Accueil / LITTÉRATURE / INTERVIEWS / Interview #10 : Rose Darcy

Interview #10 : Rose Darcy

#Interview #RoseDarcy

 A l’occasion de l’op #LAFRENCHTOUCHE de l’éditeur Mxm Bookmark je n’ai pas hésité à me proposer pour participer à différentes interviews (merci Johanna). Pour ce nouveau questionnaire, j’ai eu l’occasion de passer un moment avec Rose Darcy grâce à son éditeur.

Rose Darcy répond à nos questions :

[TRLON]Tout d’abord Rose, merci de prendre le temps de répondre à mes quelques questions. J’espère que tu passeras un agréable moment en ma compagnie.

Toi et ton entourage :

[TRLON] Tout le monde ne connaît peut-être pas encore Rose Darcy, peux-tu nous en dire un peu plus sur toi ?

Mon moi auteur, Rose Darcy, est né il y a un peu plus de cinq ans maintenant, puisque mon premier roman est sorti en 2013. Dès le départ, j’ai plongé dans l’univers de la romance et je n’en suis jamais sortie. Depuis quelques années, je n’écris principalement plus que du MM, un genre dans lequel je me sens réellement à l’aise, et qui m’a permis de me trouver, en quelque sorte, de m’épanouir aussi.

Je suis une auteure rose bonbon (certains diraient guimauve, même si j’ai beaucoup de mal avec ce terme usité de façon un peu trop péjorative parfois), qui vit d’amour, de chocolat et de licornes (et de Kpop, de beaucoup de Kpop XD). Je suis une fervente adepte du Happy End et des histoires toutes fluffy (parce qu’il y a trop de souffritude dans le monde à mon avis et qu’on a tous besoin de douceur). Ce que j’aime le plus, c’est de parvenir à faire battre le cœur de mes lecteurs à travers mes textes. Mettre en exergue les émotions, créer des personnages atypiques, des histoires inattendues, c’est un défi que j’essaie de relever à chaque nouveau manuscrit.

[TRLON] Rose Darcy, est-ce ta vraie identité ? Ou es-tu une personne à multiples facettes ?

Rose Darcy : Rose Darcy est mon pseudo, derrière se cache une « vraie personne », totalement différente et pourtant très semblable. On a beau avoir des personnalités multiples, nous autres auteurs, pour ceux qui savent lire entre les lignes, on remarque vite à quel point nos livres/personnages/univers nous ressemblent. Au fil des années, je me suis rendu compte que tout s’imbriquait à tel point qu’il était parfois difficile de me souvenir de qui est qui. Au départ, Rose était censée être tout le contraire de moi, une sorte de moi intérieur que je pourrais enfin laisser s’exprimer… Mais j’ai vite appris « qu’être » quelqu’un que je ne suis pas vraiment ne fonctionnait pas pour moi. Je suis comme je suis, que je sois Rose ou pas, et mes multiples facettes, je les cultive 😉

 [TRLON] Quels sont les personnes de ton entourage qui te soutiennent dans ta passion de l’écriture?

Rose Darcy : Je n’ai pas de personne qui ne me soutienne pas dans mon entourage… La majorité a beau ne pas comprendre mon amour pour les lettres (à part les ami(e)s du milieu, bien sûr), mon envie d’écrire, d’être éditrice maintenant, penser que ce n’est pas un « vrai métier », ils ne m’empêchent pas de le faire, ils se retrouvent même à en parler avec fierté autour d’eux au bout d’un moment.
Ceux qui me soutiennent le plus sont mes poussins, neveu et nièces, qui n’hésitent jamais à me demander où j’en suis dans mes projets à chacune de nos rencontres et à me conseiller sur les trames/déroulés de mes romans quand je bloque. Leurs idées sont parfois hyper farfelues, mais elles ont le mérite, en plus de me faire mourir de rire, de bien souvent m’orienter dans la bonne direction au final.

 [TRLON] D’ailleurs que pensent-ils de ta passion ? Est-ce qu’ils ont lu tes écrits ?

Rose Darcy : Ma famille a lu quelques-uns de mes livres, oui, pas tous… Je me rappellerai toute ma vie du jour où mon père a voulu essayer de me lire. Je n’aurais jamais pensé qu’il le tenterait, à vrai dire, mais il a profité d’avoir un exemplaire de mon premier roman MM publié pour s’y risquer. Sauf qu’il n’a pas voulu tout lire, il a choisi quelques pages « pour voir »… Et disons que dans « Deuxième Chance », il y a une scène un peu « hot » sur un capot de voiture et qu’il est tombé dessus XD Sa réaction m’a à la fois mortifiée et fait exploser de rire. Clairement, il ne s’attendait pas à ça de la part de sa fille. Il n’a plus essayé de me lire depuis, ce dont je ne lui tiens pas rigueur du tout ^^

Toi et ta passion :

[TRLON] Comment s’est passé ta période d’édition par rapport à l’auto-édition? Et pourquoi avoir choisi cette voie ?

Rose Darcy : Malgré des expériences pas toujours évidentes en ME, je n’ai pas choisi l’AE pour en sortir, comme certains. Je crois sincèrement que l’édition, par voie traditionnelle, est essentielle, et que l’auto-édition n’est pas forcément la solution à tout comme beaucoup la vendent à l’heure actuelle, bien au contraire. Si j’ai auto-édité certains titres, au début c’était surtout « pour voir », parce que je suis quelqu’un de très curieux qui a envie de tout essayer, sans se poser de limites. J’ai principalement publié par ce biais de courts textes, que bien souvent les ME ne proposent pas d’imprimer en version papier, simplement pour les avoir eux aussi sur mes étagères à la maison. Mais ça reste une expérience, rien de plus. À l’heure actuelle, je suis éditée par MxM, d’autres maisons m’ont démarchée pour des manuscrits… ça me convient. Si je ressors des textes en AE, ce sera plus pour m’amuser ou parce qu’ils ne correspondent pas aux lignes éditoriales proposées par les ME qui m’intéressent.

[TRLON]  Ecris-tu partout ou t’enfermes-tu dans un endroit au calme pour écrire ?

Rose Darcy : J’écris partout, sans restriction. Du moment que j’ai un bout de papier et un stylo, peu importe le lieu. Par contre, le calme, très peu pour moi, ça crame carrément mon inspiration. J’ai besoin de bruit, que ça vive autour de moi, pour me stimuler et me donner envie d’écrire. Le silence est, dans mes moments d’inspiration subite, mon pire ennemi.

 [TRLON] Avant d’écrire est-ce que tu as besoin de respecter un rituel ? Ecrire avec ton stylo plume préféré ? Ecrire avec une musique chère à ton cœur ?

Rose Darcy :  Aucun rituel, non. Juste une habitude : je suis incapable d’écrire dans le silence, j’enclenche donc toujours la lecture d’une de mes playlists avant de commencer à écrire. La musique est tellement imbriquée avec le processus d’écriture, elle nourrit tellement les émotions que je veux transmettre dans mes textes, que je ne peux pas m’en passer.

 [TRLON] Quand tu travailles sur tes romans, as-tu un plan ? Ecris-tu la trame et ensuite le reste de l’histoire ou tout te vient-il au fur et à mesure ?

Rose Darcy : J’ai essayé de faire des plans… ils ne tiennent jamais. Je me contente donc à présent de suivre mon instinct. J’attends d’avoir en tête une structure partielle (début, fin, quelques scènes clé entre les deux) avant de me lancer, ensuite l’histoire vient se greffer d’elle-même là-dessus. Je ne suis clairement pas une architecte à ce niveau, même si je tente de m’améliorer à chaque nouveau manuscrit.

 [TRLON]Ton inspiration où la trouves-tu ? Dans la vie de tous les jours ? En regardant la télévision ? En écoutant la radio ? En discutant avec des amies ? Dis-moi tout.

Rose Darcy :  Je la trouve dans tout et n’importe quoi. Il me suffit parfois d’une citation dans un bouquin, d’une image/photo, d’une musique, d’une peinture, d’une couleur, d’un paysage, pour que l’inspiration soit au rendez-vous. Ce n’est pas quelque chose que je force, j’attends patiemment qu’elle pointe le bout de son nez, et ensuite je la suis là où elle m’entraîne.

Toi et tes romans :

[TRLON] Tu as sorti il y a quelques temps « Deuxième chance » chez Mxm Bookmark. Qu’as-tu ressenti lorsque tu as terminé l’écriture de ce roman ?

Rose Darcy :  Pour ce texte, c’est particulier. En fait, je l’ai écrit comme un défi personnel. J’avais une semaine de vacances, et je l’ai passée à écrire ce roman d’une traite, inspiration subite en somme. Il se trouve que ça coïncidait avec ma fête, qui tombe le 1er décembre. J’hésitais sincèrement à tenter l’édition à l’époque, en MM. Déçue par mes expériences passées, j’avais un peu peur. Surtout, je me disais que je n’étais pas à la hauteur et qu’on allait de toute façon refuser mon texte si je visais une ME qui me plaisait. Et puis, sur un coup de tête, j’ai décidé de le relire et de l’envoyer le jour de ma fête en soumission chez MxM, tout en me disant qu’il n’allait pas les convaincre… Ce que j’ai ressenti après l’avoir terminé, ça a été cette angoisse de l’après, de se dire que c’était mon deuxième roman MM achevé, mais le premier avec lequel je tentais l’aventure de l’édition homoromance (c’était aussi ma première réelle soumission tout court, la pression quoi XD). Les émotions se sont donc bousculer à ce moment-là. La joie d’avoir fini un manuscrit que j’avais pris plaisir à écrire, l’adrénaline de tenter avec celui-ci un truc qui me paraissait complètement fou et la panique que ça n’en vaille pas la peine. Au final, comme mes personnages, j’ai eu mon happy end 😉

 [TRLON] Que peux-tu nous dire sur « Déploie tes ailes » qui est actuellement en promotion pour l’OP French Touch chez ton éditeur pour ceux que ne connaissent pas encore tes histoires ?

Rose Darcy :  « Déploie tes ailes » est une saga en huit tomes (cinq sont déjà parus), qui raconte les histoires de plusieurs couples d’anges (un par tome), légèrement… farfelus sur les bords. Ce sont des histoires qui se veulent drôles, décalées, mais aussi sensibles. Le but en les lisant est d’en ressortir avec cette impression feel good d’un moment d’évasion réussi. C’est une saga qui ne se prend pas au sérieux et qui est là pour vous faire rire. En l’écrivant, j’avais juste envie de « délirer » un peu et de retrouver le sourire. Mes anges déjantés me l’ont permis. Et j’espère qu’ils vous le permettront aussi !

 [TRLON] Parmi tes personnages lequel est celui que tu préféres le plus et pourquoi ?

Rose Darcy : Je n’ai pas de préféré, ils sont tous une facette de moi, je suis incapable d’en choisir un seul sans avoir l’impression de trahir tous les autres et moi-même en même temps.

 [TRLON] Les personnages de tes histoires sont-ils inspirés par des personnes que tu connais ?

Rose Darcy : Pas du tout. Pour le physique, j’ai besoin d’un visuel, donc je pioche souvent sur Google Images dans les « personnes connues » à ce niveau, mais ça s’arrête là. En ce moment, j’écris une fanfiction, là par contre je m’inspire de traits de caractère de personnes existantes. Cependant, la partie imaginative est tellement prégnante, que je n’ai pas la sensation que ce sont vraiment « eux »…

Toi et tes projets : 

[TRLON] Quels sont tes futurs projets dans l’immédiat ? Ecriture, pause vacances ?

Rose Darcy : Pas de vacances pour les braves ! Écriture, j’espère… La maison d’édition que j’ai montée l’été dernier me demande beaucoup de mon temps, mais je croise les doigts pour retrouver le chemin de mon clavier de manière plus régulière et retourner auprès de mes personnages qui me manquent beaucoup.

 [TRLON] As-tu un domaine de prédilection ou as-tu prévu d’autres genres pour tes nouveaux livres ?

Rose Darcy : La MM est mon « domaine de prédilection », en tout cas, c’est mon lieu d’expression favori, celui où je me sens vraiment accomplie en tant qu’auteur. Donc, non, je ne pense pas en changer, puisque j’ai trouvé ma place. Cela dit, je ne suis pas du genre à me fermer des portes, alors à l’avenir, qui sait ?

 [TRLON] As-tu un livre en cours d’écriture ou non? Si oui peux-tu nous en dire un peu plus ?

Rose Darcy :  J’en ai plusieurs, à vrai dire, notamment la suite de « Déploie tes ailes ». À côté de ça, j’ai en projet un roman qui racontera l’histoire d’un travesti, une idée qui m’est venue durant une nuit d’insomnie il y a quelques semaines et que j’espère pouvoir exploiter rapidement, parce qu’elle me titille grave en ce moment. Et puis, je souhaite terminer ma nouvelle Lost Boy, qui aborde le thème du harcèlement à l’école et du suicide. Elle est un message que je veux vraiment faire passer…

[TRLON] Tes nouveaux projets, les écris-tu directement sur ton pc ou as-tu un calepin dans lequel tu écris tes textes ? Et est-ce que tu te sens proche mentalement de tes personnages ?

Rose Darcy :  Je n’ai pas de méthode particulière pour mes nouveaux projets. Tout est stocké dans ma tête, un peu sous forme de fichiers d’ordi ou de tiroirs, donc je ne ressens pas le besoin de noter toutes ces informations sur un calepin ou ailleurs, je sais que je les trouverai le moment venu. Donc, j’écris directement sur mon PC mes manuscrits. Quand je suis en déplacement, ou dans un endroit où je n’ai pas accès à un ordinateur, je poursuis mon travail sur des carnets ou toute autre surface « papier » que je peux avoir à disposition (ticket de caisse, prospectus, ça m’est déjà arrivé aussi). J’ai essayé d’écrire sur mon téléphone, puisqu’il m’accompagne partout, mais je suis loin d’être une Anna Todd à ce niveau #lol, ça reste difficile pour moi.

Oui, je me sens mentalement proche de mes personnages. Ils sortent tous « de moi », donc comment pourrait-il en être autrement ? Bien souvent, ils m’aident à exprimer ce que je n’arrive pas à formuler à voix haute, ils exorcisent mes démons et me permettent de me construire en tant qu’être humain. Ils ont tous une facette de moi en eux. Ne pas être proche de ces êtres imaginaires qui vivent dans mon esprit en permanence me paraîtrait étrange au contraire, trop détaché. S’attacher à ses personnages, se sentir proche d’eux, pour moi c’est le meilleur moyen de faire passer des émotions à travers eux jusqu’au lecteur. Sans ça, l’écriture est robotique et sans âme…

 [TRLON] Quand tu as une idée pour un nouveau roman, est-ce que tu en parles avec des amies ou tu écris et tu fais lire ensuite à des bêta-lectrices ?

Rose darcy :  Je n’en parle avec personne, à de très rares exceptions. Pour moi, l’écriture est un processus hyper personnel, je ne partage pas. Je suis de toute façon devenue plus ou moins parano à cause du plagiat et du « vol d’idées », alors j’évite de sortir ce que j’ai dans la tête auprès d’autres personnes. Une fois le premier jet terminé, j’avais l’habitude de le faire lire à des bêtas. Mais j’ai arrêté ce processus aussi. Même si nous ne sommes pas les meilleurs juges vis-à-vis de notre travail, je me repose sur les relecteurs de ma ME pour me dire si mon texte est viable ou pas. Cependant, si moi-même je ne m’estime pas satisfaite de celui-ci, ils n’en verront pas la couleur. Je suis quelqu’un de très critique. C’est pour ça que, maintenant que mon écriture a mûri depuis mes débuts, j’ai envie de brûler tous mes anciens textes XD

Toi et ta vie de tous les jours :  

[TRLON] As-tu d’autres passions que l’écriture ?

Rose darcy : De véritable passion, non.Des centres d’intérêts, oui.Comme la musique, les loisirs créatifs,la photo, etc.

 [TRLON] Où te vois-tu dans dix ans ?

Rose Darcy :  Ailleurs. Dans une autre vie.

 [TRLON] Si tu devais te décrire en trois mots ? Quels seraient-ils ?

Rose Darcy : Attachiante. Addict. En (re)construction.

 [TRLON] Est-ce que tu es adepte des réseaux sociaux ? Facebook, twitter, instagram,…

Rose Darcy :  Je ne sais pas si je suis vraiment une adepte, d’autant que ces derniers temps, je prends énormément de recul par rapport à tout ça, à ces réseaux devenus trop nocifs et qui font la part belle à de trop nombreuses dérives, sous couvert de la liberté d’expression. Je m’en sers, parce que c’est un passage obligé. Mais si j’y reste, c’est principalement parce que j’ai besoin de ce lien avec mes lecteurs, de pouvoir échanger avec eux. C’est un vrai moteur. Mon réseau préféré, c’est Instagram, parce que je suis une mordue de photo. J’y passe plus d’une heure par jour, et c’est la première chose que je « check » au réveil.

 [TRLON] Que penses-tu de l’édition numérique ? Je sais que la hantise des auteurs c’est de se retrouver sur les sites de téléchargements illégaux.

Rose Darcy :  L’édition numérique, on ne peut pas y échapper, tout simplement parce qu’elle est la base du système éditorial aujourd’hui, en termes de pourcentage de ventes/visibilité. Elle est aussi, pour beaucoup, plus pratique, car elle permet des découvertes multiples, au lieu de « choix drastiques ».

Effectivement, la dérive de ce système, c’est le partage illégal. Dans un monde où tout est piraté, difficile de préserver le travail des auteurs et des artistes. On vit maintenant dans un univers de consommation extrême, on a perdu le plaisir du « choix », on veut tout, tout de suite, au moindre coût, et si c’est gratuit, c’est encore mieux. Voler le dur labeur de certains ne donnent de sueurs froides à personne, c’est juste… une habitude, que l’on justifie bien souvent par des propos et des excuses plutôt hallucinantes du point de vue des pirates (pour en avoir fait la chasse de nombreuses années, je peux vous certifier que ça sidère parfois).

Aujourd’hui, je ne me bats plus. C’est un combat sans fin et, très honnêtement, j’ai mieux à faire de ma vie que de traquer des gens qui, de toute façon, ne comprendront jamais à quel point ce qu’ils font nous détruit et qui ne s’arrêteront pas. Ils n’écouteront pas. J’ai assez crié. À moins de pouvoir ponctionner leur salaire en proportion de ce qu’ils ponctionnent du nôtre en téléchargeant illégalement nos livres, il n’y aucun moyen de leur faire connaître notre réalité. Quand bien même, je pense que la majorité d’entre eux n’en ont strictement rien à faire, ça ne les atteint pas. Écrire par passion ne veut pas dire qu’on ne mérite pas de « toucher » les fruits de notre travail, parce que c’est un travail comme un autre d’écrire. On y passe des heures incalculables, on y met toute notre âme, on investit dans la création d’un roman (frais de couverture, de corrections, de goodies, etc), ça ne se fait pas par miracle, et tout cela doit être financé à un moment donné. Comment ?

Je peux comprendre l’envie de découvrir des romans, la frustration de ne pas pouvoir tous les lire faute de moyens ou autres… Mais franchement, a-t-on vraiment besoin de justement tous les lire ? Où est le plaisir là-dedans ? À part de se dire « je l’ai, je l’ai ! », et puis de laisser moisir le bouquin sur une étagère virtuelle, parce qu’on en télécharge à la chaîne et qu’au final, on n’en lit qu’un tiers, voire même moins. Qu’est-ce que ça rapporte ? Pour moi, c’est juste faire perdre le goût de la lecture, comme je l’ai connue quand j’étais jeune, quand ce n’était pas une course à la plus grosse PAL, à la bibliothèque la plus remplie. Je voudrais revenir aux anciens temps, où on prenait plaisir à fureter dans les bibliothèques, à compléter notre carte de lecteur avec nos trois lectures autorisées de la semaine, et à vibrer en tournant les pages de ces romans papier que l’on découvrait avec des yeux émerveillés. Les tendances d’aujourd’hui nous détachent complètement de l’essentiel, et c’est bien dommage.

Toi avec humour : 

[TRLON] Décris tes propres romans en trois mots ! 

Rose Darcy : Mignons. Drôles. Touchants.

 [TRLON] La chanson que tu détestes le plus au monde ?

Rose Darcy : Il y en a que je n’aime pas, mais aucune que je déteste.

 [TRLON] Ton top 5 des acteurs sexy que tu kiffes ? 

Rose Darcy :  Ce sera un quinté dans le désordre, je suis incapable de les départager !

1. Max Nattapol Diloknawarit

2. Jang Gi Yong

3. Xu Feng

4. Wáng Qīng

5. Huang Jingyu

[TRLON] J’épouse, je baise, je tue ? Qui choisirais-tu pour ce petit jeu ?

Rose Darcy : J’épouse Jeon Jungkook des BTS (s’il avait 15 ans de plus, parce que je ne suis pas une cougar XD). 

Je baise (Dieu que je déteste ce mot…) Mila Kunis. 

Je tue… la liste est beaucoup trop longue pour être citée ici ^-^

 [TRLON] Si tu pouvais choisir 5 livres à emmener sur une île déserte, quels seraient ces titres ?

Rose Darcy : Je choisis les 5 « pavés » manuscrits que j’ai dans la tête. Le temps de les écrire, les sauveteurs m’auront retrouvée et sortie de cette fameuse île déserte 😛

Le portrait chinois de Rose Darcy :

[TRLON] J’ai mélangé plusieurs thèmes pour ce petit portrait chinois, j’espère qu’il te plaira.

  • Si j’étais un écrivain ? Moi. Loin d’être égocentrique, c’est surtout parce que je n’en ai pas de préférés, ou de « modèles ». Je suis ma propre voie ^^
  • Si j’étais un roman ? « Orgueil et préjugés » de Jane Austen, c’est sentimental, puisque c’est le roman qui a déclenché mon amour de la littérature.
  • Si j’étais un héros de littérature ? Aucune idée…
  • Si j’étais un signe de ponctuation ? Le point virgule, car il a une signification toute particulière (cf https://bit.ly/2NqRUkP). C’est d’ailleurs un signe que je voudrais me faire tatouer un jour à l’intérieur du poignet, pour la symbolique.
  • Si j’étais une langue ? le coréen !
  • Si j’étais un conte de fée ? Aucun. Ils n’existent pas, pourquoi se faire du mal en voulant en être un ? XD
  • Si j’étais une chanson ? Il y en a beaucoup trop qui me parlent, selon mon « humeur » du moment… Une qui me fait pleurer à chaque fois, c’est la reprise de « Iris » des Goo Goo Dolls par Sleeping With Sirens.
  • Si j’étais une musique de film ? Je ne suis pas une mordue de cinéma du tout, si j’y vais une fois par an, c’est un miracle… Alors musique de film ? Euh… Sans doute que je serais la BO de Iron Man 2, AC/DC baby 😉
  • Si j’étais une chanson française ? Je n’en écoute pas. J’ai énormément de mal avec la musique francophone, passée ou présente… Je vais en choisir une au hasard, que j’avais intégrée dans l’une de mes anciennes playlists d’écriture : « J’aimerais tellement » de Jena Lee.
  • Si j’étais un groupe de rock ? Impossible de choisir, j’aime trop ce genre musical !
  • Si j’étais un groupe étranger (anglais, américain…) ? Les BTS. Ils sont ma ligne de vie et mon inspiration depuis plus de deux ans maintenant.
  • Si j’étais un instrument de musique ? La batterie, probablement. Celle qui donne le rythme, qui fait battre le cœur de chaque morceau…
  • Si j’étais un épisode de Star Wars ? La revanche des Sith. Dark Vador est mon personnage préféré. Dieu sait que je pleure à chaque fois qu’il tombe dans la lave. Trop de douleur pour mon petit cœur fragile…
  • Si j’étais un épisode de Twilight ? Je n’ai pas regardé ces films, lire le premier bouquin de la saga m’a largement suffi, je n’ai pas eu envie de me faire plus de mal (désolée pour ceux qui apprécient XD).
  • Si j’étais un film français ? Je n’en regarde que très très peu, je préfère l’humour anglais, personnellement. Alors… aucune idée, sincèrement.
  • Si j’étais un personnage Disney ? Mulan.
  • Si j’étais un superhéro ? L’homme invisible.
  • Si j’étais une série télé ? Sans doute une série policière, du style « Esprits criminels », « Les Experts Las Vegas » ou « New York Unité Spéciale ». Je suis accro à ces séries où on entre dans la tête du tueur. Tout cet aspect psychologique me fascine.
  • Si j’étais une partie du corps humain ? Les cuisses.
  • Si j’étais une fleur ? La petite fleur rose qui pousse sur les Cactus.
  • Si j’étais un oiseau ? Un paon.
  • Si j’étais un tableau ? Le Cri de Edvard Munch. Pas pour le style, que je n’apprécie pas vraiment, mais pour la signification. Il me représente bien en ce moment.
  • Si j’étais un monument parisien ? Le musée du Quai d’Orsay. J’adore cet endroit.
  • Si j’étais une des 7 merveilles du monde ? Le Taj Mahal. En accro à la romance que je suis, ce genre de monuments me fait rêver. L’histoire qui lui a donné vie est vraiment belle…

Je te remercie d’avoir répondu à toutes ces questions, je te laisse maintenant le soin de finir cette interview avec un mot pour mes lecteurs, le clavier est à toi.

Le mot de la fin est à l’auteur :

 Rose Darcy : Merci à celles et ceux qui auront pris le temps de lire ce questionnaire jusqu’au bout, et qui, peut-être, découvriront mes livres par la suite 😉

Les auteurs précisent à toutes fins utiles :

(Liens du blog, dernière révélation ou autre)

Les lecteurs de l’auteur peuvent lui écrire à l’adresse suivante : fldb.rose.darcy@gmail.com

Nous vous invitons aussi à la suivre sur Facebook : 
https://www.facebook.com/RoseDarcyAuteure

Et sur Twitter : https://twitter.com/RoseDarcy22

ou sur Instagram : https://www.instagram.com/rosedarcy22

ou sur son site perso : en construction ^^

Publications de l’auteur en France :

Hits: 0

A propos de Ninie

Petite graphiste freelance française âgée de 37 ans, je passe beaucoup de temps le nez dans les bouquins, ou sur photoshop. Egalement fan de Robert P., Jackson R., David G., je suis une éternelle gourmande quand ça concerne les beaux gars...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :