Lucie Castel / Pas si simple

Lucie Castel / Pas si simple

Quelques infos sur le livre :

Pas si simple

  • Auteur : Lucie Castel
  • Serie : /
  • Genres : romance
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : &H
  • Publication : 02/11/2017
  • Edition : livre de poche
  • Pages : 288
  • Prix : 6,90€
  • Rating :  

Résumé :

Parce que, dans la vie, rien n’est simple, Scarlett se retrouve coincée par la neige à l’aéroport d’Heathrow avec sa sœur Mélie l’avant-veille de Noël. Parce que, dans sa vie, tout est compliqué, Scarlett entre par erreur dans tes toilettes des hommes et tombe sur William, un Britannique cynique et provocateur dont le flegme et le charme distingué sont ce que la Grande-Bretagne promet de mieux. Les heures d’attente leur permettent de faire plus ample connaissance et William leur propose alors de passer le réveillon dans sa maison, près de Kensington Street, le temps que le trafic reprenne. Une invitation en apparence innocente, mais qui va conduire les deux jeunes femmes au cœur d’un réveillon riche en émotions et en surprises de taille…

 

Avis de BimboStratus :

Je remercie Harlequin pour ce SP : je suis toujours à la recherche de l’autrice de romance française de mes rêves et, malheureusement, je ne l’ai pas trouvée avec ce livre.

L’histoire est assez simple et j’ai trouvé le livre trop court. Il y a énormément (trop ?) de réflexions intérieures et plus de descriptions ça n’aurait pas été du luxe. Les personnages sont plutôt mignons, ils ont tous des petits côtés originaux qui les rendent attachants. Malgré tout le schéma et le déroulement très prévisibles ne sont pas assez portés et entourés de dentelle pour en devenir réellement intéressants.

On tombe dans les clichés un peu neuneus, les « Mais pourquoi donc n’arrivé-je pas à dormir ? » alors que 1/ elle est insomniaque et 2/ elle est tout émue de sa rencontre avec le prince charmant… Il y a aussi des incohérences assez flagrantes qui gâchent encore plus le texte. Les deux personnages principaux se font surprendre plusieurs fois mais quand ça devient utile au récit on apprend que le mec a l’ouïe fine et il se met enfin à s’en servir… Un coup un gars parle de Porsche et la fois d’après il explique qu’il s’y connait pas trop en berlines noires…

Le vocabulaire utilisé par l’autrice est assez étrange et m’a mise mal à l’aise, les lèvres « s’écrasent » les unes sur les autres, on « assène » des baisers « brutalement », on « empoigne » le cou, on « plaque rudement/brusquement », on est « emprisonné », « pris d’assaut », dans une « poigne de fer »…

L’homme est d’ailleurs présenté comme un chasseur, un carnassier, et cela fait de la femme une proie. C’est un stéréotype éculé que je trouve assez rétrograde. Et comme toujours dans ce genre de livre, le féminisme est évoqué n’importe comment (elle ne serait pas féministe parce qu’elle laisse un homme l’inviter à manger ? Ah, ok…).

En ce qui concerne la forme c’est pas génial mais j’ai lu pire. Encore une fois la correction et la relecture laissent à désirer, surtout sur la fin. On le sent bien quand le mâle alpha demande « C’est la première fois que ta mère vient à Londres ? » et que l’héroïne répond « Non, jamais »…

C’est dommage, retravaillé ce livre serait probablement très sympa, mais là il me laisse un arrière-goût d’inachevé saupoudré des mêmes choses qui me font grincer des dents habituellement quand je lis des romances.

 

 

Extrait :

Je soupire. Ils prennent ça pour un « oui ». Ce n’est pas que ça me contrarie, mais en fait, ça me contrarie. Je n’aime pas ce que je ressens. Depuis ce matin, je suis énervée par notre retard pris en partant de l’hôtel, puis à l’annonce des annulations de départ. C’est clair et limpide dans ma petite tête : je suis en colère. J’aime quand c’est cohérent et d’une seule couleur. Mais quand je regarde William, j’ignore ce qui se passe en moi ; autre chose vient concurrencer ma colère. Et je n’aime pas ça. Je déteste me focaliser sur ses yeux noirs en me demandant comment ils peuvent être aussi foncés. C’est vrai, quoi… D’habitude, on distingue au moins un peu la pupille, histoire d’avoir une indication sur les pensées et les humeurs. Sauf que là, rien : ce sont deux billes noires luisantes d’intensité, qui vous scrutent et vous dissèquent. C’est du moins l’impression désagréable que j’ai.

Vues : 42

Lucie Castel / Pas si simple

Lucie Castel / Pas si simple

Quelques infos sur le livre :

Pas si simple

  • Auteur : Lucie Castel
  • Série :
  • Genre : Romance
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : &H
  • Publication : 22/03/2017
  • Edition : Broché
  • Pages : 288
  • Prix : 12,90€
  • Rating:  

 

Résumé :

Quand une rencontre improbable dans un aéroport conduit à un repas de famille encore plus improbable.

Parce que, dans la vie, rien n’est simple, Scarlett se retrouve coincée par la neige à l’aéroport d’Heathrow avec sa sœur Mélie l’avant-veille de Noël.
Parce que, dans sa vie, tout est compliqué, Scarlett entre par erreur dans les toilettes des hommes et tombe sur William, un Britannique cynique et provocateur dont le flegme et le charme distingué sont ce que la Grande-Bretagne promet de mieux.  Les heures d’attente leur permettent de faire plus ample connaissance et William leur propose alors de passer le réveillon dans sa maison, près de Kensington Street, le temps  que le trafic reprenne. Une invitation en apparence innocente, mais qui va conduire les deux jeunes femmes au cœur d’un réveillon riche en émotions et en surprises de taille…

Pas si simple aborde avec intelligence et délicatesse les thèmes de la famille, du deuil, de l’amour et de l’engagement. Une comédie romantique pleine d’humour et d’espoir dont les valeurs universelles parleront à chacun. 

 

Avis de Mela :

La couverture m’avait mise en appétit avec ce petit cupcake, oui je suis gourmande et alors ?
Mais je suis surtout gourmande de romance, de lecture feeling good et de bons sentiments.
Et Pas si simple s’est laissée savourer du début jusqu’à la fin et je n’en ai pas perdu une miette. Un vrai délice où l’on étale son linge sale en famille et plus si affinités, où l’on crie, s’engueule, se réconcilie, où l’on s’embrasse… beaucoup mais surtout où l’on s’aime quoi qu’il se passe et/ou arrive.
Une lecture idéale à lire à tout instant, qui me met du baume au cœur et qui fait du bien à lire !
Pas si simple est une gourmandise à consommer et à déguster sans modération !

Extrait : 

-William, dis-moi, le jeu en valait-il la chandelle ?
Il place ses mains chaudes de part et d’autre de mon visage. Mon cœur s’emballe et je deviens plus fébrile.
-Je te demande pardon, susurre-t-il. Pardon de ne pas t’avoir plus tôt fait comprendre que le jeu en valait, qu’il en vaut la chandelle. Il le valait dès l’instant où tu as prononcé les mots « sièges bébés ». Il le valait dès l’instant où j’ai croisé ton reflet dans le miroir des toilettes pour hommes de cet aéroport..

Vues : 33

Lucie Castel / Pas si simple

Lucie Castel / Pas si simple

Quelques infos sur le livre :

Pas si simple

  • Auteur : Lucie Castel
  • Série :
  • Genre : Romance
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : &H
  • Publication : 22/03/2017
  • Edition : Broché
  • Pages : 288
  • Prix : 12,90€
  • Rating:  

 

Résumé :

Quand une rencontre improbable dans un aéroport conduit à un repas de famille encore plus improbable.

Parce que, dans la vie, rien n’est simple, Scarlett se retrouve coincée par la neige à l’aéroport d’Heathrow avec sa sœur Mélie l’avant-veille de Noël.
Parce que, dans sa vie, tout est compliqué, Scarlett entre par erreur dans les toilettes des hommes et tombe sur William, un Britannique cynique et provocateur dont le flegme et le charme distingué sont ce que la Grande-Bretagne promet de mieux.  Les heures d’attente leur permettent de faire plus ample connaissance et William leur propose alors de passer le réveillon dans sa maison, près de Kensington Street, le temps  que le trafic reprenne. Une invitation en apparence innocente, mais qui va conduire les deux jeunes femmes au cœur d’un réveillon riche en émotions et en surprises de taille…

Pas si simple aborde avec intelligence et délicatesse les thèmes de la famille, du deuil, de l’amour et de l’engagement. Une comédie romantique pleine d’humour et d’espoir dont les valeurs universelles parleront à chacun. 

 

Avis de TeaCup :

Je tiens à remercier les éditions Harlequin pour l’envoi de ce SP.

Je me demandais ce qu’allait donner ce roman, le résumé était assez long et semblait en dire beaucoup, c’est bien le cas, mais c’est plus l’intérêt de comment ça se passe que de savoir ce qui va se passer je dirais, donc ça ne m’a pas dérangé outre mesure.

Le roman lorgne à mon sens du côté des comédies romantiques à l’anglo-saxonne, déjà le cadre est anglais, un héros anglais, l’humour, le côté comédie film hollywoodien… on sent l’inspiration. Après j’ai trouvé intéressant de voir le mélange comédie romantique, comédie de famille déjantée qui tourne mal.

Il y a une bonne dose d’humour, les personnages arrivent de manière progressive et sont donc décrits avec soin, plus dans le caractère que physiquement, mais on n’est pas perdu pour autant. La sœur de l’héroïne, personnage fantasque psy « partie » « sans filtre » mais clairvoyante détonne un peu, des fois j’ai trouvé cela un peu toomuch, mais globalement ça sort de l’ordinaire et on s’attache bien au personnage.

L’héroïne a un caractère assez courant dans les romances actuelles, sûrement car bon nombre de femmes modernes s’y reconnaissent avec une blessure passée qu’elle tente de cacher derrière une bonne dose de cynisme et un arsenal de défense costaud. Sûrement parce qu’on a aussi un peu marre des héroïnes trop naïves, gentilles, bonne poire. Là Scarlett a le répondant qu’on attend de son nom (qui vient bien de Scarlett de AUTANT EMPORTE LE VENT), elle fait un duo efficace avec le héros, dandy britannique cynique et flegmatique. Nombre de leurs tête-à-tête sont ponctués de joutes verbales super savoureuses et on passe un excellent moment.

Arrive ensuite la famille du héros dysfonctionnel au possible qu’on va décortiquer à la loupe personnage par personnage, tandis que nos héros tentent de continuer  à se tourner autour. Il y a des personnages super savoureux, d’autres beaucoup trop classiques (la mère castratrice, grand classique, pas besoin de nuancer trop). J’ai trouvé dommage de mettre tant de personnages pour en laisser de côté (tante, père…) dans ce genre de comédie de mœurs on a souvent des petits passages avec chaque membre à tour de rôle, là l’auteure a préféré se concentrer sur quelques-uns.

Reste un roman vraiment savoureux qui fait la part belle à la psychologie (jusqu’à aller dans un décorticage parfois très appuyé ou répétitif, on a compris avant l’héroïne, elle se répète évolue lentement – mais évolue !) des persos, la sœur psy aidant bien pour cela, et c’est le point fort du roman. On n’a pas que des répliques drôles, des scènes cocasses, on a vraiment le tableau de deux familles et on y croit assez facilement malgré quelques ficelles encore un peu grosses. Le livre se lit très rapidement, il fait passer un bon moment de lecture et sort un peu de ce qui se fait en ce moment en romance : langage soutenue, héroïne avec une bonne situation, pas d’avalanche de sexe… Si vous voulez une romance « qui pense », qui fait sourire à la touche anglo-saxonne « so » tendance, à tester !

Extrait : 

J’enfonce la porte des toilettes de l’aéroport d’un coup de pied rageur. J’insiste sur le mot « rageur », parce que je nage en plein drame shakespearien. Comme je suis coincée à l’aéroport de Heathrow, de l’autre côté de la Manche, je fais dans la métaphore locale. Je viens juste de laisser en plan ma sœur Mélie, que je revois encore me faire de grands signes dans le couloir, sans que j’y prête la moindre attention. Depuis qu’elle est tombée d’un arbre à l’âge de cinq ou six ans — elle souhaitait prouver que l’être humain ne pouvait pas voler, ce dont l’humanité avait bien conscience depuis sa création —, Mélie a un mode de communication à part, dans un univers qu’elle seule est en mesure de comprendre.

J’enfonce donc cette satanée porte et j’arrache une poignée de papier pour éponger mon chaï latte, dont la moitié s’est renversée sur mon slim blanc. D’accord, un vêtement clair pour voyager… il y a plus adapté.

Vues : 22

Lucie Castel / Pas si simple

Lucie Castel / Pas si simple

Quelques infos sur le livre :

Pas si simple

  • Auteur : Lucie Castel
  • Série :
  • Genre : Romance
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : &H
  • Publication : 22/03/2017
  • Edition : Broché
  • Pages : 288
  • Prix : 12,90€
  • Rating:  

 

Résumé :

Quand une rencontre improbable dans un aéroport conduit à un repas de famille encore plus improbable.

Parce que, dans la vie, rien n’est simple, Scarlett se retrouve coincée par la neige à l’aéroport d’Heathrow avec sa sœur Mélie l’avant-veille de Noël.
Parce que, dans sa vie, tout est compliqué, Scarlett entre par erreur dans les toilettes des hommes et tombe sur William, un Britannique cynique et provocateur dont le flegme et le charme distingué sont ce que la Grande-Bretagne promet de mieux.  Les heures d’attente leur permettent de faire plus ample connaissance et William leur propose alors de passer le réveillon dans sa maison, près de Kensington Street, le temps  que le trafic reprenne. Une invitation en apparence innocente, mais qui va conduire les deux jeunes femmes au cœur d’un réveillon riche en émotions et en surprises de taille…

Pas si simple aborde avec intelligence et délicatesse les thèmes de la famille, du deuil, de l’amour et de l’engagement. Une comédie romantique pleine d’humour et d’espoir dont les valeurs universelles parleront à chacun. 

 

Avis de Ninie :

Tout d’abord je tiens à remercier Mélanie et Harlequin pour m’avoir offert l’opportunité de lire ce livre en m’accordant leur confiance dans le cadre de ce partenariat.

J’ai eu la chance de découvrir ce roman “Coup de coeur éditorial” avec une épreuve anticipée non corrigée et je dois dire que je suis sous le charme, je n’ai pas certes pas eu un coup de coeur mais je n’en suis pas passée loin. J’ai passé un bon moment en compagnie des personnages de Lucie Castel. J’ai trouvé dommage que le livre soit publié au mois de mars alors que l’histoire se déroule à la fin de l’année, du coup il m’a manqué l’ambiance des fêtes de noël que j’aurais ressenti un peu plus avec l’odeur du sapin et les couleurs chatoyantes des boules et guirlandes chez moi.

Le roman de Lucie Castel porte très bien son titre car après une lecture très vite dévorée, je peux confirmer qu’effectivement ce n’est “Pas si simple”. Pas si simple de se retrouver coincée un jour de tempête dans un aéroport à plusieurs milliers de kilomètres de chez soi, pas si simple de faire face à un homme quand on s’est trompé de toilettes et qu’on a poussé la mauvaise porte, pas si simple de se dire qu’on ne sera pas avec sa famille pour Noël ou pas si simple de passer les fêtes avec sa famille complètement dégénérée.

Scarlett Archer est à Londres avec sa soeur Melanie, prête à prendre l’avion pour rentrer en France à la veille des fêtes de Noël, mais toutes deux se retrouvent coincées par une tempête de neige dans l’aéroport d’Heathrow. Alors qu’elle en a déjà pardessus la tête, elle fait la connaissance de William Hill un anglais pur souche en entrant dans les toilettes pour hommes alors qu’elle était persuadée d’être dans ceux réservés aux femmes. Quel agréable moyen de lier connaissance. Lorsque le lendemain, tous les trois se retrouvent à nouveau coincés à l’aéroport avec aucun moyen de traverser la Manche, William leur propose de passer le réveillon ensemble puisqu’ils se retrouvent seuls pour les fêtes. Le repas du réveillon sera loin de se dérouler dans la tranquillité puisque la famille du jeune homme viendra se joindre à la fête improvisée. Et que l’ambiance qui laissait présager un bon moment devient vite pesante.

J’ai beaucoup aimé découvrir la plume de Lucie Castel que j’ai trouvé très agréable, fraîche et spontanée, j’avais plus d’une fois le sourire aux lèvres grâce aux personnages si différents et si peu courageux face à la mère de famille acariâtre. Ne vous attendez pas à un roman placide car c’est loin d’être le cas, ici la magie audacieuse de l’auteur opère. Elle nous offre un moment de lecture pleins de rebondissements inattendus mais également touchant et tendre face au deuil et à l’envie de reprendre sa vie en main.

Extrait : 

J’enfonce la porte des toilettes de l’aéroport d’un coup de pied rageur? J’insiste sur le mot «rageur»,  parce que je nage en plein drame shakespearien. Comme je suis coincée à l’aéroport de Heathrow, de l’autre côté de la Manche, je fais dans la métaphore locale. Je viens juste de laisser en plan ma soeur Mélie, que je revois encore me faire de grands signes dans le couloir, sans que j’y prête la moindre attention. Depuis qu’elle est tombée d’un arbre à l’âge de cinq ou six ans — elle souhaitait prouver que l’être humain ne pouvait pas voler, ce dont l’humanité avait bien conscience depuis sa création —,  Mélie a un mode de communication à part, dans un univers qu’elle seule est en mesure de comprendre.

J’enfonce donc cette satanée porte et j’arrache une poignée de papier pour éponger mon chaï latte, dont la moitié s’est renversée sur mon slim blanc. D’accord, un vêtement clair pour voyager… il y a plus adapté.

Vues : 40

%d blogueurs aiment cette page :