Francesca Zappia / Je t’ai rêvé

Francesca Zappia / Je t’ai rêvé

Quelques infos sur le livre :

Je t’ai rêvé

  • Auteur : Francesca Zappia
  • Serie : 
  • Genres : Jeunesse
  • Editeur : Robert Laffont
  • Collection : R
  • Publication: 10/ 11/ 2015
  • Edition: Numérique
  • Pages : 450
  • Prix : 12,99€
  • Rating:  

Résumé :

La folie est son quotidien, rien ne la préparait à être  » normale « . – On joue au jeu des vingt questions ? – OK , mais c’est moi qui les pose cette fois. – Ça marche. – Si je devine en moins de cinq questions, je serai vraiment déçue. Il esquisse un sourire et répond : – Ne m’insulte pas. – Est-ce que tu es vivant ? – Oui. – Tu habites ici ? – Oui. – Je te connais ? – Oui. – Est-ce que je t’ai rêvé ?

 

Avis de Ninie :

Je n’avais jamais entendu parler de ce livre, ce que je regrette un peu, j’ai décidé de découvrir ce titre après avoir lu une chronique chez mon amie Jessica (AliceNeverland), j’ai remarqué que nous avons souvent le même genre de lecture et que nous avions pratiquement toujours le même avis sur un livre, alors quand j’ai vu qu’elle avait grandement apprécié sa lecture et que j’avais envie de lire quelque chose qui sorte de l’ordinaire, je me suis rapidement jeté dessus et je en suis pas déçue du tout car j’ai eu un coup de coeur pour cette histoire complètement inattendue.

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’histoire est pour le moins déconcertante. On ne sait pas trop à quoi s’attendre et dès les premières pages on se retrouve plongé dans la vie d’Alex, une jeune rouquine aux cheveux rouge homard. On pourrait penser que tout vient du fait de la couleur si particulière de ses cheveux, mais en fait non !

Alex est une jeune ado schizophrène, elle vient d’intégrer un nouveau lycée et afin de garder ses repères elle prend des photos pour voir si tout ce qu’elle voit est réel ou sorti tout droit de son imagination. Dès la première page on se demande si ce que voit Alex est véridique, on adore les petites questions qu’elle pose à la boule magique, on n’arrive pas à savoir si tout cela est irréel ou non ?

Mais on se retrouve fasciné par l’histoire d’Alex sans trop savoir si on hallucine parce que ce qu’on lit est vraiment délirant ou si effectivement la vie d’Alex est si décalée, on apprécie cette jeune ado parce que malgré la maladie elle ne se laisse pas abattre, elle est consciente d’être à part, mais elle est forte et c’est ce que j’ai apprécié, je n’ai pas eu l’impression d’être en face d’une personne atteinte de paranoïa, seulement d’une jeune femme qui avait besoin de se faire des ami(e)s et de se sentir appréciée pour ce qu’elle est. Et en intégrant le groupe pour ses heures d’intérêt général, avec le soutient de Miles et de ses autres ami(e)s, Jenna, Théo, Art et les jumeaux, on la voit prendre de l’assurance et mûrir.

Certains passages du roman sont vraiment très amusants, le style de l’auteur est très simple mais franchement addictif, les pages se tournent sans ménagement et je me suis retrouvé rapidement à la dernière page tellement je n’ai pas réussi à lâcher ma tablette. D’ailleurs, je n’ai pas vu venir le rebondissement et j’avoue que j’ai été chamboulée à ce moment. C’est un livre que je prendrais plaisir à relire à l’occasion.

 

 

Extrait :

Il y avait une poignée sur le bord du couvercle. J’ai tiré dessus et la trappe s’est ouverte, dégageant une bouffée d’air froid qui m’a fait frissonner.

— Qu’est-ce que tu fabriques ? a demandé Yeux-Bleus d’une voix assourdie par l’effort et par mon tee-shirt.

— Tais-toi ! ai-je rétorqué en jetant un coup d’œil autour de nous.

Personne ne nous prêtait attention.

Les homards étaient entassés jusqu’en haut. J’ai plongé la main dans l’eau et le froid m’a saisie par surprise. J’ai attrapé le homard le plus proche.

Je m’attendais à ce qu’il agite ses pinces et déplie sa queue, mais il n’en a rien fait. J’avais l’impression de tenir une lourde carapace. Je l’ai sorti de l’eau.

— Merci, a dit le homard.

— De rien, ai-je répondu.

Je l’ai laissé tomber sur le sol.

Yeux-Bleus a trébuché sans me lâcher. Le homard est resté immobile un instant, puis il s’est mis à avancer lentement sur le carrelage.

Laisser un commentaire