Accueil / LECTURES / CHRONIQUES / Marie Harte / L’inconnue d’Halloween

Marie Harte / L’inconnue d’Halloween

Quelques infos sur le livre :

L’inconnue d’Halloween

  • Auteur : Marie Harte
  • Série : 
  • Genre : Romance
  • Editeur : J’ai lu
  • Collection : #Exclusif
  • Publication : 17/10/2018
  • Edition : Broché
  • Pages : 375
  • Prix : 7,40€
  • Rating : 
2 étoiles

“Tu es la reine des pantouflardes. Viens à cette fête, et trouve-toi un mec ! ” Défiée par son frère de quitter son canapé et son legging, Sadie décide de l’accompagner à la soirée d’Halloween et, quitte à se lâcher, de s’y lâcher vraiment. C’est en princesse viking, masquée, et sans aucune inhibition qu’elle se laisse séduire dans l’ombre par le plus hot des diables. Mais tout a une fin, et elle se sépare de l’inconnu sans même avoir vu son visage. Impossible de renoncer à lui si facilement. Seulement, comment et où retrouver celui dont on ne connaît que les mains brûlantes ? Faudra-t-il attendre le prochain Halloween et compter sur le hasard pour croiser de nouveau l’inoubliable démon ?

Avis de TeaCup :T

Je tiens à remercier les éditions J’ai lu pour l’envoi de ce SP.

Une petite lecture sortie pile pour Halloween et qui en prend le cadre, du moins au début avant de plonger dans le reste de l’histoire.

Si j’ai bien adhéré au début ; le ton de l’héroïne en particulier et son petit univers je n’ai pas vraiment trouvé le roman génial. Déjà il y a un manque flagrant de relecture ! Comment ni l’auteur ni le traducteur ou bien n’importe qui ayant bossé sur le livre n’a pas remarqué dès le début que l’héroïne allume et éteint la télé un paquet de fois, qu’elle est censé être devant l’écran (normalement allumé), mais qu’elle le rallume pourtant, etc. C’est un détail, ça ne dure qu’une scène, mais ce genre d’ouverture de roman fait quand même un peu levé les yeux au ciel.

La rencontre entre les deux héros marche assez bien, c’est drole un peu sexy percutant, mais par contre rapidement le soufflé retombe un peu à mon sens. Le héros n’est pas très attachant il y a de grosses ficelles de romance (héros blessé qui est en plein ras le bol, héroïne blessée blasée, mais pas tant que ça au grand cœur…) bref c’est sympathique, ça se laisse lire très vite, mais ça se gâte aussi très vite ensuite et je ne suis pas rentrée dedans.

Les personnages secondaires aussi m’ont peu convaincu, il manquait un truc. Ou des trucs. Les héros évoluent assez vite dans leur relation, je n’ai ni trouvé le côté « cocon » romance doudou qui fait du bien, ni le côté un peu torturé obstacle à surmonter qui peut enlever l’intérêt sur certaines romances.

J’ai aussi été assez dubitative sur les scènes sexy qui me sont passées un peu au-dessus, ça va vite il y a des mots « cochons » comme si ça allait d’un coup émoustiller la lectrice…et non, ça ne marche pas vraiment.

Il y avait la base d’un livre vraiment sympa, une héroïne rentre dedans avec un franc-parler assez impressionnant, pas de pudeur ou de tabou, ça change, mais comme le héros elle manque un peu d’épaisseur de relief à mes yeux. Il y a un côté « too much » au roman en fait, on dirait que l’auteure a voulu en faire des caisses, plaire à tout prix et vise à côté.

Dommage. De saison, mais pas convaincant.

— Premièrement, je vote pour tout ce qui pourra te faire sortir de ces fringues, dit-il en désignant le survêtement de sa sœur. Deuxièmement, tu commences à ressembler à une vieille fille acariâtre. Aucun style, mal coiffée, et tu n’arrêtes pas de grogner. Oui, tu grognes… comme un chien. Et troisièmement, tes fringues.
— Les fringues, tu l’as déjà dit, maugréa Sadie.
Elle resserra l’élastique qui retenait ses cheveux et s’entendit effectivement grogner. Elliot lui coula un regard entendu. Elle s’éclaircit la gorge et se défendit :
— Ben quoi, c’est vrai.

Puis elle baissa les yeux sur son pantalon de jogging et son sweat assorti, puis compara sa tenue avec celle de son frère – pantalon bleu marine, veste coordonnée négligemment jetée sur l’épaule, et chemise blanche. Ses cheveux bruns étaient peignés en arrière, sa mâchoire carrée rasée de frais, et il sentait terriblement bon. Un parfum de luxe, probablement offert par son dernier ex-petit ami.
— Tu ressembles à un mannequin dans une pub de
GQ, dit-elle.
— Tu déconnes. Je suis
bien mieux que ça ! Tiens, à propos de mannequin, j’ai un rencard avec mon nouveau mec, ce soir. Pierre Gallant. Un canon qui vient juste d’être choisi comme nouvelle égérie de Calvin Klein.
Il afficha un sourire en coin.
— Alors, qu’est-ce que tu en dis ?

Il prit la pose et Sadie haussa les épaules, peu étonnée que son frère ait séduit un top-modèle. Il avait lui-même fait un peu de mannequinat après le lycée, et avait parcouru le monde pendant quelques années.
À la différence de Sadie, la reine des pantouflardes.
— Tu es beau.
Ce n’était pas nouveau. Même attifé d’un sac à patates, son frère aurait eu du style.

Hits: 36

A propos de TeaCup

TeaCup pourrait être mon vrai nom tant je suis accro au thé. Je suis une dévoreuse de livres compulsive, je lis de tout et en grande quantité (plus ou moins quoi !). J’ai pensé à me soigner, mais finalement j'ai atterri sur un blog de chroniques. Je soigne le mal par le mal en somme.

Découvrir également

Angéla Morelli, Emily Blaine, Mily Black, Eve Borelli, Alfreda Enwy, Alix Marin / Devine qui vient pour Noël

#DevineQuiVientPourNoel #AngelaMorelli #EmilyBlaine #MilyBlack #EveBorelli #AlfredaEnwy #AlixMarin Quelques infos sur le livre : Devine qui vient …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :