Pierre Pevel / Haut-Royaume – Les Sept Cités, tome 1 : Le joyau des Valoris

Pierre Pevel / Haut-Royaume – Les Sept Cités, tome 1 : Le joyau des Valoris

Quelques infos sur le livre :

Le joyau des Valoris

  • Auteur : Pierre Pevel
  • Serie : Haut-Royaume – Les Sept Cités
  • Genres : Fantasy
  • Editeur : Bragelonne
  • Collection : 
  • Publication: 22/ 09/ 2017
  • Edition: Broché
  • Pages : 288
  • Prix : 7,90€
  • Rating:  

Résumé :

Dans la cité aux mille pièges de Samarande, Iryän Shaän, voleur aux yeux de drac, est engagé pour dérober un diadème d’une valeur inestimable. Or, une fois la mission d’Iryän accomplie, les pierres qui ornaient le diadème sont dérobées à leur tour. Pourquoi ? Par qui ? S’ils veulent se disculper, Iryän et ses complices devront le découvrir et vaincre par la ruse et le fer de nombreux adversaires – car les relents de magie noire qui entourent le joyaux des Valoris en font une cible convoitée de tous…

 

Avis de TeaCup :

Je tiens à remercier les éditions Milady pour l’envoi de ce SP.

J’avais beaucoup entendu parler de Pierre Pevel en fantasy, j’aime bien Robin Hobb ou ce genre de grands monuments du genre, je voulais donc essayer. Force est de constater que, malheureusement, la rencontre ne s’est pas faite sur ce roman.

Le roman m’a semblé poussif, j’ai eu du mal à m’immerger dedans. J’ai déjà été dérouté par les noms, qui me semblaient un peu tirés par les cheveux, difficiles à retenir et qui ont fini par me perdre. Les explications sur le monde manquaient de fluidité, j’en avais trop ou pas assez et pas assez dans le fil de la lecture pour m’y retrouver, ce qui m’éloignait encore du thème du roman au lieu de m’aider à entrer progressivement dans cet univers. Était-ce trop complexe, trop fouillé ? Je ne sais pas. J’ai lu sur un commentaire que cet univers serait exploité dans d’autres romans, peut-être ne fallait-il pas commencer par là ? Mais je n’avais pas vu de mise en garde à ce sujet en tout cas.

Pierre Pevel est unanimement reconnu comme un grand de l’imaginaire français, je ne peux que supposer que ce premier essai n’était juste pas le bon, que cette saga n’est pas son meilleur cru et qu’il me faudra réessayer ailleurs. Alors que je lis assez vite, là j’ai mis plusieurs semaines et j’ai dû me forcer un peu sur la fin de l’ouvrage.

La plume en elle-même m’a semblé tout à fait correcte mais pas au point de m’embarquer et d’enlever sur la compréhension, me permettant juste de profiter de la beauté des descriptions ou des images évoquées. Un petit mot sur la couverture, j’ai trouvé le graphisme efficace, sobre mais assez précis et travaillé pour faire penser à quelques affiches promos de « Games of Thrones ». Bref, un joli objet.

Bref, je ressors avec un gros « dommage » et ne continuerait pas la série. Sa saga « les lames du cardinale » sera peut-être un meilleur moyen de découvrir cet auteur.

 

Extrait :

Désormais que le Haut-Royaume se déchire, qui peut deviner l’avenir des Sept Cités ? Qui peut entrevoir les motifs complexes et toujours changeants de la trame tissée par la multitude des existences qui s’écoulent dans ses rues, ses taudis, ses palais ? Car ils sont innombrables, ceux qui viennent chercher ici aventure et fortune, et qui rencontrent des destins glorieux ou misérables, qu’ils soient rois ou assassins, princes ou mendiants, héros ou voleurs.

Laisser un commentaire