Angéla Morelli, Emily Blaine, Mily Black, Eve Borelli, Alfreda Enwy, Alix Marin / Devine qui vient pour Noël

Angéla Morelli, Emily Blaine,  Mily Black, Eve Borelli, Alfreda Enwy, Alix Marin / Devine qui vient pour Noël

#DevineQuiVientPourNoel #AngelaMorelli #EmilyBlaine #MilyBlack #EveBorelli #AlfredaEnwy #AlixMarin

Quelques infos sur le livre :

Devine qui vient pour Noël

  • Auteur : Angéla Morelli, Emily Blaine, Mily Black, Eve Borelli, Alfreda Enwy & Alix Marin
  • Série : 
  • Genre : Romance 
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : &H
  • Publication : 31/10/2018
  • Edition : Numérique
  • Pages : 320
  • Prix : 5,99€
  • Rating : 
4 étoiles

Les grands noms de la romance française au pied du sapin !
Dans ce recueil, la fine fleur de la romance française s’est réunie pour vous offrir un réveillon hors du commun. Prenez six héros irrésistibles, dont un pâtissier du Vermont touché par Cupidon, un ancien crush du lycée au charme insolent et un barman sexy en diable. Ajoutez-y six héroïnes de compétition, policière gaffeuse, infirmière sensuelle ou comédienne hautement délurée. Agrémentez de défis, de coups de foudre, d’un shooting photo avec un furet facétieux et d’un concours de bûche géante. Laissez reposer toute une nuit, sous la neige. Et, qui sait, votre grand amour s’invitera peut-être chez vous pour la dégustation… 

Avis de Sosweety :

Pour commencer cette chronique, je souhaiterais remercier les éditions Harlequin France via NetGalley qui m’ont permis de découvrir cette nouvelle lecture.

Si vous aimez Noël, la magie et la romance, ce livre est assurément fait pour vous. C’est le livre feel good pour préparer et anticiper les fêtes. Chaque nouvelle devrait ravir votre petit coeur de guimauve. Un seul regret pour ma part c’est que certaines histoires aient été beaucoup trop courtes et j’aurais aimé en lire plus, j’espère juste que certains auteurs en feront de vraies histoires beaucoup plus longues pour notre plaisir.

Un secret sinon rien, Mily Black – 3/6

Un séjour à la neige de retrouvailles entre anciens du lycée. Honorine et Martial sont meilleurs amis depuis tout ce temps et participent à ce séjour.

J’ai bien aimé le déroulé de l’histoire entre potins, peaux de vaches (certaines ne changent pas) sur fond de montagne. La plume était très chouette mais j’ai flairé dès le début l’embrouille, mais bien que trop prévisible j’ai passé un agréable moment, j’aurais juste aimé avoir plus de moments entre nos 2 héros c’est ce qui m’a manqué et qui ne m’a pas permis de mettre plus.

L’amour est très gourmand, Emily Blaine – 4/6

Une rencontre improbable lors d’un réveillon, de la pâtisserie et une touche de coïncidences sont le cocktail détonnant de cette nouvelle romance. Doit-on encore présenter l’auteur ? C’est l’auteur française de romances du moment ! Si vous ne la connaissez pas encore, je ne vous dirais qu’une chose : FONCEZ ! Toutes ces histoires sont de purs bonheurs qui feront chavirer votre petit coeur, satisfaction 100% garantie ! J’ai forcément été embarquée par cette histoire. Emily sait toujours créer des situations originales et cocasses qu’on adore. J’ai juste déploré le fait que ce soit beaucoup trop court, j’en veux encore plus. Emily si tu me lis, tu ne peux pas laisser nos 2 héros comme ça, c’est intolérable et inexcusable !

C’est Noël, rien ne va plus !, Ève Borelli – 2/6

On suit les aventures de Thaïs et Aubin sur fond d’enquête et de concours de gâteau. J’ai trouvé cette nouvelle complètement et totalement déjantée. Les références sont hilarantes mais les situations sont trop rocambolesques pour que ça tienne la route. Et c’est dommage parce que la plume et l’histoire étaient pas mal mais malheureusement c’était too much pour moi.

Et s’il suffisait d’une fois ?, Alfreda Enwy – 5/6

Amy et Adam se rencontrent par un signe du destin (ou grâce à Tinder tout dépend de quel point de vue on se place) et c’est vite le coup de foudre/coup de coeur. C’est un vrai coup de coeur que j’ai eu pour cette histoire, je suis depuis pas mal de temps Alfreda et j’adore sa plume, tout en douceur et fluidité et qui rend complètement accro. C’était vraiment une magnifique histoire qui m’a retourné le coeur, bravo et j’en voudrais bien encore car ce n’était définitivement pas assez. Et si vous ne connaissez pas encore Alfreda, foncez lire sa saga des Infinis elle est extra !

Secret Santa, Alix Marin – 3/6

Gaëtan et Hannele sont collègues de travail et développent une réelle amitié, mais la frontière entre l’amitié et l’amour est parfois infime…

Le développement de la romance se fait tout en douceur mais c’est très agréable et ça change un peu. C’était vraiment mignon tout plein. Je regrette juste qu’il y ait eu une autre histoire avec la soeur du héros car ça m’a gâché un peu ma lecture. Je n’ai définitivement pas assez eu de mes 2 chouchous et c’est fort dommage car j’ai vraiment apprécié la plume et leur histoire.

Homecoming flirt, Angéla Morelli – 5/6

Des retrouvailles après tant d’années à s’être perdus de vue, Esteban et June se redécouvrent pour leur (et le nôtre) plus grand plaisir. J’ai tout adoré, l’histoire, la plume qui est addictive comme d’hab, l’humour, la magie, l’amour… Bref encore du grand Angéla ! Un vrai coup de coeur pour cette superbe romance ! Seul bémol c’était beaucoup trop court !!!


Et s’il suffisait d’une fois ? – Alfreda Enwy


Un drôle de rictus agite alors le visage du « ranger de l’amour ». J’imagine qu’il avait déjà commencé la fête, quand il m’a envoyé son message sur Tinder. C’est la première fois que ça m’arrive. Les autres fois se sont toujours bien passées. Jamais aucun de mes rancards n’est arrivé bourré.
— Tu n’es qu’une…
— Je te conseille de ne pas finir ta phrase ! grogne alors une voix masculine.
Je tourne légèrement la tête. Le barman fixe mon interlocuteur comme s’il avait envie de lui foutre son poing dans la gueule. Bien que je n’aie pas besoin d’aide, je suis soulagée que quelqu’un réagisse, et de me trouver dans un lieu public.

Vues : 160

Angéla Morelli / Ça a commencé comme ça

Angéla Morelli / Ça a commencé comme ça

Quelques infos sur le livre :

Ça a commencé comme ça

  • Auteur : Angéla Morelli
  • Serie : /
  • Genres : romance
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : &H
  • Publication: 04/10/2017
  • Edition: broché, poche
  • Pages : 341
  • Prix : 6,90€
  • Rating:  

Résumé :

Ça a commencé quand Flore a fait brûler sa confiture de groseilles. Ou alors, quand son père l’a appelée à l’aide, coincé entre les branches du vieux pommier. En fait, non, ça a vraiment commencé quand ses amis l’ont inscrite au concours de confitures. Oui, c’est à partir de ce moment-là que la vie de Flore a pris un tournant inattendu.
Car la jeune mère célibataire presque trentenaire doit faire face à un obstacle de choix : confectionner une confiture aux figues… sans figues. Mais si les précieux fruits ont déserté les étals des marchés du Sud-Ouest, on chuchote que Corto possède quelques arbres pour sa consommation personnelle ; Corto, le beau jardinier ténébreux que tous les habitants du village considèrent avec méfiance. Et pour cause : il est tatoué et dégage une aura de mystère et de danger.
Alors, oui, ça a commencé comme ça, avec un concours de confitures, une pénurie de figues et Corto.

 

Avis de BimboStratus :

Je remercie Harlequin pour ce SP, même si j’annonce la couleur, j’ai une nouvelle fois été déçue, et cette fois-ci vraiment au-delà de ce que je pouvais imaginer ! Je pense que je vais me contenter de lire les nouveaux/futurs livres d’Angéla Morelli, je n’avais pas vu que celui-ci était une réédition et j’espère que c’est la raison pour laquelle je l’ai trouvé si mal écrit (oui, désolée, j’y vais fort).

On va commencer par l’histoire en elle-même, parce qu’elle était pas si mal, au fond. Le décor est original, on n’est pas dans une ville, avec des personnages bourrés de fric et ultra charismatique. Ça se passe à la campagne, entre Corto, un jardinier (certes riche), et Flore, une débrouillarde (à ce niveau j’appelle ça comme ça !).

Elle a déjà une fille, il a un sombre secret (que j’ai trouvé assez mal amené et surtout assez mal traité, Flore pète un câble sans réfléchir alors que c’est pas son genre…), bref, comme d’habitude avec Angéla Morelli on a des protagonistes singuliers et attachants – ce qui est aussi valable pour les personnages secondaires.

Donc ça aurait pu être un bon moment. Mais j’ai été dérangée pendant toute ma lecture par le style utilisé.

La forme est horrible. Voilà c’est dit. Il y a quelques répétitions (super évidentes !) et des maladresses… mais il y a surtout le passé composé. L’autrice n’utilise pas une seule fois le passé simple. Le récit est lourd, le placement chronologique est poussif, mais qui sont donc l’éditeur-trice et lea correcteur-rice qui sont passés sur ce livre ?? C’est imbuvable, ne j’en pouvais plus. Ça manque aussi de plus que parfait à certains moments. Autant écrire son récit au présent quand on en arrive là, parce que ça démontre vraiment d’une méconnaissance de l’autrice sur l’utilisation des temps, mais aussi et surtout d’un travail ni fait ni à faire de la part de celleux qui ont pris en charge la publication de son roman.

Au final je vous conseille toujours La rencontre idéale (ou presque) de la même autrice, que j’ai aimé et que je ne désespère pas de retrouver dans un autre de ses romans…

Extrait :

— Flore ! Flooooore ! Flooooooooore !

Les cris en provenance du jardin m’ont sortie de la torpeur dans laquelle la chaleur étouffante qui régnait dans la cuisine m’avait plongée. J’ai levé les yeux de l’immense marmite en cuivre dans laquelle j’étais en train de faire réduire ma confiture de groseilles au gingembre. Je ne savais pas si la chaleur était seule en cause, ou s’il fallait y ajouter l’odeur sucrée et entêtante qui s’élevait de la marmite et la fascination créée par le tourbillon que traçait ma spatule en bois dans l’épais mélange, mais je me suis rendu compte en levant le nez que mes pensées vagabondaient depuis un petit moment. Le monde qui m’entourait a repris des contours nets et j’ai posé les yeux sur l’horloge vantant les mérites d’un alcool célèbre fixée au-dessus de la vieille gazinière : il était un peu plus de 17 heures.

— Flore ! Flooooooooooore !

Les appels se sont faits de plus en plus insistants, voire désespérés, et l’allongement de la voyelle de mon prénom ne me laissait aucun doute : mon cher père s’était encore fourré dans une situation impossible dont il espérait que j’allais le tirer.

Vues : 59

Angéla Morelli / Ça a commencé comme ça

Angéla Morelli / Ça a commencé comme ça

Quelques infos sur le livre :

 Ça a commencé comme ça

  • Auteur : Angéla Morelli
  • Genre : Romance contemporaine
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : &H
  • Publication : 04/10/2017
  • Edition : Poche
  • Pages : 352
  • Prix : 6,90€
  • Rating : 

Résumé :

Ça a commencé quand Flore a fait brûler sa confiture de groseilles. Ou alors, quand son père l’a appelée à l’aide, coincé entre les branches du vieux pommier. En fait, non, ça a vraiment commencé quand ses amis l’ont inscrite au concours de confitures. Oui, c’est à partir de ce moment-là que la vie de Flore a pris un tournant inattendu.
Car la jeune mère célibataire presque trentenaire doit faire face à un obstacle de choix : confectionner une confiture aux figues… sans figues. Mais si les précieux fruits ont déserté les étals des marchés du Sud-Ouest, on chuchote que Corto possède quelques arbres pour sa consommation personnelle ; Corto, le beau jardinier ténébreux que tous les habitants du village considèrent avec méfiance. Et pour cause : il est tatoué et dégage une aura de mystère et de danger.
Alors, oui, ça a commencé comme ça, avec un concours de confitures, une pénurie de figues et Corto.

Avis de Anne_B :

Tout d’abord, je tiens à remercier les Editions Harlequin pour m’avoir permis de lire ce livre en Service Presse. Un roman dont le résumé avait piqué ma curiosité et dont j’avais envie de découvrir l’histoire.

Flore est une maman trentenaire d’une petite Clélia qu’elle a eu très jeune. Elle est séparée du papa depuis 6 ans. Elle vit chez son père depuis lors – un père, professeur, vivant la tête dans les nuages, complètement déconnecté de la vie depuis la mort de sa femme. Ils vivotent, tous les trois, dans une maison qui se délabre inexorablement.

Trois bouches à nourrir et un père qui ne regarde pas à la dépense. Un ex, Gauthier, qui ne lui verse pas régulièrement la pension pour leur fille – tout cela fait que Flore a du mal à joindre les deux bouts. Elle doit se débrouiller comme elle peut en faisant des petits boulots, pas toujours payés car Flore est trop gentille, n’osant pas demander son dû aux gens qui l’emploient. Elle fait aussi des confitures, des pâtisseries, des soins par les plantes. Bref, elle fait tout pour essayer de s’en sortir mais sans trop de succès au niveau financier.

Heureusement qu’elle a Fanny, sa meilleure amie, pour l’épauler moralement et qui l’a inscrite à un concours culinaire. Les 5000 euros offerts au gagnant pourraient résoudre nombre de problèmes. Encore faut-il remporter le 1er prix – notamment quand le fruit imposé est la figue et que tous les vendeurs aux environs sont en rupture de stock. Tous sauf un : Corto, le bad boy sexy, le jardinier énigmatique, l’étranger au village et sur qui courent toutes sortes de rumeurs…

Flore est un personnage pour qui j’ai éprouvé beaucoup de sympathie. C’est quelqu’un de gentil, et même trop quand on voit comment les gens abusent de sa gentillesse. Tout au long du livre, je me suis demandée quand elle allait enfin réagir et se rebeller.

Fanny, la meilleure copine est une fille vraiment géniale. Son personnage apporte beaucoup de vitalité à l’histoire.

Quant à Corto, son caractère énigmatique est très bien rendu. Il n’est pas toujours très sympathique mais son passé aide ensuite à mieux comprendre ses réactions. Il apporte également une note très sensuelle à l’histoire – dans le genre chaud-bouillant, il en impose !

Bref, une romance qui se lit comme une chronique rurale ou bien comme un journal, celui de Flore. Qui sent bon la confiture, le soleil du Sud-Ouest, la campagne, la tendresse et l’amour. Un livre que je vous conseille si vous voulez passer un bon moment de détente.

 

Extrait :

J’ai atteint la porte-fenêtre et levé les yeux vers le visage de l’homme.

Oh. Mon Dieu.

Face à moi se tenait celui dont tout le village ne pouvait s’empêcher de commenter les moindres faits et gestes, celui sur lequel avaient couru les rumeurs les plus folles, celui dont on avait justement discuté la veille avec Fanny, l’homme à la fois le plus sexy et le plus intimidant du département.

Voire de la galaxie.

Corto.

 

Vues : 67

Angéla Morelli / Les Parisiennes, tome 1 : L’homme idéal (en mieux)

Angéla Morelli / Les Parisiennes, tome 1 : L’homme idéal (en mieux)

Quelques infos sur le livre :

L’homme idéal (en mieux)

  • Auteur : Angéla Morelli
  • Serie : Les Parisiennes
  • Genres : romance
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : &H
  • Publication: 02/03/2016
  • Edition: broché, poche
  • Pages : 311
  • Prix : 6,90€
  • Rating:  

Résumé :

Un joyeux bordel… Voilà à quoi ressemble la vie d’Emilie, 35 ans, mère célibataire, qui se retrouve à devoir squatter chez Clara, sa meilleure amie, en attendant des jours plus favorables. Cela dit, si elle n’avait pas emménagé chez Clara, jamais elle ne serait retombée sur Samuel Winterfeld, un homme qu’elle avait perdu de vue depuis longtemps, et qui allie deux qualités irrésistibles : être le sosie de Bradley Cooper, et avoir très envie de la revoir ! Evidemment, c’est pile le moment que choisit son ex, le père de sa fille, pour retenter sa chance avec elle. De quoi la mettre définitivement sens dessus dessous !

 

Avis de BimboStratus :

Je remercie Harlequin pour ce SP, même si j’annonce la couleur, j’ai été déçuuuuue ! J’avais vraiment aimé le tome 2 pour ses pointes d’originalité (pour une fois que je commence par le tome 2 en plus), mais le tome 1 rentre dans tous les poncifs de la romance contemporaine classique telle que je l’imagine, notamment sur certains points qui m’ont clairement gonflée !

L’histoire est simple et fonctionne plutôt bien à la base, avec même quelques touches qui nous éloignent de la chicklit basique. L’héroïne, Émilie, est une femme de 35 ans, qui a une gamine et s’est séparée depuis quelques mois du père de sa fille, qui l’a trompée. Elle habite chez une amie, elle est prof de français, on est loin d’une situation qui fait rêver quoi. Le mec qui va commencer à sortir avec elle, Samuel, rentre un peu plus dans les cases, c’est un veuf (triste), traducteur connu (classe) et il a 45 ans (hein ?).

Et là c’est le premier arrêt sur lequel je me suis énervée. Pourquoi il faut qu’il ait 10 ans de plus qu’elle ? Ça rentre exactement dans le schéma habituel de misogynie jeuniste, avec des hommes qui sortent avec des femmes plus jeunes qu’eux et des femmes qui, arrivées à un certain âge, sont considérées comme “périmées” ou doivent se rabattre sur des hommes qui sont beaucoup plus vieux qu’elles. J’ai trouvé ça nul !

Et alors c’est marrant, parce que dans le tome 2 j’étais un peu déçue parce qu’il n’y a pas de passage à l’acte alors que dans ce bouquin y’en a et j’ai trouvé ça surfait ! Le mec il a pas eu de relations sexuelles depuis deux ans et là où on s’attend à ce que ce soit tendre et maladroit ben on a le droit à une partie de baise comme en 40 avec des tas d’orgasmes à la pelle. C’est super cliché quoi ! À un moment il la fait quasiment jouir en lui massant les pieds ! Je veux bien que ce soit possible, mais avec de la pratique et en connaissant le corps de sa-on partenaire, pas comme ça pouf les doigts dans le nez…

Pour citer quand même un point positif, Émilie a fait une thèse de littérature sur les insultes anciennes, du coup ses interjections sont amusantes et originales, c’est très sympa et ça donne de la couleur au récit.

L’autrice s’est clairement améliorée dans son deuxième tome car dans celui-ci il y a des longueurs. Le début est assez maladroit. Pour autant, le style reste plaisant, notamment dans les dialogues entre les copines.

Au final je vous conseille soit de le lire avant le La rencontre idéale (ou presque) ou de passer directement à ce dernier !

Extrait :

Le pot de moutarde suédoise, souvenir d’une très lointaine visite chez IKEA, regardait fixement Emilie du fond de l’étagère. Le problème, c’est qu’il était tout seul : le frigo était vide. Elle contempla un instant l’étendue des dégâts, en écoutant d’une oreille distraite les pépiements d’Elizabeth, qui lui racontait, à grand renfort de gestes, la façon dont elle avait échangé à son avantage deux bracelets déformants contre trois billes avec un camarade de classe. Génial, songea Emilie. Non seulement il n’y avait rien pour le dîner, mais elle savait maintenant pourquoi sa fille lui faisait acheter ces affreux bracelets fabriqués en Chine par des enfants infirmes. Si l’on ajoutait à ça le fait que sa vie sexuelle ressemblait à un poème de Victor Hugo (« Waterloo ! Waterloo ! morne plaine ») et qu’elle était à court de Coca light, autant dire qu’il y avait vraiment de quoi soupirer.

Vues : 47

Angéla Morelli / Les Parisiennes, tome 2 : La rencontre idéale (ou presque)

Angéla Morelli / Les Parisiennes, tome 2 : La rencontre idéale (ou presque)

Quelques infos sur le livre :

La rencontre idéale (ou presque)

  • Auteur : Angéla Morelli
  • Serie : Les Parisiennes
  • Genres : romance
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : &H
  • Publication: 22/03/2017
  • Edition: broché, poche
  • Pages : 295
  • Prix : 7,50€
  • Rating:  

Résumé :

Elle pensait être à l’abri de toute tentation… Elle se trompait doublement.

Un séjour détox. Voilà comment Louise envisage ses vacances dans la maison de campagne que lui a prêtée une amie  : air pur et nature devraient l’aider à se déconnecter de sa vie parisienne survoltée. Mais, surtout, c’est l’occasion parfaite de débuter sa période sans homme  ; au beau milieu de la Picardie, cela ne devrait pas être très compliqué de résister à la tentation. Du moins, c’est ce qu’elle pense avant de rencontrer Joffrey, son voisin apiculteur, et Arnaud, l’artisan chargé des travaux de la grange attenante. Deux hommes radicalement différents, mais qui ont un point commun  : le danger qu’ils représentent pour ses bonnes résolutions. Parviendra-t-elle à tenir sa promesse  ?

 

Avis de BimboStratus :

Je remercie Harlequin pour ce SP : toujours à la recherche d’une autrice française qui pourrait me faire aimer la romance classique, pour une fois je n’ai pas été déçue !

L’histoire est assez peu originale : une parisienne va se mettre au vert pendant un mois pour rendre service à l’amie d’une amie et en profite pour se faire une détox’ de sexe. Pas de chance pour elle, elle rencontre des hommes qui lui plaisent sur le chemin.

Bon, je passe rapidement sur tous les clichés : oui c’est une romance contemporaine classique, c’est hétérocentré, personne n’est vraiment laid, la fin est prévisible et on sait très rapidement avec qui elle va finir (enfin moi en tous cas y’en a un des deux que j’ai pas senti dès le début, donc je savais !). Mais Angéla Morelli a fait ça bien, voilà !

En premier lieu, les protagonistes sont intéressants. Louise, le personnage principal, est une quarantenaire (ça change déjà) avec des angoisses personnelles qui sont traitées doucement mais sûrement au fil du texte, comme des informations secondaires qui aident à mieux la comprendre. Les autres personnages ne sont pas en reste niveau casseroles et ont tous leurs petites complexités qui les rendent attachants. Purée, qu’est-ce que ça change du sempiternel “je suis une nana superficielle avec un caractère bien trempé et je tombe amoureuse du beau mec blindé de thune, arrogant et sarcastique, que je déteste”. J’ai trouvé de l’humilité dans ces pages et j’ai trouvé ça chouette, la fantaisie et le rêve c’est sympa, mais ici j’ai vraiment apprécié la vraisemblance des évènements.

Allez, évidemment on a toujours les petits “moi qui ai tellement de répartie habituellement” et “je suis féministe mais”, et honnêtement je ne sais pas pourquoi les autrices de romance veulent absolument que leurs personnages se justifient d’être des femmes fortes, mais j’ai trouvé le décalage “réalité du personnage”-“espérances de l’auteur” moins prononcé que d’habitude (en plus on y a droit qu’une fois, pas plusieurs fois dans le livre). En clair, oui Louise a de la répartie et non elle ne fait rien qui soit complètement ahurissant d’un point de vue féministe. Good point.

Ensuite, le style de l’autrice est vraiment très sympa. C’est léger et fluide, l’écriture est diversifiée et j’ai vraiment eu un très bon moment de lecture ! Les discussions entre Louise et ses copines sont marrantes et les scènes romantiques sont réussies.

Petit bémol pour le principe : pas de passage à l’acte ! On reste chaste, mais franchement c’est un livre tellement plein de bonnes ondes que j’en ai pas voulu à l’autrice.

Sur la forme, quelques passages avec des répétitions (trois fois le même mot en 4 lignes c’est surprenant…) et quelques fautes par-ci par-là, mais rien de dramatique (je dis ça mais ça m’a quand même pourri ma lecture deux fois – moi, psychorigide ? Noooon).

En bref, je vous le recommande et j’espère que les autres de la série seront aussi bons, parce que je compte bien les lire !

 

Extrait :

— Rhaaaa, mais c’est pas vrai !

Louise freina brutalement puis frappa des deux mains le volant dans un geste qui ne manquait pas d’énergie. La voiture fit une embardée et se déporta sur la droite. Les pneus dérapèrent sur le bord gravillonné de la petite route de campagne avant de s’immobiliser à quelques centimètres du fossé.

— Putain de bordel de merde ! s’écria-t-elle, les mains légèrement tremblantes. Calme-toi, calme-toi, s’ordonna-t-elle à haute voix. Si tu meurs ici, personne ne retrouvera ton corps avant des mois et tu finiras dévorée par les vaches.

Elle inspira profondément comme Miguel, son prof de yoga, le lui avait appris et tenta de retrouver son énergie positive. Après cinq respirations, elle dut se rendre à l’évidence : sa positivité s’était fait la malle avec son sens de l’orientation.

Pourquoi, mais pourquoi n’avait-elle pas exigé une voiture de location équipée d’un GPS ? Et pourquoi diable avait-elle fait confiance à Emilie ? Le plan qu’elle lui avait donné était complètement fantaisiste ! D’ailleurs, c’était à cause d’elle que tout ce cauchemar avait commencé. Elle soupira en se souvenant de la conversation qui avait marqué le début de ce cauchemar.

Vues : 56

Mily Black, Emily Blaine, Eve Borelli, Cécile Chomin, Sara Agnès L., Louisa Méonis et Angela Morelli / Les opposés s’attirent

Mily Black, Emily Blaine, Eve Borelli, Cécile Chomin, Sara Agnès L., Louisa Méonis et Angela Morelli / Les opposés s’attirent

Quelques infos sur le livre :

Les opposés s’attirent

  • Auteur : Mily Black, Emily Blaine, Eve Borelli, Cécile Chomin, Sara Agnès L., Louisa Méonis et Angela Morelli
  • Serie : 
  • Genres : Romance
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : &H
  • Publication: 20/ 04/ 2017
  • Edition: Broché
  • Pages : 446
  • Prix : 10€
  • Rating:  

Résumé :

Il est tatoué ; elle est BCBG. Il vit à la campagne ; elle ne jure que par les grandes villes. Il est une rockstar connue dans le monde entier ; elle est vétérinaire de campagne. Ce qu’ils ont en commun ? Rien. Et pourtant, une fois qu’ils se seront rencontrés, ils ne pourront plus se quitter.

A travers sept nouvelles inédites, découvrez des héroïnes et des héros que tout oppose, mais que le destin va réunir, pour le meilleur !

Ma nuit, ton jour, Mily Black
Parfaitement imparfaite, Emily Blaine
Echanges de bons procédés, Eve Borelli
Rencontre non préméditée, Cécile Chomin
Le charme de l’interdit, Sara Agnès L.
La Parisienne et le bûcheron, Louisa Méonis
Tu m’as trouvée, Angéla Morelli

 

Avis de Shie Castee :

Du salon du livre de 2017, je garderais plusieurs bons souvenirs dont l’achat de ce livre. J’avais vu quelques jours auparavant qu’il serait sur le stand harlequin, il me faisait de l’œil avec sa couverture pimpante …. Et je suis faible, j’ai craqué, il a rejoint mes autres nombreux achats de ce jour.

J’aime bien de temps en temps ce genre de livre. J’aime quand des auteurs connus ou inconnus, s’essayent à cet exercice pas si facile qu’est la nouvelle et d’autant plus quant le sujet est imposé et le nombre de pages limité. Cela permet souvent de lire des petites histoires pétillantes des auteurs que l’on aime bien et surtout d’en découvrir d’autres, ce qui est encore le cas cette fois-ci.

Le thème en plus me plaisait : trouver l’amour ou l’attrait quand l’autre est son total opposé.

  • « Ma nuit, ton jour » de Mily Black.

Petite bibliothécaire adepte  de la mode des années 50, Suzanne se rend au mariage de sa cousine en province. Bloquée sur l’autoroute suite à un orage, elle ne doit son salut qu’à un conducteur de poids lourd un brin taciturne et ours. Elle s’aperçoit très vite que son sauveur est plein de charme, voir carrément sexy.

Cette nouvelle est ma préférée. J’ai adoré le style vivant et tonique de l’auteur. Son histoire m’a amené des papillons, tellement que je vais me plonger dans ses écrits pour pouvoir mieux la découvrir. Les deux héros m’ont beaucoup plus. Encore !!!!

  • « Parfaitement imparfaite » d’Emily Blaine.

Peter rentre de sa tournée, pour enfin retrouver son « chez lui ». Le lendemain matin, il est réveillé par sa voisine venue nourrir son chat dans son appartement. Toute en courbes, et en rondeurs, celle-ci est à l’ opposé de ses critères de beauté féminine.

Grace est en instance de divorce. Une fois qu’elle sait qui est ce voisin, elle refuse ses avances, n’étant pas du tout à l’image de ses conquêtes. Comment Peter fera t’il pour la convaincre de son attirance ….

J’ai retrouvé le style d’Emily Blaine avec plaisir. Son histoire est fluide, très agréable à lire, mais je n’y ais pas trouvé le peps de la 1ere nouvelle.

  • « Echanges de bon procèdés » d’Eve Borelli.

Que faire quand les scénaristes ont décidés de faire mourir votre personnage tout ça à cause d’une simple arachnophobie ? Trouver un spécialiste en araignées et se débarrasser de cette phobie. Surtout quand Spiderman est un canon de type latin et est incapable de parler devant un public…

J’ai un peu moins aimé celle là. Il manquait quelque chose pour qu’elle me plaise. La chute est sympa ce qui fait remonter l’intérêt pour l’histoire.

  • « Rencontre non préméditée » de Cécile Chomin.

Emilie a tout planifié : terminer ses études et devenir magistrat sauf si entre temps la DGSE l’embauche. Pour cela, elle ne boit pas, ne fume pas, cours régulièrement. Elle se prépare à son métier d’agent secret.

Jérémie est au chômage, fume, boit, fait la fête… il s’est engagé, et part dans un mois pour l’armée. Jusqu’à ce que miss catastrophe le prenne pour un dealer lors d’une soirée.

Que dire…. Je n’ai pas réussi à finir la nouvelle. Les 2 protagonistes mettent longtemps à se rencontrer et j’avoue que je ne suis pas rentrée du tout dans les délires de l’héroïne…

En revanche, à chaque début de chapitre, il y avait quelques phrases d’une chanson, et j’ai trouvé ça bien amené.

  • « Le charme de l’interdit » de Sara Agnès L.

Une provinciale sur paris, pour terminer ses études d’infirmière. Une fille adepte du rose rencontre son voisin une armoire à glace tatouée et percée, au crâne partiellement rasé.

Un soir Seb trouve sa petite voisine en train d’essayer vainement  d’ouvrir sa porte d’appart apparemment coincée. Mais une fois la porte défoncée,  voila que l’apprentie infirmière à peur de rester seule… Que faire ????

Je suis tombée sous le charme de cette nouvelle. Les 2 héros m’ont beaucoup plu. J’ai adore le style d’écriture de l’auteur que je lisais pour la 1ere fois.

  • « La parisienne et le bûcheron » de Louisa Méonis.

Sophie travaille pour une maison d’éditions, elle brigue un poste meilleur et elle se donne à fond dans son bureau sans fenêtres. Quand l’occasion  se présente, elle saute dessus : elle doit retrouver le mystérieux auteur « KJ» qui édite sur internet et qui refuse tous contacts avec les maisons d’éditions. La voilà en route pour la Savoie, remontant l’adresse IP de l’ordinateur de l’auteur.

Cette lecture m’a bien amusée. Les réflexions de l’héroïne m’ont fait sourire à plusieurs reprises : «  je crois que mon string Aubade vient de geler » égayent une histoire assez classique.

  • « Tu m’as trouvé » d’Angela Morelli.

Raphael a fuit l’agitation parisienne et les scandales qui l’assaillent pour le calme et l’absence de wifi à la campagne. Intrigué par des meuglements, il assiste par hasard à un vêlage difficile en pleine nuit, et il tombe sous le charme de la  joli vétérinaire. Celle-ci est fan d’opéra et bien loin de s’imaginer quelle a affaire à une rock star. En panne d’inspiration, il vient de trouver sa muse, elle vient de tomber sous son charme.

Le livre se conclue sur cette dernière histoire et les héros sont bien sympathiques. Malgré l’absence de pétillant, elle m’a touché car j’ai eu l’impression qu’il y avait un peu plus de romance… et Marcus, le garde du corps m’a beaucoup plu. Il aurait mérité lui aussi de trouver l’amour.

 

Un petit mot pour terminer. J’ai passé un bon moment de lecture, j’ai ri, j’ai découvert de nouveaux auteurs.

J’espère qu’il en sera de même pour vous aussi.

Bonne lecture

Shie.

 

Extrait :

« Ma nuit, ton jour » de Mily Black.

 

Non contente d’être montée dans le camion d’un inconnu qui tenait plus de l’ours que du gentleman, j’étais tombée sur un tatoué !

Je déglutis et tentais de me rassurer : tatoué ne voulait pas dire dangereux, ni repris de justice. Gabin était juste un esthète qui considérait  la mutilation comme un art et son corps. Comme le support idéal.

Déception !

J’avais eu un amant tatoué, une fois, et j’avais trouvé cela si vulgaire que j’avais gardé les yeux fermés jusqu’à la délivrance. Délivrance que j’avais précipitée en simulant outrageusement.

–Vous avez entendu ? demanda t il tout à coup, l’air préoccupé.

Je me tournais vers lui et tendis l’oreille pour saisir des bribes d’informations à la radio.

–L’autoroute est fermée entra le péage de saint Arnoult et Orléans, annonça t il. Il semblerait que nous soyons parmi les derniers à avoir pu passer.

–Je crois que je dois encore vous remercier de m’avoir poussée à sortir de ma voiture….

–Ou de vous excuser.

Je le fixais un instant sans  comprendre.

–Pour quoi donc devrais-je m’excuser ?

–Vous avez envoyé mon numéro de plaque d’immatriculation et une photo de moi a vos parents !

–Je tenais à ce qu’ils sachent à quoi ressemblait leur futur gendre ….

–Hein ?

Ce fut à son tour de ne pas comprendre, et j’en ressentis une joie intense.

–Désolée, j’ai la fâcheuse habitude de m’essayer à l’humour quand je suis nerveuse. Reconnaissez que, de mon point de vue, vous n’êtes pas la personne la plus rassurante au monde !

Il poussa un grognement pour toute réponse, ce qui en fit que confirmer sa ressemblance avec un ours. Un grizzly tatoué, pour être exacte. Bizarrement, je commençais à me détendre.

Vues : 42

Angela Morelli / Avis de tempête

Angela Morelli / Avis de tempête

Quelques infos sur le livre :

 Avis de tempête

  • Auteur : Angela Morelli
  • Serie :
  • Genres : Romance, Contemporain
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : HQN
  • Publication: 06/ 02/ 2015
  • Edition: Numérique
  • Pages : 42
  • Prix : 1,99€
  • Rating:  

 

Résumé :

Lorsqu’elle débarque au Québec pour les vacances de février, Candice fait immédiatement deux constats très inquiétants. Premièrement, il fait froid. Très, très froid. Ce qu’elle était loin de s’imaginer quand elle a préparé ses valises (comment ça sa petite doudoune ne va pas suffire ?). Deuxièmement, sa cousine n’est pas là, et impossible de la joindre. Alors, quand l’aéroport annonce sa fermeture imminente et qu’un charmant inconnu à l’accent aussi improbable que sa coupe de cheveux lui propose de lui servir de taxi, Candice accepte…

 

Avis de TeaCup :

Encore une petite nouvelle sympathique pour un soir de détente, quand vous avez envie d’une romance rapide et pas prise de tête. Le côté « canadien » dépayse un peu et donne envie d’un bon feu de cheminée. L’héroïne n’est pas très développée elle ressemble à bien des personnages principaux de chick-lit, mais aucun trait de caractère ne la rend antipathique spécialement, et le héros ne fait pas trop mâle alpha, donc, là encore, ça se lit très bien. On a du mal à suivre les différents quiproquos successifs sur les idiomes canadiens, tant certains semblent tirer par les cheveux (certaines des expressions que je lisais pour la première fois sont pourtant très « visuelles », pas besoin de réfléchir beaucoup pour en saisir le sens ). Rien de bien inédit dans cette nouvelle, loin de là, mais un ton sympathique et un moment de lecture plaisant, un peu en dessous de ce que j’ai déjà lu de cette auteure toute fois.

 

Extrait :

Au cours des quarante-deux dernières minutes, Candice avait cru quatre-vingt-quatre fois sa dernière heure arrivée, soit deux fois par minute. Le petit avion à hélices qui assurait la liaison entre Montréal et Bagotville, dans le Saguenay, au nord du Québec, avait rencontré pas mal de turbulences, et malgré l’assurance du pilote, qui avait promis plusieurs fois dans le micro que tout allait bien et qu’il s’agissait de vulgaires trous d’air, elle s’était rapidement persuadée que ce coucou serait son tombeau. Les yeux fermés, cramponnée aux accoudoirs de son siège et à moitié recroquevillée, elle avait passé toutes sortes de marchés avec Dieu. Elle lui avait successivement promis de croire en Lui, d’arrêter de travailler quatre-vingts heures par semaine pour profiter de la vie, de manger des brocolis et du fromage de chèvre, de ne plus boire en semaine, de ne plus boire le week-end, de ne plus boire pendant les vacances, de faire l’effort d’aller à la rencontre de ses nouveaux voisins, d’accepter de garder son neveu même si elle trouvait que les bébés présentaient autant d’intérêt que sa feuille d’impôts, bref, elle était prête à vendre son âme à Dieu pour ne pas mourir au-dessus d’une terre étrangère entourée d’inconnus. Dieu fut manifestement sensible à l’argument des brocolis – ou le pilote avait raison et ce n’était que des trous d’air sans conséquences –, toujours est-il que l’avion se posa sans problème et avec seulement trois quarts d’heure de retard sur la piste d’atterrissage du petit aéroport.

Vues : 58

Angela Morelli / Sous le gui

Angela Morelli / Sous le gui

Quelques infos sur le livre :

Sous le gui

  • Auteur : Angela Morelli
  • Serie : 
  • Genres : Romance, Contemporain
  • Editeur : Harlequin
  • Collection : HQN
  • Publication: 15/ 01/ 2013
  • Edition: Numérique
  • Pages : 41
  • Prix : 1,99€
  • Rating:  

 

Résumé :

Quand Julie se retrouve coincée dans le hall de son immeuble, incapable de débloquer la serrure de sa boîte aux lettres où sont enfermés les cadeaux de Noël de ses enfants, c’est Nicolas, son nouveau voisin, qui vient à son secours. Une aide providentielle, qui la trouble infiniment. D’abord parce que, d’habitude, c’est son rôle d’aider les autres ! Mais surtout parce que Nicolas est terriblement séduisant, et qu’il éveille en elle des émotions qu’elle croyait disparues à jamais, depuis qu’elle a perdu son mari, trois ans plus tôt. Et comme, dans les jours qui suivent, elle ne cesse de penser à son mystérieux voisin, elle finit par décider de suivre son instinct et lui propose de passer le réveillon de Noël chez elle…

 

Avis de Ninie :

Voilà une jolie petite histoire sur fond de fête de Noël. Avec une jeune veuve dont la clé est coincée dans la boite aux lettres en plein milieu de la nuit, quelques jours avant les fêtes de Noël. Le nouveau voisin rentrant à la maison à cette heure assez tardive, vient donc à la rescousse de la dame. Le Noël des enfants est donc sauvé, grâce à Nicolas.
Les jours suivants, ils ne cessent de penser l’un à l’autre, et Julie lui propose de venir fêter le réveillon en sa compagnie et celle de ses enfants. Alors même si on voit venir la fin avant même d’avoir entamé le livre, pour la période de Noël, c’est une charmante romance. Toute en douceur et en affection. Une histoire réelle qui pourrait arriver à chacun d’entre nous.

 

Extrait :

– Quel est votre problème ? demanda-t-il en espérant que l’abus d’alcool ne s’entendait pas dans sa voix.

– J’ai coincé la clé de la boîte aux lettres dans la serrure et je dois absolument récupérer ce qui est dedans.

– À 1 heure du matin ?

La jeune femme le regarda comme s’il était totalement idiot.

– Évidemment, à 1 heure du matin. Ce sont les derniers cadeaux de Noël pour mes fils. Je ne peux pas les remonter quand ils sont là et ce sont les vacances.

Elle secoua de nouveau la porte métallique.

– C’est bien ma veine, poursuivit-elle en soupirant.

Ce soupir eut raison de Nicolas. Il n’avait jamais su résister à une demoiselle en détresse. Même si elle n’avait pas un goût très sûr en matière de pyjama.

– Laissez-moi regarder.

Il saisit la clé, légèrement tordue, coincée dans la serrure. D’une légère torsion, il la redressa puis tenta de la faire bouger. À sa deuxième tentative, elle céda et la porte s’ouvrit.

Vues : 59

%d blogueurs aiment cette page :