Home / Words and Stories... / Brittainy C. Cherry / The Daze, Chapitre 3

Brittainy C. Cherry / The Daze, Chapitre 3

Bonjour à tous… Toutes mes excuses pour le retard *Ninie s’excuse aussi pour avoir tardé à poster*… mais voilà je reviens avec la troisième et dernière partie… Alors qu’avez-vous pensé des deux premiers ? Personnellement je suis toujours autant fan de cette auteure.

Si vous découvrez cette histoire… ne lisez pas ce chapitre mais commencez par le premier en cliquant ici.

Bonne soirée à tous… et je vous souhaite une très belle semaine J

Mary.

 

[MERCI DE NOUS RECREDITEZ SI VOUS REUTILISEZ LA TRADUCTION]

 

[Brittainy C. Cherry ] Hey, everyone! Author Brittainy C. Cherry here one last time with CHAPTER THREE of The Daze! And WHOA wasn’t Chapter Two quite a fun little twist? This story has been so much fun for me. A new way to break away from my norm! I hope you enjoy the conclusion of this little romantic #bedtimestoryinthekornerfromyourstruly. <3

[TRLON] Salut tout le monde ! L’auteure Brittainy C. Cherry est ici pour la dernière fois avec le CHAPITRE TROIS de The Daze! Et Wow le chapitre deux n’était-il pas amusant ? Cette histoire a été amusante à écrire pour moi. Une nouvelle façon de sortir de ma norme. J’espère que vous aimerez la conclusion de cette petite romance. #bedtimestoryinthekorner juste pour vous sincèrement. <3

-B Cherry

 

The Daze, Chapitre 3:

Traduction du texte de l’image :  » Avec lui à mes côtés, tous les chemins nous mèneraient à la maison.« 

 

—  » Nous devrions bouger,  » dit Clayton en regardant sa montre. Il jeta un coup d’œil par la fenêtre, regardant de haut en bas la route. Pour vérifier les voitures qui lui étaient familières, les visages familiers.  » Ils vont savoir que tu es venu ici.  »

—  » Nous avons encore un peu de temps.  »

—  » Ouais, mais pas trop.  » ll passa en revue son portefeuille et gémit.  » Je n’ai pas beaucoup d’argent pour nous amener loin, mais c’est un début. Je vais prendre mes valises.  »

Je m’assis sur son lit, portant seulement son sweatshirt et ma culotte, étudiant chaque mouvement qu’il faisait. Je pouvais presque sentir la tension de son corps quand il a commencé à se précipiter à travers l’appartement. Ma tête s’inclina alors qu’il posait ses valises sur le sol et les remplissait précipitamment.

—  » Clay,  » je plaçai mes mains sur le bord de son lit.  » Viens ici.  »

—  » Laisse-moi finir,  » dit-il en se dirigeant vers sa bibliothèque, saisissant les romans des étagères. Ces mêmes romans qu’il me lisait nuit après nuit pendant nos étés de rires et nos hivers d’amour. « Nous devons bouger dès que possible. »

— «  Clay,  » dis-je encore une fois, en me croisant les chevilles et en me penchant en avant. Il se retourna, avec deux livres entre ses mains et leva un sourcil. Je me mordis la lèvre inférieure et inclinai la tête vers la gauche. « Viens ici. »

Sans plus de réflexion, il laissa tomber les livres sur la pile de ses vêtements, et se dirigea vers moi. Il se mit à genoux et se glissa entre mes jambes, qui étaient prêtes à s’enrouler autour de son corps. Sa tête reposa sur ma jambe, et ses lèvres embrassèrent doucement ma cuisse intérieure.  » Si quelque chose t’arrive …  » chuchota-t-il.

— «  Ça n’arrivera pas.  »

—  » Je te protégerai, tu sais ?  » Ses lèvres se mirent à effleurer de plus en plus ma jambe, m’embrassant centimètres par centimètres. « Pour toujours et à jamais, je te protégerai. »

Il me bascula en arrière, m’allongeant contre le matelas, ses lèvres embrassant chaque centimètre de ma peau tandis qu’il s’allongeait sur moi jusqu’à ce que ses lèvres aient trouvées mon cou. Il le suça doucement tandis qu’une de ses mains errait sous mon sweat, caressant ma poitrine.

Je soupirai, lourdement, essayant de reprendre mon souffle. « Je pensais que nous devions nous dépêcher ? » Je le taquinai alors que je sentais sa dureté pressée contre moi.

— « Comme tu le disais, » gémit-il dans mon cou avant de grignoter ma peau.  » Nous avons un peu de temps.  »

Il ne nous fallut que quelques secondes pour ôter nos vêtements. Il ne fallut que quelques secondes pour que nos corps se rejoignent. Il ne lui fallut que quelques secondes pour glisser profondément en moi.

Tandis qu’il s’enfonçait en moi, me faisant haleter son nom, me faisant supplier d’en avoir plus, je me promis que je ne le quitterais jamais. Tandis qu’il me faisait l’amour ce matin-là, je savais que nous ne serions jamais en mesure de nous dire au revoir encore une fois.

C’était cela.

Lui.

Moi

Nous.

A jamais.

Mes jambes s’enroulèrent étroitement autour de son corps tandis qu’il poussait encore une fois, faisant frémir mes jambes autour de lui.  » Oui,  » murmura-t-il contre mon oreille, en la suçant, en la léchant et en me taquinant alors que j’étais sur le point d’étouffer de bonheur.  » Laisse-toi aller, Eve,  » dit-il en poussant de nouveau. Une fois. Deux fois. Trois fois.

Quatre…

Mon corps trembla contre lui alors qu’il se perdait en moi. Nos corps dégoulinaient de sueur, de désir, de besoin, d’amour.

De tant d’amour.

Clay roula, haletant, un grand sourire sur le visage.  » Tu es mon histoire préférée d’amour interdit, Eve.  »

Je ne pus m’empêcher d’être d’accord, mais avant que je puisse répondre, on frappa à la porte d’entrée. Clay se leva rapidement, sur le qui-vive. Nous nous précipitâmes à la fenêtre et nous vîmes une Audi noire stationnée sur la route.

—  » Habille-toi,  » dit-il en se glissant dans son pantalon et en enfilant son T-shirt.  » Et ne sort pas d’ici.  »

Je hochai la tête en signe d’accord tandis qu’il sortait prudemment de la pièce pour aller ouvrir la porte. La personne de l’autre côté frappait agressivement, faisant accélérer les battements de mon cœur à chaque seconde.

Une fois habillée, je jetai un coup d’œil pour voir qui était à la porte.

—  » Bucky,  » souffla Clay en glissant ses mains dans ses poches.  » Qu’est-ce que tu fais ici ?  »

Bucky sourit et entra. « Ce n’est pas le moment de jouer au con, mon pote. Où est-elle ?  »

—  » Elle ?  » demanda Clay, en jouant l’idiot.  » De qui parles-tu ?  »

Bucky passa devant lui, et s’approcha de mon soutien-gorge posé sur le comptoir.  » Veux-tu vraiment jouer la carte de l’idiot ? Ou vas-tu dire à Eve de sortir ? Sinon, je peux aller la chercher moi-même et …  »

Clayton posa une main devant Bucky, l’empêchant de s’avancer vers moi. Il ferma les yeux pendant un moment et m’appela.  » Sors de là, Eve.  »

J’entrai lentement dans la pièce, nerveuse de ce qui allait arriver. Si nous repartions avec Bucky, je savais que je serais utilisée comme appât, et je savais qu’il y avait de grande chance pour que Clayton perdre la vie.

—  » Qu’est-ce que tu veux, Bucky  » demandai-je sèchement.

—  » C’est bon de te voir aussi, Evelyn.Il semblerait que le père de Clay voudrait que vous reveniez à Estes Way avec moi.  »

Clayton grimaça.  » Bucky si elle retourne là-bas, ils vont la torturer.  »

Bucky ris.  » Si ce n’est pire. Ils cherchent à la tuer, mais ils le feront très lentement, juste pour prendre leurs pieds  »

Ma peau frissona en écoutant ses paroles. Clayton tendit la main vers Bucky.  » Frère, s’il te plait —  »

—  » Je ne suis *PAS* ton frère !  » hurla Bucky son visage virant au rouge.  » J’ai été abattu, Clayton. On m’a tiré dessus et tu n’étais pas là.  »

—  » Je ne savais pas. Je ne savais pas que quelque chose allait mal. Je le jure devant Dieu.  »

—  » Bien sûr que tu ne le savais pas, parce que tu as poignardé ta famille dans le dos pour une fille.  »

—  » Mon père est un monstre, et tu sais de quoi je parle. Il n’est pas ma famille.  »

—  » Mais pour moi qu’en est-il ?  » souffla Bucky d’une voix tremblante.  » Tu étais mon meilleur ami, mon frère. Et tu m’as laissé avec eux.  »

—  » Je suis désolé…  » lui dit Clayton.

—  » Je ne veux pas de ta pitié,  » aboya Bucky.  » Tu sais, quand je me suis retrouvé au sol après avoir été abattu, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à toi. Tu as été la première chose qui a traversé mon esprit, tu sais. Je ne pouvais pas m’empêcher de penser à la putain de chance que tu avais d’être sorti de cette vie. A la chance que tu avais d’être parti.  »

—  » Et maintenant ?  » demandai-je.  » S’il retourne là-bas ? Ils vont le tuer, Bucky. Mais malgré tout, tu vas quand même nous ramener là-bas ?  »

Il acquiesça.  » C’est le plan.  » Il rentra ses mains dans ses poches, et se dirigea vers la fenêtre du salon.  » Il a donné l’ordre que si je vous trouvais tous les deux, je devais vous ramener avec du sang sur mes mains. Il allait envoyer Tank pour vous trouver, mais en voyant comment on m’a tiré dessus, j’ai supplié pour être celui qui obtiendrait cette vengeance.  »

—  » Bucky — » commença Clayton mais il fut interrompu.

—  » C’est pourquoi c’est une foutue honte que je sois arrivé après que vous soyez partis. C’est dommage que je sois entré dans un appartement vide.  »

Je levai un sourcil et me dirigeai vers Clayton, m’enveloppant contre son corps.  » Tu nous laisses partir ?  » demandai-je.

—  » Vous laisser partir ? Jamais. Comment pourrais-je vous laisser partir, si vous n’étiez déjà plus là ?« Bucky me fit un petit sourire et hocha la tête une fois vers Clayton. « Aller. »

—  » Et toi ?  » demanda Clayton.

—  » Moi ? Je vais bien. Je suis célibataire,  » ricana-t-il.  » Pas de distractions. Mais tu as trouvé ta Juliette, Roméo. Maintenant partez et offrez-vous la fin heureuse que vous méritez tant.  »

Mes larmes roulèrent sur mes joues tandis que Clayton se dirigeait vers Bucky et lui tendait sa main.  » Frère,  » dit-il doucement.

Bucky s’éclaircit la voix et s’essuya les yeux avant de serrer la main de Clayton.  » Frère.  »

Alors que nous raccompagnions Bucky à la porte d’entrée, et disions nos adieux, il s’arrêta une minute pour atteindre sa poche arrière et en tirer une enveloppe.  » Oh, c’est pour vous deux. C’est environ quinze mille dollars, pour vous aider à prendre une longueur d’avance.  »

—  » Merci,  » dis-je tandis que Clayton me serrait contre lui, protégeant mon corps comme il avait promis de le faire.  » Pour tout.  »

—  » De rien « . Bucky sourit et acquiesça.  » Et vous les gars ?  »

—  » Oui ?  »

—  » Faites-vous oublier, pour toujours.  »

Alors qu’il sortait, Clayton me rapprocha de son corps, me permettant de me fondre en lui tandis que ses lèvres planaient sur les miennes.  » De quel côté devons-nous nous diriger ?  » demanda-t-il.  » Nord, sud, est ou ouest ?  »

J’appuyai ma bouche contre la sienne, ne prenant pas le temps de répondre à sa question, parce que je savais que peu importait la direction.

Avec lui à mes côtés, tous les chemins nous mèneraient à la maison.

~*Fin*~

********************

[TRLON] Et voilà c’est fini… j’espère que cela vous a plu autant qu’à moi parce que personnellement je reprendrais bien un peu de Clayton… et vous ?

About Mary

Qui suis-je? C’est la grande question! Personne? Non quand même pas!! Fana de musique et de photos, détestant la solitude (sauf quand je lis), j’aime partager du temps avec des amis, échanger, donner mon avis, débattre, et changer d’avis (bon pas tout le temps… je suis bornée aussi mais bon nulle n’est parfaite!).

Check Also

Brittainy C. Cherry / The Elements, tome 3 : The silent waters

Quelques infos sur le livre : The silent waters Auteur : Brittainy C. Cherry Serie : The Elements …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :