas pour Vik) tous les autres personnages, qui ne sont pas en reste dans ce huitième livre.

Surtout P’tit Cendre, le frère cadet de Flamme, qui lui aussi doit combattre des ténèbres aussi similaires que celles de son aîné, mais qui lui n’a personne d’aussi proche que Maddie l’est pour Flamme… à part peut-être Sapphira, mais là est peut-être le sujet d’une autre histoire. Alors je laisse mon imagination débordante faire le reste.

Pour conclure, que ce soit en version originale et en français, tous les ingrédients étaient réunis pour déclencher un coup de cœur, et c’est réussi.

En passant du sombre à la lumière, de la mort à l’amour, de la vie au trépas, mes émotions et mes sentiments ont vécu au rythme de l’exception que forme Flamme et Maddie, et d’un éventail de situations souvent désarmantes car j’ai eu la sensation d’être un membre à part entière du M.C., malgré que je sois une femme et j’endosserais bien le rôle de secrétaire. Mais de qui serais-je la régulière ? Trop de choix…

Oui, la vie du Hadès Hangmen et de son quotidien criminel ont été quelque peu éclipsés malgré des attaques ciblées, dans ce huitième livre mais on en ressent toujours la présence puisque le M.C. n’est pas qu’une famille de sang, c’est une famille tout simplement.

Merci Tillie pour tes personnages, tes mots et tes histoires qui me permettent toujours autant de m’accorder une parenthèse bienvenue même si souvent les licornes et les arcs-en-ciel ne sont pas au rendez-vous dans tes livres. Que cela ne tienne, je suis toujours aussi conquise.

Et comme tu le dis si bien dans tes remerciements : Vivre libre, rouler libre, mourir libre !

Et peut-on parler des couvertures françaises qui gâchent vraiment ce que referment les pages des livres de la série ?

M.C. : Motorcycle Club

Extrait :

« -Ce n’est pas pour nous que je m’inquiète, dis-je en me passant une main sur le front car j’avais un début de migraine. Cendre est si jeune. Il souffre, à cause de la mort de Slash. Et voilà qu’il rejoint Flamme pour cette expédition. (Je sentis monter mes larmes et les essuyai.) Et Flamme… (Je secouai la tête et Lila me pressa la main.) Il est retombé dans l’abîme, soufflai-je.

Mae arrêta de remplir mon sac et vint s’accroupir devant moi. Phebe s’assit à mes côtés.

-Je ne supporterais pas de le perdre, soufflai-je en croisant le regard triste de Mae. (J’avouais enfin ma plus grande peur.) Je sais que les gens pensent que Flamme est le plus faible de nous deux, repris-je avec un petit rire désabusé. Mais ils se trompent. C’est moi qui ai besoin de me retrouver entre ses bras chaque soir, pour ne pas être étouffée par le souvenir de frère Moïse abusant de moi, pour me ramener d’un enfer duquel je ne peux m’échapper seule. C’est moi qui lui prends la main, pour qu’on ne puisse me l’arracher. C’est moi qui pose la tête sur sa poitrine chaque soir près du feu simplement pour m’assurer que son cœur bat à un rythme fort et régulier.

-Maddie… murmura Lila en essuyant une larme sur ma joue.

Elle m’attira contre elle. J’aimais profondément ma sœur, mais le réconfort qu’elle m’offrait n’égalait pas celui des gros bras tatoués de Flamme.

-Vous ne savez pas comment c’était, chez lui, avant.

Je fermai les yeux et le revis, attaché au lit, suppliant du regard qu’on le soulage du fardeau de la vie.

-Vous ignorez à quel point il avait sombré. Il aspirait désespérément à la mort libératrice, entravé chaque jour par de lourdes chaînes. Elles le serraient de plus en plus fort, jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus. »

Hits: 117

A propos de Mela

Landaise et Bordelaise. Adore Starbucks et le chocolat. Dévoreuse de livres et qui aime ça. Un GROS faible pour les britishs, surtout les beaux mâles avec 2/3 jours de barbe. A un poisson rouge nommé Pépino et une chatoune, Nina. Et accessoirement hôtesse de caisse pour passer le temps :)

Découvrir également

Io Sakisaka / Love be loved Leave be left, tome 10

Quelques infos sur le livre : Love, be loved, Leave, be left Auteur : Io SakisakaSerie : Love, …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :